logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/12/2007

CADEAU..

De temps en temps, je vous offre un cadeau ( souvenez-vous"" à Tire d'Elles", "La maison de Catherine" ,"Le vieux garçon" ,"Manu"...), de l'écriture ciselée...Marie, mon amie, a reçu ce don des fées des Monts d'Arrée: savoir transmettre l'émotion.

Comme c'est le moment des contes, je vous offre cette belle histoire...prenez le temps de vous  arrêter..si vous êtes pressés, revenez..Marie, on la lit  comme un enfant peut écouter un conte..



Je vous l'offre cet instant de grâce..

Pour vous tous, pour mes amis éloignés géographiquement, Maddy et Manu , pour mes tendres cousines Véro,Coco et Pat.

podcast


****

***

**

medium_arrée.jpg
****
**
**

Marthe habitait Botcador depuis toujours.Elle y était née et avant elle, ses parents et ses grands parents.

Au découvreur de sentiers égaré, ce hameau d'une trentaine de personnes éparpillées au creux d'un vallon, aurait pu paraître inhospitalier.Les maisons des Monts d'Arrée, aux murs et aux lourds toits de schiste semblaient toiser le rare promeneur de leur arrogance.Les habitants eux-mêmes n'encourageaient pas la convivialité;, mais ils ne s'y dérobaient pas lorsqu'ils devinaient à travers le passant étranger,l'humanité du visage,la sincérité dans la parole ou le sourire,l'humour dans le regard.

Le visiteur alors , n'oubliait plus la rencontre.Il la gardait en lui comme un cadeau précieux.Longtemps après le retour,souvent il pensait à cet échange rare qu'il avait eu un jour d'été dans la montagne et chaque fois,une grande chaleur envahissait sa poitrine.

Marthe n'avait pas conscience de l'âpreté, de la violence des paysages,de la dureté des lieux bâtis,de l'austérité des villageois.Elle ne posait aucune question,elle ne recherchait aucune finalité à son existence.Elle vivait, simplement.A la mort de ses parents, elle avait repris seule la petite exploitation agricole.Pas une seconde elle n'avait songé à la vendre.Elle avait continué de marcher sur les chemins tracés pour elle par des générations de paysans des Menez.Elle élevait quelques vaches,une douzaine de poules et des moutons noir.Elle cultivait son jardin.

Elle herborisait aussi et chacun venait la voir de temps en temps pour une recette de tisane, de cataplasme,pour soi-même ou pour un animal.Elle connaissait les vertus de chaque plante qu'elle appelait par son nom breton et sa silhouette était familière bien au -delà de Botcador.A la bonne saison,elle parcourait landes, bois et tourbières,le regard mobile et attentif,à la recherche de quelques droséras qui calmeraient toux et bronchites de l'hiver,de germandrées,de jusquiame ou de plantain.Mais bien plus que les plantes,elle utilisait l'éternelle thérapeutique qui consiste à s'intéresser autant à l'être qu'à ses maux.Athée, elle n'avait jamais levé les yeux vers le ciel que pour suivre la course des nuages et ne s'était jamais agenouillée que pour frotter au savon noir le sol de sa maison.Pourtant, elle ne manquait pas d'encourager Ronan,Pierre,Gwen ou Annaig à prier les saints Guerisseurs.Et aussi bien Saint-Kornelly,saint-Herbot que Sainte Anne de Cimmana,avaient souvent fait bien plus pour eux que toutes les médecines.Parfois même, elle recourait à la légende et envoyait les jeunes femmes en mal d'enfant se frotter le ventre contre les Noces Pétrifiées, ces mégalithes situées non loin du Menez de Messire Michel.

Après leur départ, elle souriait sans méchanceté,non de leur naïveté,mais de la persistance des croyances anciennes.Pour tous ceux de la région,ces croyances se tenaient.Elles ne disparaissaient jamais,se réactualisaient sans cesse autour des objets et des lieux.

Elle n'avait jamais eu l'instinct de nidification pour elle-même, mais d'une certaine façon et quel que soit leur âge,tous étaient ses enfants, au même titre que les animaux familiers et sauvages,que les arbres,les plantes,les pierres.

Elle ne manquait pas d'apporter dans ses quêtes médicinales,un bâton d'if dont elle frappait doucement le sol afin de prévenir la reine du Yeun,la vipère péliade,de son passage.Pourtant aucun reptile ne l'avait jamais menacée .Il y avait comme un accord ancestral et tacite entere la petite femme vêtue de noir et le ruban scintillant des tourbières.Elle le voyait glisser sans frayeur à son approche,ondulant délicatement hors du chemin pour lui laisser la place.

Une fin d'après midi,alors qu'elle regagnait le vallon,son sac de jute tout gonflé de sa moisson de simples,elle vit une vipère allongée comme un trait en travers d'un sentier étroit qu'elle semblait souligner.Marthe n'osait enjamber le reptile et elle ne pouvait non plus le contourner par le marais.Elle s'approcha.La bête remua légèrement sa petite tête triangulaire vers elle et au lieu du regard froid et inexpressif qu'elle s'attendait à voir,elle découvrit deux yeux d'or effrayés.La péliade souffrait,haletait.La tige longue de son corps était agitée de tremblements.A quelques centimètres de la queue, Marthe vit une bosse sous laquelle grouillait une masse confuse.Elle avait aidé à tant de mises bas,à tant de naissances, qu'elle reconnût toute la détresse d'une primipare.Il fallait parfois aider la nature et de sa poche, elle en sortit le petit couteau à greffer qui lui servait à glaner ses remèdes.Sans plus hésiter,elle incisa l'abdomen de l'animal.Aussitôt,un bouquet argenté de serpenteaux s'en échappa.La vipère se détendit,releva la tête et ouvrit la gueule.La femme n'osait plus faire un mouvement.Elle voyait les crochets acérés chargés de venin,sûrs et rapides à donner la mort.Alors l'anneau brisé s'approcha de la main de Marthe,il la caressa longuement,il s'enroula autour du poignet,puis du bras,il fit le tour de son corps tout entier pour le reconnaître,il redescendit vers le sol et il s'en alla.

Longtemps,Mathe regarda le Yeun.Le soir était tombé et le vent murmurait de drôles de choses sur les fleurs de linaigrettes.Des lambeaux de brume déchiraient l'air et la vieille femme n'aurait pas été autrement étonnée de découvrir quelques lavandières de la nuit au travers de la vapeur étirée,quelques korrigans au détour d'un buisson épais.Toute rationalité avait disparu de son esprit et elle comprit pour la première fois les charmes de sa terre natale.Elle comprit qu'elle faisait partie d'un tout , éternel,immuable dont jamais elle ne serait exclue.Il lui semblait entendre, mélangé au chant du vent, celui des âmes des ancêtres disparus qui l'encourageaient à approfondir sa compréhension des mondes,sans méfiance ni appréhension.

Des roches déchiquetées des Menez aux forêts aux lacs,du Yeun aux landes et aux vallons perdus,la nature de l'Argoat lui avait livré un grand secret.

C'était un temple où Marthe avançait ce soir de novembre,un temple dont lespiliers volaient, rampaient , bruissaient, fleurissaient,chantaient. ...

Imprégnée de passé,ouverte à tout avenir,elle se sentit pour la première fois intimement mêlée à la vie dans son universalité.Elle laissa fléchir ses vieilles jambes et posa ses genoux sur l'herbe humide.Puis elle écouta respirer la nuit.

Commentaires

Quelle écriture ! j'y reviendrai ou plutôt non, je vais la cliquer... et la lire tranquillement, calée dans le fauteuil demain...en pensant à toi. Jolie sérénade... Bises à toi Bettinette. miche

Écrit par : miche | 14/12/2007

Bonjour ma belle. A plus. miche

Écrit par : miche | 15/12/2007

Coucou, je n'ai pas encore lu, c'est en bonne place pour une pause dans la journée. Bises à toute la famille, j'espère que la santé est bonne en ce moment. Bises de miche

Écrit par : miche | 15/12/2007

Une sensibilité à fleur de peau que l'on ressent en lisant ce conte, on respire avec elle l'odeur de cette lande bretonne et on voit cheminer cette vieille femme, et enfin lorsqu'elle se pose...elle nous fait rêver avec elle.






Un régal ...


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 15/12/2007

Un conte inattendu , la vipère reconnaissante et qui caresse à sa façon le bras de celle qui a osé l'aider à la naissance ! C'est tellement bien raconté , les mots si joliement employés embellissent cette histoire ! Merci Betty , tu en auras des choses à dire à Lola , comme ce sera doux ces moments là !
Bises et bonne journée !
huguette

Écrit par : macary huguette | 15/12/2007

ouf ! je suis arrivée au bout. Quelle belle histoire. Je voyais toutes les scènes, au fur à mesure de le lecture


temps triste aujourd'hui

tu vas voir ariver demain peut-être, une péniche entièrement peinte facon "tags" avec un grand soleil en proue. Nous l'avons vue naviguer ce matin, lors de notre marche . C'est inattendu

grosses bises

Écrit par : roro | 15/12/2007

"Elle écouta respirer la nuit"....


Merci Marie.

Une aile qui passait..

Écrit par : betty | 15/12/2007

je corrige : arriver avec deux r, je n'ai pas relu

elle écouta respirer la nuit, quelle belle image

bises du soir

Écrit par : roro | 15/12/2007

Hola Betty!
Il est grand temps grand temps de venir de donner la "enhorabuena" pour ta grand-maternité!
Alors que j'ai souhaité sa bienvenue à la petite Lola, par ci par là, je n'étais pas encore passée chez toi.
Un immense bonheur t'est tombé dessus il y a 8 jours, sous la fome d'une petite "bébé", et je t'assure que je comprends ta joie, et la partage!
Et puis bon anniversaire, Betty, en retard je suis, comme toujours...
Merci pour ce superbe texte, il fait du bien, il ne parle que de l'essentiel et c'est sans doûte pour ça qu'il fait du bien!
Et la musique? Je suis encore en train de la ré-écouter, inlassablement...
Merci Betty,
Je viens de me régaler chez toi!
Besos, y cariño a tus pequeñas!
Odil

Écrit par : Odil | 15/12/2007

j'ai pris le temps de lire, ma cousine...
mais je ne peux écouter ta musique ??
bises

Écrit par : henri | 15/12/2007

Bonsoir Betty;

Tu remercieras Marie pour moi, celle que je n'ai pas oublié. J'ai retrouvé son écriture, sa sensibilité avec un très grand plaisir. Evidemment, mes yeux ont lentement suivis les mots, les lignes, laissant l'esprit composer les images, le laissant courir sur un sentier souple, luisant entre les prêles.
Marie l'animale ressemble à l'autre, à celle qui écoute les plantes et soigne les hommes et les serpents, à la fois taciturne et hospitalière.

Souhaites lui de ma part un Noël comme elle les aime !

Je suis absent quelques jours et regagne le terrier vendredi.

Portez vous bien, tout autour de toi.

Bises du grillon

Écrit par : christian | 15/12/2007

Betty ce n'est pas sur la lampe qu'il fallait cliquer mais sélectionner le lien qu'il a inscrit dans son texte, copier (CTRL C). Ensuite aller dans ta note, cliquer sur HTLM ..là tu liras sûrement afficher code source et tu feras CTRL V. Tu te retrouves sur ta note avec la lampe.
Compris jeune fille ? Bises de miche

Écrit par : miche | 15/12/2007

coucou ma belle... je reprends les mauvaises habitudes du couche tard, mais quand même je papillotte de la paupière, alors après un bisou ce soir je reviendrais demain lire la belle histoire que tu nous offres en cadeau.

Bonne nuit bisous
ANNIE

Écrit par : maminie | 16/12/2007

Tard.
Je rentre de Brest. Mission Théâtre achevée. Finalement c'était vraiment bien. Deux troupes, une pro et la nôtre, tous mêlés dans une autre universalité...
Je vais peut-être réfléchir.
Der des der, pas sûr finalement, mais avec autre chose à définir.

Baisers Betty et amitiés douces à ceux et celles dont j'ai apprécié la présence "si tellement chaleureuse".

Marie

Écrit par : Marie | 16/12/2007

Magnifique ce texte !
J'ai souvent attrapé des vipères quand j'étais gamin, jamais l'une d'elles ne m'a regardé dans les yeux ni témoigné aucun sentiment.
Cette dame de la lande a donc franchi cette barrière sur laquelle j'ai buté, comme j'aurais aimé, entendre respirer la nuit !
La nature m'a offert ses richesses, mais elle ne m'a pas
ouvert la porte de ses secrets.
Marie a bien de la chance de pouvoir y aller faire un tour derrière cette porte...

Gros bisou glacé, mais le coeur est encore chaud de ce beau récit.

Écrit par : Crabillou | 16/12/2007

Coucou Betty, tu me rassures ! je tempête depuis ce matin car je ne peux pas aller dans les notes... Une page en anglais qui me gonfle... Donc, j'attends patiemment, le principal c'est que je puisse aller vous voir...A plus. miche

Écrit par : miche | 16/12/2007

Je fais tout en retard:
Félicitation pour ta petite Lola... elle est née le même jour que mon p'tit frère Fabien parti depuis 4 ans...(né en 1961).
Etre grand-mère c'est SUPER tu as bien raison, j'en sais quelque chose, moi, avec ma petite Maëlie...Le BONHEUR!
Bon anniversaire pour tes t'uit ans...
et enfin, j'ai adoré suivre cette petite femme le long de ces sentiers...
bizzzous de ghys

Écrit par : ghyslaine | 16/12/2007

Betty, ne reste pas au bord du canal avec ce brouillard que vous avez sur Toulouse. Je ne voudrais pas que tu tombes malade par ma faute.

Nous avons eu une belle journée froide certes, mais ensoleillée.

Auras-tu Lola pour Noël ?


grosses bises

Écrit par : roro | 16/12/2007

Betty idem pour la panne , depuis ce matin les notes sont impossibles ! demain ça ira mieux sans doute ! bisous et bonne soirée ! huguette

Écrit par : macary huguette | 16/12/2007

la soirée est propice à la lecture des blogs puisque Notre Temps a explosé. Alors je flâne. Occupée toute la matinée à flémarder et l'après midi à la déco. Faut quand même s'y mettre, le temps passe ......
Bien tendre histoire que celle que Marie nous offre par ton intermédiaire.....
bisous glacés
ANNIE

Écrit par : maminie | 16/12/2007

Il est 21 H 43 je ne peux toujours pas mettre de note. J'ai une page en anglais qui s'affiche à chaque fois de Notre Temps. Je patiente. J'en profite pour faire le ménage dans l'ordinateur. BISOUS ET BONNE NUIT

Écrit par : miche | 16/12/2007

Photos Sarkozy/Bruni: pas de commentaire de l'Elysée
AP | 16.12.2007 | 22:44

L'Elysée n'a pas souhaité dimanche soir faire de commentaire sur des photos de presse montrant, selon le site Internet de "L'Express", le président Nicolas Sarkozy en compagnie de la chanteuse et ancien mannequin Carla Bruni la veille à Disneyland Paris.

"Pas de commentaire", a simplement déclaré l'Elysée, interrogé par l'Associated Press.



ça m'en bouche un coin... MICHE

Sur son site Internet, le magazine "L'Express" a publié dimanche soir un article dans lequel il affirme que ces clichés devraient "faire, cette semaine, la couverture de trois magazines people, 'Point de vue', 'Paris Match' et 'Closer'".

Le site "lexpress.fr" accompagne son article d'une photographie de la "une" de l'hebdomadaire "Point de vue" à paraître mercredi. Sur cette couverture du magazine people, on peut voir une vignette montrant Nicolas Sarkozy et Carla Bruni côte-à-côte, sous le titre "Carla Bruni, la dame de coeur du président", avec cette légende: "Carla Bruni et Nicolas Sarkozy en famille à Disneyland le samedi 15 décembre".

Interrogé par la chaîne LCI, Christophe Barbier, directeur de la rédaction de "L'Express", a déclaré avoir obtenu confirmation de l'information "par Carla Bruni elle-même qui est une amie". Et d'ajouter: "et visiblement le président de la République, depuis quelque temps, songeait à la rendre publique ou, en tout cas, comme le dit 'Point de vue', à ne plus se cacher".

Le site "lexpress.fr" ajoute que la promenade à Disneyland a été "immortalisée" par "une dizaine de photographes professionnels présents sur les lieux et travaillant (au flash) sans se dissimuler". Sur les clichés, selon le site de l'hebdomadaire, on peut voir "un homme, souriant et détendu, Nicolas Sarkozy, déambulant tranquillement, sous les flashs des photographes, dans les allées de Disneyland Paris, en compagnie d'une jeune et jolie femme, Carla Bruni".

Toujours selon le site Internet de l'hebdomadaire, "il y a une semaine, déjà, le couple -qui se serait rencontré lors d'un dîner chez le publicitaire Jacques Séguéla- avait été aperçu par ces mêmes photographes se promenant dans les jardins du château de Versailles, en compagnie de la mère de la jeune femme".

Dans son édition publiée lundi, "Le Figaro" publie à la "une" une photo d'archive de Carla Bruni, seule, avec comme légende: "Carla Bruni, l'amie du président", a appris dimanche l'Associated Press auprès de la rédaction en chef du quotidien.

Écrit par : miche | 17/12/2007

Pour maintenir le lien, malgré la panne, une bise en passant.....



Hélène

Écrit par : hélène | 17/12/2007

Marre! je me casse!Je change de serveur!
Com. d'explication chez moi!
je t'embrasse ma Douce Betty, Françoise

Écrit par : framboisine | 17/12/2007

Bonjour BETTY, trop jolie, tro douce cette tres jolie mélode de SHUBERT et ce très jolie conte rempli de poèsie!

merci Betty! bisous à bientot!

PASCALINE

Écrit par : arnal | 18/12/2007

Il est revenu le temps du blog...à l'instant....espérons que çà DOURRE......



Bises
hélène

Écrit par : hélène | 18/12/2007

quel regret que Marie ait ainsi renoncé à nous raconter de telles histoires! Merci à toi, Betty, de publier celle-ci, je n'oublierai jamais cette fée d'hiver
Je t'embrasse
Françoise

Écrit par : framboisine | 18/12/2007

Mëme si Heraime n'a pas peur de grand chose il n'aurait jamais eu le courage de marthe et de faire ce qu'elle a fait.Est ce la vérité,nul ne le saura jamais,comme dans toutes les histoires.je t'embrasse bien fort en cette fin d'année .Ton père Noel forezien qui t'aime bien.

Écrit par : heraime | 27/12/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique