logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/06/2007

SERIE NOIRE (FIN)

Le Boss l’avait mis en garde : avec son esprit fédérateur, la Poule au Pot avait pu s’entourer de volailles..Et il appréhendait de se retrouver pris au piège dans une véritable basse-cour !

Mais il n’était pas coq à se laisser intimider !

 

 Pour se détendre l’agent Toulouse0031alluma l’auto radio et écouta en boucle la K7 offerte par les Boétiens Riri et Roro.

 


podcast

Il se surprit à siffler la mélodie.

 

Le paysage avait changé : malgré l 'obscurité, il discernait d’imposantes masses crénelées-les Pyrénées vraisemblablement-

Des constructions de plus en plus denses annonçaient l’approche d’une agglomération.

 « Pau, la cité d’Henri IV » : il était enfin arrivé.

Sans difficulté, l’agent Toulouse0031trouva la rue Carnot.


En bas de l’immeuble une silhouette émergeait des contours faiblement éclairés par un réverbère, laissant présumer qu’il s’agissait d’une femme un peu gironde.

« Certainement une poule à gars faisant le pied de grue !! » "Ah, ah ! Elle allait voir l’agrégée !lui aussi avait l’esprit affûté ! "

 Il lui arrivait même parfois de se livrer à des interrogations métaphysiques sur les gallinacés : " Qui de la poule ou de l’oeuf.. »

 

Il gara la dauphine sur le parking attenant au palais de justice, face à l’immeuble de la paloise. Trois heures sonnaient au beffroi du château.

La silhouette entrevue semblait s’être dissoute dans la nuit : seules la lune et de la lumière au deuxième étage de l’immeuble déchiraient cet espace opaque.



Oui, la lune l’avait toujours fasciné..

Mais l’heure n’était pas aux épanchements lyriques  mais à l’action…

 

La porte d’accès de l’immeuble n’étant point fermée à clef, l’agent Toulouse0031 rangea dans la poche intérieure droite de son veston le tournevis multifonctions acheté sur le catalogue manufrance. Alors qu’il franchissait les quatre dernières marches de l'escalier, une douleur vive se signala comme un rappel – l’arthrose du genou gauche » (2 étages…cette «  poule «  ne lui aurait rien épargné, décidément il allait se la farcir..Ah, ah ! Encore un bon mot..Çà"synapsait "dur dans le cerveau).

Arrivé sur le palier, l’agent Toulouse 0031fit cinq pas en arrière, prit son élan pour défoncer avec son épaule droite la porte quand celle-ci s’ouvrit ;un violent coup sur la tête lui fit perdre l’équilibre : Mamie Zette était rentrée en action et venait  d’assommer l'agent avec un GAFFIOT ( NDLR : dictionnaire volumineux de latin grec)




 

Toulouse 0031 retrouva ses esprits allongé sur un divan, au milieu d’une pièce au désordre inimaginable, dont les murs étaient tapissés de centaines de livres ! IL ne s’expliquait pas la sagacité de l’espionne.

Surgit alors une jeune femme, aux formes généreuses..Celà lui rappelait…mais oui !c’était bien ça !le pied de grue.oui, c’était elle..l’émissaire qui avait prévenu de son arrivée !et il la reconnaissait !l’édentée d’HABAS ( pardon, ma Miche pour cette liberté de ton).

Il eut un mal fou à endiguer le flot de paroles de la Poule au Pot, de l’édentée et de Mamie ZETTE.

Ainsi l’abécédaire fruitier ne recélait aucun mystère ! Il était déstabilisé !

Etait ce la force de conviction exprimée par l’espionne ou bien les douceurs  (du célèbre conifseur Francis MIOT)que celle ci lui présentait sur un plateau : les coucougnettes d’Henri IV , les tétons de la Reine Margot,les galipettes !Il ne  sut résister  à ces invites "orgiaques ", à ces délices  aux vertus aphrodisiaques avérées....

 

C‘est avec regret qu’ il prit congé de « ses poulettes ».

EPILOGUE

 La dauphine noire avalait de nouveau les kilomètres.

Sydney BECHET soufflait toujours dans sa clarinette et l’agent Toulouse0031 songeait à la singularité de ses trois dernières missions quand de violentes douleurs abdominales vinrent interrompre le cours de ses pensées.



Il gara la dauphine  à l’entrée d’un chemin forestier…

 

-Oui, décidément, il avait trop mangé de coucougnettes.

Commentaires

écroulée je suis... les coucougnettes de l'Henri, les tétons de margot qu'avait dégraffé son corsage pour la circonstance, le dico de mamie Zette, le dentier de la Miche.... écroulée que je te dis. En plus c'est pas Sydney Bechet qui m'est venu à l'esprit comme accompagnement musical, c'est cette foutue chanson que ma chorale s'évertue à maitriser depuis pas mal de mois je t'en mets un bout des galinacées

Il est bel et bon bon bon bon bon commère
Il est bel et bon bon bon commère commère mon mari
Il étaient deux femmes
Toutes d’un pays
Il est bel et bon bon bon bon bon commère
Il est bel et bon bon bon commère commère mon mari
Il ne me courousse ne me bat aussi
Il fait le ménage
Il donne aux poulailles
Et je prends mes plaisirs
Commère c’est pour rire
Quand les poulailles crient

Co co co co co
Cocococococo dae
Cocococococococo dae
Cocococo dae
Petite coquette qu’est-ce ci

Il est bel et bon bon bon bon bon commère
Il est bel et bon bon bon commère commère mon mari
Il est bel et bon bon bon bon bon commère
Il est bel et bon bon bon commère commère mon mari

Bisous ma poule
ANNIE

Écrit par : Maminie | 08/06/2007

contrairement à toulouse 0031, moi je reste sur ma faim...tu as (sûrement par discrétion) fait l'impasse sur un châpitre: que se passa-t-il après qu'il eut consommé ces mets aphrodisiaques...?
bon, tu es pardonnable: comme toujours ton récit est savoureux.
le choix de "summertime" est aussi judicieux; on transpire et ça c'est bon!
bises

Écrit par : henri | 08/06/2007

Un festival ! un fou rire ... pardonnez-moi les filles mais vraiment je vous ai imaginées ... une bagarre à coups de Gaffiot fallait y penser ... quel talent !
Continue sur cette lancée ! Bonne nuit pleine de rêves. Bises

Écrit par : Biche | 08/06/2007

ARRÊTE! j'en peux plus! je suis morte ; morte de rire! alors ça, on publie!
Le désordre inimaginable, le Gaffiot, Mamie Zette et les coucougnettes, sans parler des tétons , et des Pralines du pape, tu ne m'as rien épargné
mais moi, je te réserve une de ces recettes! tu vas voir, Agent de mes Fesses!
Je te colle la raclée du siècle,
La vieille Poule , qui cacquète encore,

Écrit par : framboisine | 08/06/2007

Là , tu as frappé fort , mon Dieu quelle imagination , j'espère que l'agent avait prèvu le papier c.. , comme quoi , ton histoire si elle n'est pas tout a fait vrai , a le mèrite de nous faire pi..... de rire ! ça fait du bien de temps en temps ! Bravo et merci ! Tu es formidable Betty !
Bisous , je pars au lit en riant (toute seule ) mais je ris ! je m'esclaffe ! ouf !!!!!! huguette
P S / oui , Cékankonsevéra ??????

Écrit par : macary huguette | 08/06/2007

C fée..............

Écrit par : framboisine | 08/06/2007

Attentifs,pleins de curiosité,nous attendons avec une
impatience insupportable la fin de ce combat,s'il ne vat pas en Appel...non ce serai trop long.
Qui prend les paris....Miche..?
Nous retenons notre soufle.
Nos cerveaux en alerte.
Mesdames prenez un bon repos ,avant le billet final.
A demain...Bonne nuit..
jeanne

Bravo Betty nouveau Simenon....

Écrit par : jeanne | 08/06/2007

Cramoisie de rire ... l'édentée ! Le trio infernal des poulettes à la sauce piquante va se concerter pour te faire une de ces surprises sur prise ... Tu vas t'y retrouver dans le poulailler et les plumes vont voler c'est moi qui te le dis... je vais chercher le coq qui va venir te titiller le croupion à coups de bec... tu vas morfler... Non mais ! bises de miche

Écrit par : miche | 08/06/2007

De mieux en mieux : j'attends avec impatience le prochain épisode
Claude

Écrit par : Mouligné | 09/06/2007

Bonjour Betty,
Je lis et cela me passionne. Au fait, c'est vraiment bon les coucougnettes ? Parce que je n’ai pas gouté...
Mais, j’ai un gros bug informatique. Je suis sur un vieil ordi de secours pour écrire. Donc @ + j'espère. Je t'embrasse.
Bisous à Hélène.

Écrit par : mmu | 09/06/2007

merveilles vous nous " enchantez " avec vos histoires et maintenant que framboisine s'en mêle ! c'est du gateau ---- béarnais à la sauce béarnaise un régal supplémentaire !! astrée

Écrit par : ngeorges | 09/06/2007

Quand les filles s'y mettent,c'est pas triste ça vole,les plumes dans la basse-cour.Ma Betty tu m'épates et comme dit Huguette CéKANKONVAOU.je t'embrasses bien fort.

Écrit par : heraime | 09/06/2007

je passe d'une poule à l'autre pour rigoler toujours autant
bravo!

Écrit par : josette | 09/06/2007

Malgré mon chagrin, suite à la plumée de hier soir, 23 à 18, et le bouclier qui reste à Paris, malgré mon chagrin dis-je, j'ai ri !
La dramatique rencontre de l'agent Toulouse oo31, et le coup de Gaffiot sur la tronche avant qu'il ne bouffe les coucougnettes de Riton, c'est terrible.
Un final épostouflant, une dauphine noire, comme le petit Prince de Monaco, qui s'arrête dans le bois...L'agent 0031 pris de coliques s'accroupit, et lâche le paquet sur une grenouille !
Le tome 2 sera palpitant !

Bisous et à bientôt...

Écrit par : Crabillou | 10/06/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique