logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/05/2008

LE TEMPS

  DES CERISES...A CERET...ou le plaisir des sens.


podcast

 

(Jean Sébastien BACH)

 

Si vous désirez connaître le début de l'histoire, merci de vous égarer sur ma note "les couleurs du temps"..

 

OUi,nous avons balayé d'un revers de bonne humeur les outrages du temps capricieux...

Quel plaisir que notre visite à CERET!

 

medium_perillos_011.jpg
(une partie de la bande..de dos..et la béquille de Mariette...la trop intrépide Mariette..)
***
**
PLAISIR DES YEUX:
...au Musée d'Art Moderne (un vrai joyau).
regard en arrêt sur les couleurs de Chagall ( exposition temporaire)
**
*
medium_ceret1.2.jpg
****
**
*
medium_ceret.jpg
**
(petit cadeau emporté dans mes valises)
***
L'une des coupelles tauromachiques:une petite merveille de PICASSO qui en quelques "traits"  miniaturise les étapes de la corrida.Vraiment superbe!
***
**
medium_ceret2.2.jpg
***
Et la découverte d'un peintre:Pinkus KREMEGENE.
**
*
medium_3.5.jpg
***
**
PLAISIR DE L'OUÏE....
***
La surprise au détour d'une rue...quelques notes échappées d'un violoncelle..du BACH???
Il est des instants de grâce,de ces petits moments de bonheur fort simple que la vie vous offre.
Nous avons poussé le lourd portail de l'Eglise et là,un enchantement:l'orchestre de chambre des pays catalans  en répétition pour le concert prévu le soir....
**
*
medium_perillos_025.jpg
***
**
medium_perillos_021.jpg
***
**
*
PLAISIR DU GOUT:
*
medium_perillos_027.jpg
ce qui reste des cerises de CERET,dont la réputation internationale est avérée, après le passage des "copains d'abord".
***
**
Fin de l'épisode catalan..que vous pouvez poursuivre en prenant le lemps de lire cet article intéressant sur CERET.Vous pouvez également visiter  le musée d'art moderne en allant chez Google.
**
*

Collioure et Céret avec les peintres

Collioure (Pyrénées-Orientales) Envoyée spéciale


L'herbe a été coupée à ras de terre. Les cerisiers plantés en rangs, innombrables et opulents, courants en plaine, montent à l'assaut des collines boisées de chênes-lièges et de chênes verts. Des champs mordorés, balayés par le vent, parvient une odeur de foin sec. Le bleu du ciel, vif et incisif, contraste avec le vert sombre d'une végétation gorgée de soleil. Adossée au massif des Albères, au pied de la vallée du Vallespir, Céret (Pyrénées-Orientales) somnole, repue et sereine, à l'abri de la tramontane, bercée par le craquettement des cigales. Au loin, le Canigou, montagne sacrée des Catalans, imposante et souveraine, a bien du mal elle aussi à sortir de la brume qui l'enveloppe depuis la fin de la matinée.
Le temps est à la sieste, moment précieux et suspendu où la ville, plongée dans la chaude torpeur de l'été, trouve derrière les murs épais de ses hautes demeures et le maillage étroit de ses ruelles, des températures plus clémentes. Aux terrasses des cafés, on goûte aux ruissellements des fontaines et à l'ombre des frondaisons bruissantes des platanes plantureux et élancés qui s'égrainent de part en part des trottoirs et des places de la cité cérétane.

 

Le déjeuner perdure. Le soleil effleure à peine le haut des façades des maisons aux tons ocre et brun. Dans ces paysages simples et condensés, il fait bon vivre. "La Mecque du cubisme", comme la surnomma le poète et critique d'art André Salmon au début du XXe siècle, foisonne de perspectives.

"Picasso, Braque et bien d'autres artistes du XXe siècle comme Masson, Gris, Herbin, Picabia, Chagall - pour ne citer que les plus célèbres - ont trouvé à Céret une quiétude idéale pour travailler", rappelle Joséphine Matamoros, directrice du Musée d'art moderne de la ville, gardien de quelques-unes de leurs plus belles toiles, dessins et sculptures, voire céramiques pour Picasso. Soutine, qui y vécut trois ans, en tira l'expressionnisme violent, dense et véhément, si propre à son oeuvre.

Effectivement, au grand jour, masses des platanes, fenêtres longilignes avec vue, jambes de ponts ou d'aqueducs, route qui serpente à l'assaut d'une montagne ou troncs rouge sang de chênes-lièges dont on vient de lever l'écorce frappent le regard qui les frôle par la force concentrée de leurs compositions et de leurs couleurs.

S'attacher à une ville est une histoire de rencontres, liées pour cette cité catalane à un environnement naturel et humain sans artifices et à un musée digne des plus grands. "Céret n'est pas une ville de villégiature", souligne Mme Matamoros, née de l'autre côté de la frontière, en Catalogne espagnole, et élevée dans ces paysages des Albères, nourriciers et sauvages. "Elle est, affirme Mme Matamoros, une cité vivante où l'aspect festif, à travers les fêtes, les foires et les corridas, demeure important", et où l'activité agricole donne un goût aux saisons. Les cerises sont les premiers fruits de l'année et les châtaignes les derniers.

"La ville n'a pas changé ni dans son architecture ni dans sa forme profonde de vie, poursuit-elle. L'atelier de la maison Delcros que louait Picasso est toujours là, en location comme au début du siècle.

La tradition musicale y tient également, toujours, une place importante. Elle a donné lieu à la création du Centre international de musique populaire qui organise chaque année le Festival de la Sardane."

La création artistique impulsée au début du XXe siècle par le sculpteur catalan Manolo Hugué, proche de Picasso, et ses amis, l'artiste et collectionneur Frank Burty Haviland et le compositeur Déodat de Séverac, se prolonge aujourd'hui à travers le musée et d'autres artistes tel Jacques Capdeville, Cérétan de naissance. Dali, Tapiès, Miro, Serra, Vialla, Ben, Buren... Pas un passage sans que les collections en portent la trace et sans qu'expositions permanentes et temporaires ne rappellent les séjours à Céret et dans la région des plus grands noms de l'art moderne ou contemporain.

"L'aventure cubiste ne pouvait avoir lieu qu'à Céret pour Picasso, comme l'aventure fauve qu'à Collioure pour Matisse, le rival", souligne Mme Matamoros.Christine Coste

 

 
***

 

Commentaires

Céret ... que de bons souvenirs !!! êtes-vous allés jusqu'à Trouillas dans vos balades avec la bande ?

Écrit par : Biche | 16/05/2008

Céret est bien loin de Strasbourg...je me suis rendue en Espagne il y a fort longtemps, à Perpignan mais pas encore chez toi
bises à un jour peut-être

Écrit par : Charline | 16/05/2008

Belle description de cette petite ville de Ceret : Je connais mieux Collioure .... en été impossible de circuler ! Tu as ramené de petits souvenirs dans tes bagages ! Mais tu en as pris plein les yeux avec les oeuvres de ces artistes !
Changeons de sujet ,
as-tu ramené les fameux anchois de Collioure ? juste à midi ; il y avait un reportage à la télé , sur la prèparation de ces anchois !
En tout cas tu as passé de bons moments en bonne compagnie et c'est tant mieux !.... !Bisous et a demain pour la suite ! merci Betty! huguette

Écrit par : macary huguette | 16/05/2008

Une visite au musée qui me plait beaucoup...et invite à un plaisir des sens...la vue, pour moi, avec le tableau de ce peintre inconnu aux couleurs très denses, son dessin est tr-s structuré, vivant!!

Le goût avec les cerises...peut-être celles que je viens d'acheter viennent de Céret...mais ...bonjour le prix!!!

Documentation du Monde, cela pour les neurones, excellente!!


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 16/05/2008

heraime un peu fatigué en ce moment et quelque peu débordé.Comme j'ai eu une super promotion avant de partir en retraite ,on m'a passé chef des 2 bureaux d'études.....pour le déménagement,alors heraime vide les placards,transporte multitude de classeurs et la semaine prochaine on remet des bureaux neufs.Comme heraime n'avait pas eu d'augmentation en fin d'année avoue ma chère Betty que c'est une belle promotion,finir sa carrière dans des placards dorés.grosses bises.AS tu évité la grèle ???

Écrit par : heraime | 16/05/2008

que du bonheur alors pendant ces deux dernières semaines. Je suis allée dans ce coin là mais il y a bien longtemps et une nouvelle visite s'imposerait je pense. Virginie et sa petite famille seront pas là en juillet. il faut absolument qu'elle y aille . Quand à Marc Chagall ce que je connais principalement de lui ce sont les vitaux de la cathédrale de REIMS qu'il a réalisé en 1974 et qui sont magnifiques. Quand les temps seront meilleurs, je pense faire une tournée photos dans ma ville natale. Les cerises d'Orléans ne sont pas encore à point . Prenons donc patience parce que bonjour les prix aux halles pour celles de Céret. Cerise ou beefteack il faut choisir.... Je file sur la croisette, j'ai aperçu en passant qu'une star s'y baladait et sûrement accompagnée de la ballade des gens heureux.
Bisous
ANNIE

Écrit par : Maminie | 17/05/2008

J'ai bien compris, si je vais à ST CYP en juin ? je suivrai le guide toulousain .. j'ai deux endroits où aller. Je connais Collioure mais pas CERET... A réparer.
Betty, j'ai lavé mes cerises après la cueillette et je crois que ça ne se fait pas. Peux-tu me dire ? J'en ai mangé à .. ne pas avoir mal au ventre.. mais les noyaux les uns derrière les autres. Bises de miche

Écrit par : miche | 18/05/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique