logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

12/11/2007

UNE HISTOIRE..

..toute simple....



podcast

 

 

***

**

*

 

medium_mémé.jpg
***
**
*

 

Ses mains ridées et presque diaphanes soulevaient l’édredon : je regardais cet étrange objet fait de deux arceaux de bois, avec, au centre,posé sur un support en métal,un récipient ressemblant à une casserole sans queue,que l’on appelait un moine.

 

Je grimpais alors dans le lit bateau qui me paraissait bien  haut et je m’enfouissais dans ces draps si chauds, si chauds. Comme il se sentait bien ce petit corps !

 

Elle  penchait alors son visage près du mien et nous récitions la prière ( courte,fort courte) du soir : »Sacré cœur de Jésus,j’ai confiance en vous »…Je  ne comprenais pas mais peu importait,l’unisson de nos deux voix  m’apaisait.

 

Enfin récompense suprême, elle sortait de la poche d’un long tablier en coton  noir, une petite sucrerie,ronde, de la couleur du coquelicot :le bonbon à la menthe du soir !

 

Elle allait alors s’installer sur le Prie -Dieu,dans la cuisine,et je percevais,rythmés par le tic tac régulier de la vieille comtoise, les sons murmurés qui glissaient du rosaire.

 

C’était il y a bien longtemps, dans la petite épicerie de Calvignac,des instants de bonheurs  partagés avec ma Grand' mère.

 

 

 

 

BETTY

Commentaires

j'ai connu aussi le moine...très utile pour se glisser dans les draps froids; mais, hélas, pas de grand-mère
bises

Écrit par : henri | 12/11/2007

une histoire toute simple de grand mère aimante, comme j'en sais , et comme il en viendra,
Les draps chauds du moine , le magasin bleu, nous y sommes, ma Betty,

Écrit par : framboisine | 12/11/2007

Bonsoir Betty,

Tu vois comme c'est proche, ce passé au goût du bonbon, ces attentions où le sourire de grand mère s'échappait aussi de la bassinoire. La vie est faite de ces petits rien que l'on reçoit et qui germent pendant toute une existence. A nous d'en offrir maintenant.

Et cela ne devrait pas tarder pour toi, prochaine grand maman !!

Bises du grillon

Écrit par : christian | 12/11/2007

comme il est beau ce souvenir;
nous, quand il faisait froid, maman nous préparait des briques brulantes, dans le four à bois, les entourait, les emmaillotait de vieux morceaux de couverures, les mettait au bout de nos lits, et on s'endormait les pieds au chaud sur ces chaufferttes improvisées ! en 50 encore et après, pas de chauffage central, !

je suis bien contente de saluer un "admirateur" de Moitessier; ses lectures m'ont bien aidée, lors de mauvais moments ! dommage qu'il ne soit pas plu connu !

bisous
béatrice

Écrit par : beatrice | 12/11/2007

moi aussi j'ai connu le moine et les briques bien chaudes et après tout cela a été remplacé par les bouillottes.

J'ai aussi des souvenirs de vacances à Biganos, chez ma grand-mère maternelle qui était espagnole et que j'avais du mal à comprendre quelquefois.

grosses bises

Écrit par : roro | 13/11/2007

Le moine, heureusement qu'il était là...La maison était froide et les vitres gelées. Que l'on était bien au chaud dans ce lit que les braises avaient chauffé.
Puis, ce fut les gros galets de Garonne que mon père nous avait apporté de la "drague" où il travaillait, et que l'on enfournait dans la cuisinière à bois, seul chauffage pour toute la maison. Et, nous étions heureux.....

Écrit par : pimprenelle | 13/11/2007

les souvenirs des grands-mère, des moments de tendresse, le petit bonbon supplémentaire glissés avec des mines de conspiratrice.... mes grands parents maternels habitaient juste en face de notre maison et nous vivions aussi bien chez eux qui avait encore à charge ma jeune tante de 3 ans 1/2 mon ainée, que chez nous. Nous avions 2 maisons et voilà tout mais les rapports n'étaient pas comme ceux que j'avais avec mon arrière grand mère paternelle que je voyais une fois par an pendant toutes les vacances d'été. Avec ma grand mère çà marchait à la baguette et si ma tante et moi faisions des bêtises c'était une taloche à chacune ... pas de jaloux. C'était plutôt une maman en double qu'une grand mère même si c'était mémère et pépère. Par contre avec mon arrière grand mère ce n'était que tendresse et douceur.... maintenant elle me fait venir à l'esprit une petite comptine
dame souris trotte
trotte dans le gris du soir
dame souris trotte trotte dans le noir...
Toujours en mouvement, menu, vive, rieuse sous son chignon blanc de neige, un biscuit dans les poches, une petite barre de chocolat (belge) dont nous faisions nos délices pendant les vacances, sans soucis des carries et tous les ans, ce petit tablier vichy à volants , bavette et bretelles qu'elle m'offrait et dont je raffolais, rose ou bleu ou rouge et les rubans assortis pour mettre dans mes cheveux. J'ai toujours cette petite vierge dans un étui de la grosseur du petit doigt qu'on lui avait rapporté de Lourdes "la petite Marie" comme disent les loupiots et la fine chaine en argent qu'elle m'avait donnée . La médaille en émail bleu a été perdue il y a bien longtemps. On garde çà au fond de sa mémoire et un jour tout ressurgit et c'est très doux, très tendre.
Bisous et bonne nuit ma jolie
ANNIE

Écrit par : Maminie | 13/11/2007

très émouvant...
ma grand mère etait aussi épicière dans un village ...
no comment .....
bises Betty

Écrit par : bernard | 13/11/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique