logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/11/2008

BON...

...passons à autre chose.
**

podcast
**
**
Il y a quelques temps j'échangeais quelques propos avec un ami au sujet des bals populaires qui avaient lieu lors des fêtes votives dans nos villages.
*
Je lui faisais part de mon indignation face à la manière qu'avaient les hommes, après un examen détaillé des jeunes filles alignées au bord de la piste de danse,de fixer leur choix sur celle ci plutôt que sur celle là.
Je comparais cette revue de "détails"humiliante à un véritable ballet aux bestiaux dont les maquignons seraient les maîtres!
*
Il me fit justement observer: "oui..mais VOUS, vous aviez la possibilité de refuser"!
*
C'est tout bête, je n'y avais pas pensé!
***
C'était la pensée du jour.
***
medium_bal.jpg
***
**
BON DIMANCHE A TOUS!

Commentaires

Alors que les vaches ne peuvent pas refuser,elles.Heraime n'a jamais eu ce problème car c'est un piètre danseur,alors il n'a jamais eu besoin d'inviter aucune demoiselle.Bises ma Betty.

Écrit par : heraime | 16/11/2008

j'ai le souvenir d'une salle de danse située en pleine campagne, entre Eauze et Gabarret. La salle était très grande et on y venait en bus. Tout autour de la piste, il y avait les jeunes filles assiuses sur des bancs avec leur chaperon. Les garçons faisaient le tour, c'était quelques fois assez cocasses!!!

Mais je vous parle d'il ya longtemps ma bonne dame!!!


bises grises aujourd'hui


Roro

Écrit par : roro | 16/11/2008

les "maquignons" n'étaient maîtres de rien du tout Betty... fallait oser se présenter devant la demoiselle, l'inviter poliment, ne pas redouter le refus, le regard dédaigneux parfois, essuyer une, deux..."vestes"...
quelle épreuve pour le timide, le mauvais danseur vite repéré, le trop grand, le trop petit, le laid...
si j'étais avocat, je sais qui j'aimerais défendre...
quand la dame d'avant moi parle de situation"cocasse", je m'insurge: c'était souvent dramatique!
je n'en dirai pas plus car plus j'écris et plus je sens monter la colère
bises indignées

Écrit par : henri | 16/11/2008

cette pensée aurait mérité un préambule, mais BON! tu es chez toi, tu y fais ce qui te chante,
Chante , chante belle merlette,
petit poussin dans sa coque,
Belle nuit, loin des confessionnaux , dans lesquels plus rien ne se confie.
Baisers à toi, tantine Helconide, qui rêve de remonter là haut

Écrit par : Helconide | 16/11/2008

Cela me rappelle plusieurs airs populaires:

"Vous permettez, Monsieur que j'invite votre fille?????

"Ce soir je serai la plus belle pour aller danser Hé-hé-hé.....

"Voulez-vous danser grand-mère!!!!!

"Sur l'pont de Nantes un bal y est donné (bis)
La belle demande à son frère d'aller danser (bis)

"C'est la java bleue......

ETC.....alors les demoiselles à vos postes.....

Bises
hélène

Écrit par : hélène | 16/11/2008

Bonsoir Betty,

Comme dit Henri, rien ne garantissait le succès d'une invitation. Il vallait mieux "retenir" la valse ou le paso doble avec une cavalière avant le bal, pour ne pas se payer une veste devant tous les copains.
Pas si simple, miss Betty, de se constituer un fan club avec l'humeur parfois changeante de certaines donzelles !

Il y aurait une belle étude de moeurs à faire sur les intrigues des bals populaires des années 50-60 !

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 17/11/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique