logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/03/2012

ERREUR JUDICIAIRE (suite2)

A TOULOUSE, AU SIECLE DES LUMIERES
****
***
**
*
medium_justice7.2.jpg
****
***
**
*
Malgré l'arrêt  du Parlement de TOULOUSE sanctionnant la décision des capitouls et l'espoir d'un nouveau procès qui pourrait enfin restaurer la Vérité,tout concourt pour que Jean CALAS soit un meurtrier.
Oh,oui, il a eu tort ,lors du premier interrogatoire sur "l'infâmante sellette "(petit siège en bois)de prétendre que
son fils avait été assassiné...
*
Certes..
*
Mais imagine -t-on un instant le sort qui était réservé aux suicidés à cette époque (XVIII°):non seulement un procès était fait au cadavre mais encore,il était transporté nu,sur une claie,face contre terre, dans les rues de la ville!
*
Comment un père  chérissant son fils aurait -il pu  supporter cette  infamie!!
*
Conseillé par un avocat ,Jean CALAS le lendemain de son arrestation, abanbonne la thèse du meurtre et parle enfin du suicide de son fils .
OUi, Marc-Antoine vivait très mal le fait de ne pouvoir intégrer le corps de la mgistrature réservé aux seuls catholiques.Le droit, c'était sa passion!
*
Mais les "accusateurs" combattent farouchement la thèse du suicide;ils n'hésitent pas:entre un parricide et un père déchiré par la fin tragique de son fils, ils "choisiront" le premier.
D'ailleurs Marc- Antoine est mis en terre selon le rite catholique.
Des funérailles solennelles sont célébrées dans laCathédrale Saint ETIENNE le 18 Novembre
*
Un nouveau procès va s'ouvrir:nouveau procès,nouvel espoir?
**
Comment prendre du recul par rapport au " monitoire", cette façon de procéder contraire à toute idée de Justice: lors de la messe,le prêtre lit à ses fidéles une série de questions ( très orientées)  et les oblige à déposer sous peine d'excommunication!
Dans ce contexte,87 dépositions affirmant la conversion de Marc-Antoine au catholicisme seront soumises à l'examen du parlement!
Les questions posées  en cours de procédure aux témoins ou aux  intervenants le sont toutes " à charge",laissant présumer la culpabilité d'un père.
**
*
Les membres du Parlement doutent cependant..dix séances seront nécessaires et sur 13 voix, 8 demanderont la condamnation à mort.
***
**
*
medium_capitouls.2.jpg
***
**
*
Cependant, comme la procédure ne contient pas de PREUVE IRREFUTABLE de  culpabilité,Jean CALAS sera également condamné à la question préalable.
*
L'arrêt de condamnation sera rendu le 9 Mars 1762
***
**
*
medium_justice3.jpg

****

***

**

Il fait froid en ce matin du 10 mars 1762 à TOULOUSE:Jean CALAS est revêtu d'une simple chemise qui ne le protège pas des morsures du gel.

*

Il clame son innocence malgré les souffrances qu'il endure lors la question ordinaire ( par étirement) et extraordinaire (par l'eau).

**

L'après midi,il est amené dans  un chariot devant une  église de Toulouse ; il tient entre ses mains une torche de cire jaune ,s'agenouille et doit demander pardon à Dieu au Roy et à la Justice.( pour un crime qu'il n'a point commis! petit aparté personnel)

*

Sur la place Saint GEORGES,un échafaud a été dressé ;la foule, avide de spectacle morbide ,se presse.On entend le bruit que font les roues du chariot sur la rue pavée menant à la Place.


Le bourreau est là et se remémore les instructions énoncées dans l'arrêt de condamnation:il doit rompre les bras,les jambes et les cuisses du condamné.

*

 

 

Jean CALAS est ensuite exposé sur  la roue, la face tournée  vers le ciel.

 

**

*

 

medium_roue.2.jpg
**
medium_roue_calas.jpg
**

 

..Il attend la mort qui mettra fin à son supplice;son confesseur le Père BOURGES est près de lui; il lui demande s'il n'a pas froid car lui a froid.Il lui fait même une requête:une des jambes brisées par le bourreau est repliée sur la roue et  ces "tiraillements" (sic)le font souffrir atrocement.Pourrait-on la déplier?


L'exécuteur acceptera.

*

 

Jusqu'au terme de ce supplice,Jean CALAS clame son innocence!!!Il demande que l'on pardonne à ses juges!!

 

Il expire enfin et son corps est brûlé sur un bûcher dressé sur la place.Les cendres seront dispersées au vent d'Autan.

 

***

 

 

(A suivre)

 

16:14 Publié dans justice | Lien permanent | Commentaires (15)

Commentaires

seul Jean Calas connaissait la vérité et il l'a emportée sur sa roue de torture. Le doute subsistera toujours.


grosses bises

Écrit par : roro | 16/04/2008

la lecure de ta note me glace, on connaît, on sait, mais ce supplice, cet innocent immolé, ce regard sadique de la foule, toutes les scandaleuses mascarades et incohérences notifiées par la religion, c'est à hurler.
Tu rappelles l'iniquité que représentait l'obligation de la foi catholique pour intégrer le corps de la magistrature,quand on sait tout ce qui a "avancé " on peut craindre de voir de droits régresser aujourd'hui, dans d'autres domaines, mais quand même.

Écrit par : framboisine | 16/04/2008

le mot justice devrait toujours pouvoir s'écrire avec une majuscule, hélas, ce n'est pas demain que cela se fera!la raison du plus fort est toujours la meilleure. J'ai lu après une très longue absence, cela ne m'a pas réjouie mais c'était vraiment interressant et intelligement présenté et argumenté.
merci

Écrit par : mamedjo | 16/04/2008

Oui , merci Betty , il me tarde de savoir si au moins il sera reconnu innocent , ce père déjà si malheureux du geste de son pauvre fils ....qui a souffert la torture et la mort , sera-t'il blanchi de ce crime qu'il n'a pas commis!
Blanchi peut-être , mais trop tard ! Brave homme qui pardonnait à ses bourreaux ! allons je vais me coucher en pensant a cette erreur judiciare , qui me révolte beaucoup ! Ta façon de nous le raconter nous fait vibrer , nous le vivons presque ! Bonne nuit quand même ! a demain ! bises ! huguette

Écrit par : macary huguette | 16/04/2008

On notera, outre la légère erreur judiciaire, mais pardonnable à cette époque, que le personnel de justice n'était pas dénué d'humanité en l'an de grâce 1762.
On prend soin du supplicié, et on "déplie" sa jambe brisée, lui apportant ainsi un grand réconfort.
Ces délicatesses n'ont plus cours de nos jours.
Qui se soucie de savoir si les six ou huit mille condamnés annuels chinois ont des acouphènes, avant de leur mettre une balle dans la nuque ?
A-t-on vu quelqu'un s'inquiéter de savoir si Saddam Hussein avait froid, avant de lui passer la corde au cou ?
On finirait par regretter les douceurs de notre 18ème siècle !
Gros bisou.

Écrit par : Crabillou | 17/04/2008

Crabillou a oublié ceux de Guantanamo ou dans le couloir de la mort aux Etats Unis d'Amérique ...
Quant aux erreurs judiciaires malheureusement il y en a eu pas mal et même de nos jours et pratiquement toujours de façon orientées !
Bises

Écrit par : Biche | 17/04/2008

Excellente recherche qui nous fait approfondir ce mystérieux priocés.

Cependant le supplice de la roue...;froid dans le dos, il est vrai.....que de nos jours, les peuples dits civilisés emploient des méthodes assez proches pour torturer les présumés coupables...rien n'a changé....


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 18/04/2008

Merci, Betty pour ce travail de recherche.

Comment peut on avoir 10 séances au parlement avant un jugement ? Les premières étaient elles en faveur de l'acquittement ? Et est on allé jusqu'à celle qui condemnait ?

Les moeurs d'alors sont à prendre avec tout le contexte de l'époque. Et je me garderai bien de les juger !


Bises du grillon

Écrit par : christian | 18/04/2008

Trop pris par ma musique, je n'ai pas beaucoup de temps pour visiter tous les blogs. J'ai lu avec intérêt et effroi l'histoire de Jean CALAS, et je suis bien sûr atterré de toutes ces erreurs judiciaires qui ont été commises durant des siècles, et qui continuent à être commises sur notre pauvre terre, très souvent au n om de la religion.
L'intolérance et la haine des hommes pour d'autres hommes est insupportable, et elle est loin d'être abolie...
470 exécutions l'an dernier en Chine, le record de tous les pays condamnant encore à mort, et 16000 exécutions de 1990 à 1998, c'est terrifiant.
Merci pour cette terrible histoire que tu nous as contée...
Je t'embrasse

Jean-Louis

Écrit par : Jean-Louis | 19/04/2008

Je comprends que tu aies quelques réticences vis a vis de l'église et je te pardonne bien volontiers ma fille.Il y aura malheureusement toujours de telles ignominies.Je compatis à la souffrance de cet homme qui ne méritais pas cela.votre père à tous.

Écrit par : heraime | 21/04/2008

C'est une histoire angoissante , le fanatisme n'est pas mort , mais chez nous la peine de mort est abolie. C'est un grand pas de franchi .
L'intolèrance poursuit sa route , les erreurs judiciares existent encore et la rumeur est toujours dévastatrice .
Merci Betty , je viens de relire toute l'affaire depuis le début .
Grosses bises petite soeur ! huguette

Écrit par : macary huguette | 13/03/2012

Coucou Betty !
Mais c'est atroce en fait se sont eux les assassins et tout ça à cause des religions .
Gros bizoux en attendant la suite , Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 13/03/2012

Bonsoir Betty

La justice a heureusement fait de grands progrès depuis 3 siècles. Mais la récente affaire d'Outreau montre que la vérité n'est pas toujours fille à se montrer nue au grand jour; J'ai été et je le suis toujours par le fait qu'un juge d'instruction, à peine nommé, puisse être en charge de dossiers difficiles. Dans le privé, un jeune ingénieur sortant d'école attendra 4 à 5 ans avant de conduire un chantier important, il sera d'abord un adjoint, puis prendra une affaire sans trop de risque. Il y a une véritable mise en formation et il devra rendre compte de ses choix.

Je ne comprends pas pourquoi un juge ayant 10 à 15 ans d'expérience ne serait pas le tuteur de deux ou trois jeunes. Et ne me dis pas qu'il y a pénurie de personnel dans la justice, je t'assure que les entreprises privées ne font pas d'excès en la matière. Les gens travaillent plus vite, communiquent par mail, fax, téléphone et sont pour moi plus efficaces.

Mais il est possible qu'un simple citoyen ne saisisse pas toute la complexité du problème.

Bises du grillon qui attend Voltaire

Écrit par : Christian | 14/03/2012

J'ai froid dans le dos .. je suis glacée par l'horreur, l'aveuglement de la justice ! C'est affreux ! bises de miche

Écrit par : miche | 16/03/2012

Et dire qu'on appelait cette époque le siècle des lumières .Que ta journée soit douce ma copine.Bises du Forez sous le soleil.Quel beau mois de Mars.

Écrit par : heraime | 23/03/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique