logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/04/2008

EN VACANCES AVEC...

****

***

**


Je vous laisse en bonne  compagnie...une façon comme une autre de vous dire "A bientôt".
**
*
medium_DSCF1243.JPG
**
*
Je vais bercer mon bonbon d'amour, ma Lola, lui faire découvrir le premier vol des mouettes et  écouter le cliquetis des drisses sur le port.
**
*
medium_DSCF1245.JPG
**
*
****
BETTY
*
(pour le plaisir, allez sur youtube.fr,tapez jacques tati et cliquez sur les vidéos présentées :cest vraiment " désopilant".
photos "maison")

27/04/2008

Chaud, chaud...

..les charentaises!

 



podcast

 

 

***

**

medium_pantoufles.jpg
***
**

Ce silence , inhabituel..différer l'instant où..

Et si ce n'était pas "çà"?

 Ne rien dire au frère cadet qui dort dans le lit proche,ni aux deux aînés endormis dans la chambre à l'étage supérieur près du grenier où dansent la nuit  les sorcières " à balai".

 Silence matinal....espérance blanche enfantée par la nuit..

Sauter du lit,se  hisser sur ses jambes d'enfant pour ouvrir la fenêtre, entrebailler les lourds volets,et la voir,elle, si attendue:

 

LA NEIGE!!

Offrir son visage  à la valse désordonnée des flocons,enfoncer ses galoches pour entendre le crissement qui réjouit l'enfant,franchir le portail de la petite école .

LA NEIGE!


Enlever ses gants de laine pour la saisir , elle, si froide.

Jouer.

Enfin,rentrer  à la maison pour le goûter:réfugier ses pieds un peu humides dans les charentaises chauffées quelques instants dans le four de la cuisinière à charbon, boire enfin le  bol de lait de chèvre généreusement chocolaté .

VIVRE!

 

LE BONHEUR C'EST TOUT SIMPLE,NON?

 

 

 

 

 

24/04/2008

CADEAU....

 ****

***

**

 

 

medium_tian_6.jpg

 

***

*

****
**
Sur la place, seul le silence semblait exister.
Mais pour ce jeune étudiant anonyme qui s'avançait vers son histoire,
plus le chemin se dévidait sous ses pieds et plus il était bercé par d'envoûtantes voix d'anges comme pour mieux laisser s'envoler chacun de ses pas,comme pour mieux laisse s'envoler l'âme lavée de toute souillure vers un pays où le soleil lui féra révérence.
il était plus que jamais décidé à sceller de son sang un testament d'amour à la gloire de la vie.

Ses compagnons commençaient à livrer leur corps aux armes.

Ils s'apprêtaient aussi à s'agenouiller sur cette terre brune qui serait teinte du rouge de leur sang pour, une dernière fois,communier dans une seule et même fraternité.
Et puis soudain,la machine à la cuirasse reluisante comme happée par une force rédemptrice s'est refusée à venir défier ce frêle corps humain au visage émacié,tentant ensuite de le contourner,
pour finalement devant tant d'abnégation,s'immobiliser.
*
Le temps s'est dès lors suspendu,sans doute pour mieux laisser s'inscrire dans l'éternité,ce moment où le système a reculé devant l'homme,cet instant de grâce, cet instant d'humanité.
*
De cette humanité qui a caressé la conscience de ce soldat pour lui rappeler que si son obéissance appartient au souverain,son âme n'appartient qu'à lui même.
*

En ce 4 Juin 1989 ,plus que des pertes humaines dont pourtant il se repaît,le pouvoir a aussi volé aux hommes ce pour quoi ils luttent,ce sans quoi la vie ne serait plus qu'une logique de survie,le pouvoir leur a volé leur bien le plus précieux,

le pouvoir leur a volé leur rêve.

Non pas le rêve d'une liberté incandescente ou d'une démocratie triomphante.


Mais simplement le rêve que la vie n'a pas été créée pour un système politique ou idéologique mais pour l'homme.

 

Le rêve que l'homme doit être le but de toute association pour ne jamais devenir son servile instrument.


Mais l'histoire malheureusement a trahi l'espérance des hommes en dotant ses ennemis d'armées toujours plus puissantes,de structures toujours plus organisées et verrouillées aux frontières souvent infranchissables..

Voici ce qu'écrivait mon ami Kiêt au vu des évènements de la Place TIANANMEN en Juin 1989.

Et il terminait sa lettre par cette note d'espoir poignante:

 

 

***
** 
medium_colombe1.2.jpg
***

Même si un jour ceux que j'aime trouvent l'oubli de moi,

Même si un jour,les adieux vont être difficiles avec ceux que je ne vais plus revoir,

Même si un jour ma vie ne devient qu'affliction et désarroi,

Elle restera pourtant ,ma seule et unique raison car

Tant qu'il y aura assez de vent pour colporter le rire des enfants

Tant qu'il y aura assez de soleil pour faire chanter les jours où l'ennui est si envahissant

Tant qu'il y aura assez d'amitié pour faire un monde à deux

Tant qu'il y aura assez d'amour pour embraser nos coeurs et faire s'embrasser nos différences,

Je serai un homme fier d'aimer mon prochain et de pouvoir le défendre.."

***

**

Merci Kiêt,tu fais partie de ceux qui laissent une trace .

Je vous offre  une partie de cette lettre pour le message qu'elle contient.

Betty

15/04/2008

MERCI

 

 

 

****
***
** 
medium_capitouls_2.2.jpg
****
***
**


Je voudrais dire MERCI à tous ceux qui trouvent un intérêt à ma note "ERREUR JUDICIAIRE", qu'ils laissent ou non un commentaire.

***

**

 

L'affaire CALAS me passionne,pour diverses raisons,et la rédaction des notes prend un peu de temps car j'essaie de rester fidèle aux faits, tout en essayant de ne pas donner un caractère ennuyeux à leur relation.Les détails ne sont pas inventés.

**

**

Aussi, soyez indulgents si je ne visite pas trop vos blogs en ce moment ou si je ne laisse pas de com.

Je vais encore rédiger deux notes .

***

**

Le message que je voudrais vous transmettre ne peut être  mieux exprimé :

*

"Voilà pourquoi l’affaire Calas demeure exemplaire et ne connaît pas de fin. Chaque époque, chaque individu la regarde et s’y regarde à travers elle, miroir promené à travers les siècles. En ce miroir l’image n’est jamais la même. Jusqu’à nos jours, la controverse galope et chevauche les générations, portée par les passions du moment, renaissant des crimes et des tourments de l’histoire vécue par chacun...."


 


Janine Garrisson

ET:

 

 

"L'absurdité de l'intolérance sera un jour reconnue, comme celle de l'horreur du vide et toutes les bêtises scholastiques. Si les intolérants n'étaient que ridicules, ce ne serait qu'un demi-mal, mais ils sont barbares, et c'est ce qui est affreux. Si je faisais une religion, je mettrais l'intolérance au rang des sept péchés mortels."

*

Voltaire à Schomberg, 4/8/1769

12/04/2008

INVITATION à DINER CE SOIR CHEZ MICHE

Tous à HABAS: sur une idée de recette de Valérie LEMERCIER
 ( n'oubliez pas de revenir sur la note après avoir visionné..)
 
**
**

Pour les palais délicats et pour ceux qui ne mettent pas de la "arine "( farine pour les illettrés) dans les lentilles ( en ajouter à mon sens  est meilleur :vos lentilles ne baignent pas dans un   liquide ressemblant à du jus et c'est bien là le plus" de la recette),suivez les instructions de Miche-Lemercier ...

***

*

ET VOUS Y ARRIVEREZ!!!!

**

*

 

T'as vu, la Miche,comme je suis douée!!!

**

C'était la fin de la série le " Cul Noir".

medium_cul_noir2.3.jpg
**
*

Si vous ne savez ce que c'est, lisez donc ma note précédente!..et les commentaires......

***

**

 

Bonne soirée

 

**

*

Betty

(Petit renseignement pour Miche:s'il ne faut saler qu'en fin de cuisson, c'est pour éviter que les " belles" n'éclatent.

Miche :de quels albums parles -tu?tu as dû te tromper  de Betty....).

*

" FARINEZ"!!!!!!!!(modérément cependant)


16:50 Publié dans cuisine | Lien permanent | Commentaires (9)

LE CUL NOIR...

 J'entends déjà vos sarcasmes...mais détrompez vous: le " cul noir" est une race de porc qui était en voie de disparition et que des éleveurs de Corrèze ont remis au goût du jour.

***

**

 

medium_cul_noir2.2.jpg
***
**

 



L'imagination de mon amie Maddy, (qui vit en Italie, écrivain à ses heures et qui ,comme moi, adore les mots) a été alertée par l'appellation CUL NOIR.

***

**

*

 

 

medium_cul_noir_4.jpg
***
**

Ayant reçu livraison de quelques boites de confits,

 

medium_cul_noir3.jpg

 

elle m'a adressé un SOS car si l'expression lui avait plu,son imagination s'arrêtait là. Comment cuisiner le cul noir?

 

**

*

Bien que ma réponse ait tardé ( je ne sais malheureusement ou fort heureusement que cuisiner les confits de canard),Maddy  a cependant fait ripailles sous le regard complaisant de BACCHUS!!

**

*

Lui ayant suggéré de servir ce mets délicieux avec des lentilles ( vertes,du PUY), elle m'a demandé la recette.

 

En ayant éprouvé plusieurs, j'en ai retenu une que je qualifierais d'EXCELLENTE, j'ai pensé que vous pourriez en profiter, d'où l'intérêt de cette note ( qui vous permettra de digérer le début de l'affaire CALAS...).

 

 

***

*

MADDY,A TES FOURNEAUX !!  COMPRIS?

 

**

 

Et pour accompagner cette recette,une musique de LULLY  car elle est destinée aux GRANDS de la Cour du BLOG:

 


podcast

 

POUR 4 personnes:

 

 

250 grammes de lentilles vertes

1 oignon

1 échalote

2 carottes

1 navet

1 gousse d'ail

1 cuillère à soupe de arine

1 bouquet garni

200g de lard de poitrine fumé

graisse de canard

sel,poivre.

 

 Lavez les lentilles . Mettez-les dans une casserole,recouvrez-les d'eau froide.portez à ébullition et égouttez aussitôt.

Emincez les carottes,oignon, navet,échalote que vous mettez dans une cocotte avec la graisse de canard.Laissez blondir légèrement.Saupoudrez de farine,mélangez, ajoutez les lentilles blanchies,une gousse d'ail,un morceau de lard de poitrine fumé,le bouquet garni,du poivre et peu de sel.Recouvrez à peine le tout d'eau bouillante.Couvrez la cocotte,laissez bouillir doucement une heure et demie.

 

 

 

Et:

 

A TABLE!!

 

(petit "truc":si vous voyez que les lentilles ont tendance à " accrocher à la cuisson", rajoutez chaque fois un peu d'eau chaude - je suis " généreuse" avec la graisse de canard).

***

**

 

Alors,bellissima ragazza, contente?

****

***

 

 

BISES PORCINES MON AMIE

 

**

*

BETTY

 

 

11:12 Publié dans cuisine | Lien permanent | Commentaires (11)

10/04/2008

La musique

 

 n'est pas l'oiseau mais le vol....

 *

 

 

J'y associe parfois des peintures,

 

 


podcast

 

***

**

 

medium_violoncelle.jpg

 

 ***

**

*

 

des images

medium_musique.jpg
***
**
*
des moments forts
medium_2008_056.jpg
***
**
*
des paysages apaisés
***
**
*
medium_musique_1.jpg
***
**
*
medium_musique_1.2.jpg
***
**
*
des poèmes...
***
*
La musique souvent me prend comme une mer !
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile ;

La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile,
J'escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile ;

Je sens vibrer en moi toutes les passions
D'un vaisseau qui souffre ;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions

Sur l'immense gouffre
Me bercent. D'autres fois, calme plat, grand miroir
De mon désespoir !

(Recueil : Les fleurs du mal-BAUDELAIRE)
**
*
(photos" maison ":JB en Islande - visite en terre catalane au pays de DALI.
Musique:Jean Sébastien BACH)

08/04/2008

ENTR'ACTE.

****
***
**
medium_entr_acte.2.jpg
***
**
*
Le dernier épisode de SERIE NOIRE se déroulait au pays du grillon heureux
**
Vous connaissez désormais la formule: lorsque je ralentis le blog,j'édite une note illustrée par un billet rouge "ENTR'ACTE" et un extrait du lvre "anthologie désinvolte des plus belles réparties"
**
*
Mais voulant rester sur une note provençale, j'ai pensé que vous éprouveriez peut être le même plaisir que moi à relire quelques extraits du dialogue du film de PAGNOL "La femme du boulanger". ( film s'inspirant d'une nouvelle de Jean GIONO)
**
Si vous avez 7 minutes à "gagner", cliquez sur le lien ci-dessous.Vous serez alors sur le site de Dailymotion:en haut à droite,dans la case "Recherchez", tapez:la femme du boulanger Raimu .  (je ne sais pas encore transférer les vidéos).
*
*
 RAIMU est tellement poignant!n'hésitez pas.
**
medium_raimu.jpg
*
medium_raimu_2.jpg
***
**
*
Le boulanger: - Ah ! Te voilà, toi ? Regarde, la voilà la pomponnette... Garce, salope, ordure, c'est maintenant, que tu reviens ? Et le pauvre pompon, dis, qui s'est fait un mauvais sang d'encre ! Il tournait, il virait, il cherchait dans tous les coins... Plus malheureux qu'une pierre, il était... Et elle, pendant ce temps-là avec ses chats de gouttières... Des inconnus, des bons à rien... Des passants du clair de lune. Qu'est-ce qu'ils avaient, dis, de plus que lui ?..
Pomponette: : Rien.
Le boulanger : - Toi tu dis "rien." Mais elle, si elle savait parler, ou si elle n'avait pas honte - ou pas pitié du vieux Pompon - elle me dirait : "ils étaient plus beaux." Et qu'est-ce que ça veut dire, beau ? Et la tendresse alors, qu'est-ce que tu en fais ? Dis, tes ministres de gouttières, est-ce qu'ils se réveillaient, la nuit, pour te regarder dormir ?...C'est pas parce que les lions sont plus forts que les lapines pour que les lapines courent après en clignant de l'oeil!
 (La chatte, tout à coup, s'en va tout droit vers une assiette de lait qui était sur le rebord du four, et lape tranquillement.) Voilà. Elle a vu l'assiette de lait, l'assiette du pauvre Pompon. Dis, c'est pour ça que tu reviens ? Tu as eu faim et tu as eu froid ?... Va, bois-lui son lait, ça lui fait plaisir... Dis, est-ce que tu repartiras encore ?
Sa femme : Elle ne repartira plus...
Le boulanger :  -"Parce que, si tu as envie de repartir, il vaudrait mieux repartir tout de suite, ça serait sûrement moins cruel...
Sa femme : Non, elle ne repartira plus... Plus jamais...

 

 

BONNE JOURNEE A TOUS

 

 

07/04/2008

De briques et

.....de rose
***
**
Comme je l'aime ma ville !  Ô TOULOUSE.....
*

podcast
(Appuyer sur podcast gris) 
*
Samedi dernier fut une journée baignée de soleil  et je décidai de partir à  la rencontre de Clémence Isaure, cette gente dame toulousaine amoureuse des belles lettres à la Renaissance  dont la singularité est de n'avoir pas existé et d'avoir été ainsi la muse inspiratrice de nombreux poètes célébrés par l'Académie des Jeux Floraux  qu'elle "créa."
***
**
*
medium_clemence_isaure.jpg
*
( Clémence Isaure-Musée des Augustins-Toulouse)
****
***
**
* 
"J'ai lu sur elle tant de bien que c'est la seule femme dont je regrette qu'elle ait disparu avant d'être née..."
(Paul VALERY)
***
**
  Je la cherchai, parcourant les rues,...
 ****
**.
medium_toulouse_009.jpg
***
**
*
Je rencontrai le poète toulousain Serge PEY qui  me glissa quelques vers  au creux de l'oreille
*
"Ma ville est un pont à l'envers sur le vide
Ma ville pêche deux rives et une vie au bord d'une île
Ma ville est un fleuve aux rives soudées dans l'île."
***
**
medium_toulouse_016.jpg
***
**
*
Clémence, fruit de notre imaginaire...
***
**
*
medium_isaurebis.jpg
***
**
*
 medium_toulouse_007.jpg
**
*
Enfin je  le cherchai, lui..
***
**
*
medium_toulouse_014.jpg
**
*
ce magicien des mots 
***
**
*
medium_toulouse_008.2.jpg
***
**
*
medium_toulouse_005.5.jpg
***
**
*
***
**
*
Je m'installai alors  à la terrasse d'un café
...
medium_toulouse_013.2.jpg
**
**
et je les vis arriver tous les deux,se tenant par la main et il me chuchota:
**
"Je ne dix mots":
...
Bien incapable de citer
un mot parmi la ribambelle
chacun d'eux a droit de cité,
du plus offert au plus rebelle.
*
Dans leur pays multicolore,
dans le secret de leur couleur,
si je préfère l'un des leurs
un autre peut-être m'adore.
*
Où est le grave sans l'aigu!
Où va le rêve sans étoile?
Le temps unit, tissant sa toile,
la transparence à l'ambigu."
*
(Claude NOUGARO)
 
***
*
C'était un samedi ensoleillé à Toulouse avec Clémence Isaure et Claude NOUGARO.
*
BONNE JOURNEE A TOUS
 

**
*
BETTY
 ***
**
*
(photos prises samedi 5  Avril)

06/04/2008

SERIE NOIRE ( suite et fin )

La chair de l'orchidée.


podcast

 

**

medium_dauphine.jpg

 

**

 

L'agent Toulouseoo31 avait roulé une bonne partie de la nuit; il s'était cependant ménagé une temps de repos à l'entrée d'un bosquet et s'était assoupi, recroquevillé sur les deux sièges avant du véhicule. 

Une pie qui jacassait avec un merle chanteur ( ah,ah,Merlin l'enchanteur !) le tira de son sommeil abyssal .

Il remit en ordre les cheveux épars sur son crâne ,vint à bout d'un épi rebelle avec quelques gouttes de salive ( pouah!réflexion de l'auteur..),puis il ouvrit les vitres de la dauphine :  les fragrances libérées par la farigoulette et la lavande en fleurs ,une légère brise matinale ,tout se mêlait en une harmonie voluptueuse sollicitant tous ses sens.Il était bien en Provence.

Revigoré,l'agent Toulouse0031 se sentit pousser des ailes et  fit  un détour par GARRIGUETTE (célèbre pour la fraise qui lui a donné son nom..) afin de visiter le musée des boutons de manchettes ;il était en effet un fervent collectionneur et plusieurs pièces rares étaient exposées dans la vitrine en verre du buffet en faux acajou meublant un salon sans originalité..

Cette marotte était la passion de sa vie à l'exclusion de toute autre.

Alors qu'il faisait l'inventaire de sa collection,des signes qui ne "trompent pas" annoncèrent qu'il arrivait sur le lieu de sa mission: des oliviers à perte de vue,

 

 

medium_christian.jpg

 le chant des cigales et, au loin, fermant l'horizon d'un contour bleuté et mauve,la crête du MONT qui ne pouvait être que VENTOUX ( et non de Vénus,ah,ah, ah).

 

Lui revint en mémoire une chanson que lui chantait sa mémé avant de l'endormir:

 

Fai brusi ti chimbaleto

Et vivi l'estiéu!

Proun de cant,o cigaleto

Valon pas lou tiéu.

 

(fais bruire tes petites cymbales

Et vive l'été!

peu de chants,ô petite cigale

Ne valent le tien!)

*

medium_christian1.jpg
*

Les arbres commençaient à être lourds de fruits et il songea au "Traité des Confitures" écrit par Nostradamus,l'ouvrage de référence -aux dires sa maman -pour la conservation des fruits..Lui ,il ne retenait de cette personnalité provençale de renommée universelle que les prédictions...et foi de Nostradamus, cette nouvelle mission ferait date dans les annales  ..

 

ET bien, il allait le griller...ce grillon...et il le servirait à la sauce nuoc man!

 

Sa détermination fut cependant distraite : d'un oustal restauré "façon "provençale,sortirent une nuée d'insectes bipèdes qu'il crut reconnaitre.


Se cachant derrière l'olivier tri centenaire,gardien du " temple",l'agent Toulouse0031 assista à une spectacle digne des meilleures pastorales: l'édentée,le forézien, le clarinettiste et la danseuse de music hall,la calamity, la cot  cot,la Mata Hari de Loubejac,le  ""gri lion" ( ah, ah !), maître des lieux et sa "gri lionne",tous allaient  d'un pas alerte,portant faucille à la main et sacs de jute sur le le dos!!!!!!!ah, ah!

**

medium_00315.jpg

**

L'agent Toulouse0031 exultait:il allait les cueillir ces fruits là!

"fau culi la pero tant-lèu qu'es maduro" (il faut cueillir la poire aussitôt qu'elle est mûre).

 

Maîtrisant l'art du camouflage, il se déguisa en olivier avec quelques rameaux qu'il fit glisser dans son spencer à rayures vert olive (...!), tressa enfin une couronne,et,impérial, ( référence historique à l'empereur César et non au papa de Marius, l'amoureux de Fanny) prit en filature la sémillante petite troupe.

 Marcher sur ces chemins caillouteux mettait à mal son genou gauche cagneux ; sa souffrance fut cependant  de courte durée:l'insecte cauteleux ( vous vous souvenez?petit aparté..) et son essaim s'étaient arrêtés devant une mer bleutée qui ondulait sous un léger mistral.

Avec fébrilité ils se mirent à couper les brins de lavande pour les rassembler dans les sacs de jute...L'agent Toulouse0031 commença à douter du bien fondé de sa mission....ce n'était pas la première fois que le BOSS avait fait une erreur d'appréciation!!

Alors que le soleil commençait à décliner ses tons orangés sur la crête du mont VENTOUX ,la troupe laborieuse prit le chemin du retour .Pressant le pas, elle  se retrouva face à face avec un olivier claudiquant  à forme humaine!!!!!!!!!

L'édentée d'HABAS qui n'avait pas" les dents dans la poche" ( aoc), reconnut immédiatement le fin limier;l'abeille de BOE sortit alors son dard et sous la menace,l'agent Toulouse0031,révéla la raison de ce déguisement ...stupide.

 La candeur de  ses explications mit fin à toute vélléité de persécution..

Le grillon,maître chanteur ( ah, ah, ah),lui fit les honneurs de son terrier .


L'agent  Toulouse 0031  découvrit alors un homme amoureux des plantes, des fleurs ( orchidées)qu'il allait chercher,tel Marco POLO, dans les lointaines contrées de l'Orient, pour son plaisir personnel. et pour pérenniser la collection d'herbiers, respectant en celà une tradition familiale antédiluvienne.

 

Et la fête commença!

 

 

EPILOGUE

 

Sur le chemin du retour, l'agent Toulouse0031,la tête alourdie par les délices de Bacchus provenant de la cave personnelle du grillon ( tout s'était terminé en   bacchanales....) , se demandait s'il n'allait pas présenter à Docteur NO (son chat) POMPONETTE la minette aux poils angoras blancs ,du grillon et de la grillonne...

Ce chat avait besoin de distraction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

,

 

 

 

 

 

 

 

.

03/04/2008

LE TURC..

.EN ITALIE..


podcast

Ce fut une soirée "joviale "comme l'oeuvre qui nous était présentée.

***

**

medium_turc8.jpg
****
***
**
Avant que le rideau ne s'ouvre,je vous parle un peu de ROSSINI?
*
Né un 29 FEVRIER (premier signe de singularité)1792 ,il est originaire d'une petite ville sur les bords de l'Adriatique où son père était un modeste musicien ( corniste à l'orchestre municipal) et la mère couturière ,et chanteuse..
*
Le père ,fervent  partisan de la République cisalpine fondée par BONAPARTE sera chassé de l'orchestre puis emprisonné.
*
La famille voyagera puis s'installera à BOLOGNE,capitale italienne de l'apprentissage de la musique.
*
Enfant manifestement doué, le jeune Gioacchino passe la majeure partie de son temps à la bibilothèque, étudiant les symphonies de MOZART,HAYDN
*
*
Il composera son premier opéra à l'âge de 19 ans.
*
Lorsqu'il écrit "le TURC en Italie" ,il venait de triompher à VENISE avec une opéra " TANCREDI" et "l'Italienne à ALGER."
Puis il partit à la conquête de MILAN.
*
 
Au théâtre de  LA SCALA ( coucou Maddy..petit aparté pour mon amie très chère qui vit à MILAN),en ce 14 Août 1814,  le public  réputé difficile n'accueillit pas favorablement cette oeuvre...
*
Mais souvent public varie.....et il varia..
*
Parmi les "aficionados",STENDHALH,qui l'écouta à  la SCALA.
****
***
*

L' "histoire"?

Venez avec moi à NAPLES,au XVIII° siècle:

***

**

*

medium_turc6.jpg

 

***

**

*

un camp de bohémiens, et parmi eux, la belle Zaida ( mezzosoprano) amoureuse éconduite ( victime d'intrigues de rivales jalouses..ah!ces femmes!!) de SELIM (basse)

**

medium_turc_3.jpg
**
*

 prince TURC dont elle était l'esclave.

*

Sur le port, la belle Donna Fiorilla ( soprano)

*

medium_turc9.jpg

,jeune femme qui a  fait quelques entorses à la fidélité conjugale(il est vrai que son mari a quelques printemps de plus qu'elle) regarde l'arrivée d'un bateau en provenance de la Turquie., tout en racontant aux badauds ses aventures sentimentales.

A son bord,SELIM .....

**

*

medium_turc5.jpg

****

***

Il fait les louangse du peuple italien et ..notament de la

gent féminine....Fiorilla y est très sensible.......

 

Autour d'un café..turc servi dans le salon de la belle iatlienne,SELIM déclare sa passion et provoque un peu Donna Fiorilla en lui "chantant"que quelques centaines de femmes "peuplent " son harem...

**

*

 

medium_turc7.jpg

 ****

***

**

 

*
Ces "ébats" amoureux sont interrompus par l'arrivée du mari ,GERONIO ( basse).Fort habilement, l'épouse volage "retourne "la situation et  le mari trompé couvre le Turc de compliments,sous le regard ébahi d'un autre soupirant de donna Fiorilla Don NARCISO(Ténor)
*
Le Turc,selon les rites de son pays ,proposera au mari " cocu" de lui acheter sa femme...GERONIO ,fort des coutumes italiennes ,menace de lui donner un coup de poing dans le nez...
*
Ainsi va la vie ( petit aparté pour souffler dans la rédaction de  cette note)

Et pendant ce temps, Fiorilla continue à chanter les délices de  l'amour.
*

podcast
****
***
*
Soyez rassurés, tout se serminera bien:
Le TURC séduisant repartira dans son pays au bras de la belle bohémienne Zaida,Fiorilla  qui avait été mise en état de de disgrâce ( fort provisoire) par son mari  sera "pardonnée" .
*
Tous se réuniront enfin pour chanter la morale:
"Restate contenti, felici vivete".
*

podcast
**
*
medium_turc4.2.jpg
****
***
** 
Voilà, ce fut une soirée joyeuse ( pourrait-il en être autrement avec ROSSINI ?).
*
Oui,le livret est simple:une femme opposée à trois hommes:un mari stupide,un Turc séduisant et un soupirant trop sentimental.
Il "y a cependant  ce trouble des coeurs qui trop sûrs d'eux, croient  qu'ils peuvent jouer sans s'égarer".
 
**

Oeuvre subtile, influencée par le COSI FAN TUTTI de Mozart  : on y retrouve  fragilité et délicatesse.
**
Une mise en scène  très originale:dans l'italie des années 1950-1960, à l'époque où le cinéma brillait par ses comédies.
**
oh,oui!une excellente soirée.
**
BETTY
**
*
( Les extraits:Maria CALLAS dans le rôle de Donna FIORILLA au théâtre de la SCALA de MILAN en 1954)

09:15 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (11)

01/04/2008

CE SOIR...

 


podcast

 

JE VOUS EMMENE A L'OPERA.

***

**

Un petit voyage en Italie avec :

**

*

medium_rossini1.jpg

 ROSSINI  ( 1792-1868)

 

***

**

*

celà vous tente?

*



Alors ,suivez moi et allons écouter ensemble au Capitole "LE TURC EN ITALIE".

 

 ****

***

**

medium_turc.jpg
****
***
**
*
Chuuutttt! le rideau s 'ouvre...
***
**
medium_turc_2.jpg
****
***
*
Nous sommes à NAPLES,avec les gitans...je vous raconterai....
**
*
Huguette,je sais que tu aimes écouter l'Opéra:ça va être TA FETE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Et toi GRILLON, ô combien heureux en ce jour béni du 1er Avril sors bien tes antennes!!!!
**
*
BETTY

18:26 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (5)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique