logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/02/2009

L'ABOLITION

Ce soir,suite et fin sur France 2 du téléfilm "L'Abolition" ou le combat d'un homme pour notre" dignité".

 

°°°

°°°

medium_abolition_001.jpg
°°°°
°°°
°°

 

°°°°
°°°
 " Monsieur le président, mesdames, messieurs les députés, j'ai l'honneur au nom du Gouvernement de la République, de demander à l'Assemblée nationale l'abolition de la peine de mort en France.

 Demain, grâce à vous la justice française ne sera plus une justice qui tue. Demain, grâce à vous, il n'y aura plus, pour notre honte commune, d'exécutions furtives, à l'aube, sous le dais noir, dans les prisons françaises. Demain, les pages sanglantes de notre justice seront tournées.

A cet instant plus qu'à aucun autre, j'ai le sentiment d'assumer mon ministère, au sens ancien, au sens noble, le plus noble qui soit, c'est-à-dire au sens de "service". Demain, vous voterez l'abolition de la peine de mort."

 

°°°°°

°°°

medium_badinter7.3.jpg

 "En septembre 1981, quand, en tant que garde des Sceaux, je suis monté à la tribune de l’Assemblée nationale pour demander l’abolition, j’ai ressenti un instant d’émotion. Être là, à ce moment-là pour en finir avec la peine de mort, c’était prodigieux. J’ai prononcé mon discours, avec toute ma conviction. Mais ce n’était pas comparable au face-à-face avec la mort dans le prétoire, à l’incandescence qui vous emportait lors de ces plaidoiries. Il fallait trouver les mots qui sauvent, alors que la tension nerveuse était à son comble. Loin de tout académisme, les mots venaient du plus profond de mon être. La peine de mort, c’est pour moi une négation de l’humanité. Je refuse l’idée d’une justice qui tue, où que ce soit. Je continue à lutter pour l’abolition universelle, qui a progressé dans le monde plus vite que je ne l’imaginais en 1981."

 °°°°

°°°

medium_abolition.jpg
°°°°
°°°°

-Les militants des droits de l’homme sont, dites-vous, «le sel de la terre».


R.B. Je ne suis moi-même qu’un grain de sel, mais j’en suis fier, même si certains attaquent parfois le prétendu «laxisme» de ces « droits-de l’hommistes ». Après tout ce que j’ai vu, je devrais être pessimiste. Et bien non ! Je crois que l’être humain peut toujours changer, s’améliorer, et l’humanité progresser. Se battre pour ce en quoi on croit profondément est une raison de vivre. J’ai fait mien ce mot de Chamfort : «Seuls les passionnés ont vécu, les autres ont duré.» Il appartient à chacun de donner du sens à sa vie. Moi j’ai choisi le combat pour la justice – ou contre l’injustice. Pas facile. J’ai déjà une longue vie derrière moi. J’ai connu une grande satisfaction : voir triompher une grande cause, l’abolition, avec le sentiment d’y avoir contribué. J’ai connu aussi des échecs et des défaites. Mais tant que j’aurai un souffle, je continuerai de lutter contre l’injustice.  "

°°°°

 

°°

 

MERCI MONSIEUR BADINTER

19:04 Publié dans médias | Lien permanent | Commentaires (11)

Commentaires

Bonjour Betty
Je me doutais bien qu'aujourd'hui tu évoquerais cette date mémorable :le 17 Septembre 1981 ,date du discours de Robert Badinter à L'assemblée .
Ce soir ,comme la semaine derniére ,je regarderais évidemment la suite de ce téléfilm qui fait honneur à France télévision .
Mais pas un seul instant ,il ne faut oublier que dans bien des pays de part le monde, cet acte de barbarie ,la peine de mort ,est encore pratiquée .Menbre d'AI je reçois souvent des infos terribles comme celle-ci reçue hier :
JAPON :Tadashi Makino (h), né en 1950

Tadashi Makino Tadashi a été exécuté par pendaison le 29 janvier, le même jour que trois autres hommes condamnés à mort.
Il avait été débouté de son ultime recours le 29 mai 2008 et risquait depuis lors d’être exécuté chaque fois qu’une nouvelle série d’exécutions commençait.

Je t'embrasse et attends le mail promis
Jacques

Écrit par : Jacques de Haute Provence | 03/02/2009

j'attendais aussi ton papier
Robert Badinter est la Dignité de notre République,
que ne l'appelons nous à nouveau à diriger la Justice?
Mais le monde perpétue toujours cette tradition de vengeance et d'ignominie par la peine de mort, comme le rappelle Jacques, le Japon ne s'en prive pas, non plus.
AI poursuit son travail, alerte, mais les puissances politiques écrasent .
ce soir, nous serons devant nos lucarnes pour honorer Monsieur Badinter et je vais relire son livre
Berling est bien, mais la photo de Maître Badinter affichée sur ta note en dit encore plus long en conviction et en force de persuasion
Merci à toi,
belle journée,
Fanfan

Écrit par : framboisine | 03/02/2009

C'est une décision de notre pays dont nous pouvons être fiers mais comme dit Jacques, tant que dans d'autres pays la Loi autorisera l'assassinat d'autres hommes, notre joie est forcément limitée et nous sommes constamment rappelés à la précarité de tout cela.

On voit bien que non seulement il faut un homme fort, un homme intelligent et un homme de convictions, mais qu'il faut également une conjonction d'évènements qui permettent à cet homme-là de pouvoir s'exprimer.

Parfois la conjonction d'évènements est plus proche du pilon à broyer que de la libre parole.

Bises Betty. Merci pour ta note. Monique

Écrit par : monique | 03/02/2009

une justice qui tue qui que ce soit, quel que soit le motif supposé reconnu n'est pas une justice...
bises

Écrit par : henri | 03/02/2009

Merci Betty de rappeler la suite du film "l'abolition" qui passe ce soir. J'ai regardé la première partie, donc ce soir j'en regarderai la suite.Bonne journée, amitié.Renée

Écrit par : Renée | 03/02/2009

Je me demande si beaucoup de gens ont vraiment pris conscience qu'en votant l'abolition de la peine de mort, les députés ont sorti la France du groupe des nations barbares, je me demande.
J'ai regardé le premier volet, ce soir je regarde le second, juste comme ça, pour le plaisir....

Bisou.

Écrit par : Crabillou | 03/02/2009

"qui sauve un homme sauve l'humanité"
un petit pas vers un monde moins barbare...

bien ta note ! je vais regarder aussi, comme la semaine dernière.

quand j'ai entendu un matin à la radio l'exécution de Buffet et Bontemps, j'étais enceinte de ma première fille : je me suis prise un poing dans le ventre en entendant cela.

bisous

béatrice

Écrit par : beatrice gabriot | 03/02/2009

Bien sûr j'ai regardé la semaine dernière et ce soir c'est tellement historique de sortir de la barbarie !
Je ne peux m'empécher de penser à la maman de Christian Ranucci ...
Bonne soirée que nous avons passé devant la 2
Bises
Biche

Écrit par : Biche | 03/02/2009

Bonjour Betty,

Il faut que je fasse un effort pour me souvenir de mon parcours personnel sur ce sujet. A 11 ans, feuilletant par hasard un magazine montrant les camps de la mort et les photos des camions chargés de cadavres, j'avais voulu tuer le prisonnier allemand qui travaillait dans la ferme voisinne avec un couteau de cuisine.

A 20 ans, étudiant, devant les chars soviétiques à Budapest, nous parlions d'aller prendre les armes pour défendre Nagy.

Plus tard, devant les descriptions et photos de soldats français morts en Algérie la bouche pleine (il n'y avait jamais l'équivalent avec les "fellaghas") , j'aurai signé pour la peine de mort.

Puis, à l'armée, j'ai appris pendant mes classes comment tuer, égorger, poignarder un manequin à l'arme blanche.

Avec mon épouse nous avons donné la vie. Je crois que j'aurai encore envoyé à la guillotine les violeurs et tueurs d'enfants.

A 32 ans, j'avais assez voyagé, assez frotté mon cuir à d'autres pour envisager d'aider autrui autrement qu'en paroles. Et on ne peut pas le faire en acceptant l'idée que l'on a le droit de mettre un inconnu à mort.

Il reste tellement d'états au facies primaire, et que la Chine et les USA, comme une grande partie des pays d'Afrique du Moyen Orient et d'Asie, ce qui en dit long sur la maturité politique des citoyens de ces pays. Je suis surpris d'y voir l'Inde.

Je me souviens des plaidoiries de Badinter, suivies aux actualités et de ce grand moment. Mais celle d'hier n'est pas la première émission sur le sujet.

Bises du grillon

Écrit par : christian | 04/02/2009

Ce 2ème épisode sonnait juste, et c'était un rappel ô combien précieux du courageux, de l'exemplaire combat de cet homme remarquable qu'est Robert Badinter... Assurément le meilleur, le plus intéressant, le plus engagé des ministres que j'aie eu place Vendôme.

Charles Berling n'était pas mal, mais... Je gardais dans l'oreille les accents si particuliers, terriblement convaincus et convainquants de Badinter : un timbre de voix si chaud, une langue si belle, des mots si ciselés, des phrases si parfaitement construites pour exprimer une foi chevillée au corps...

Écrit par : gazelle | 04/02/2009

On peut dire que c'était vraiment une révolution l'abolition de la peine de mort. Je me souviens très bien aussi des envolées de Badinter pour mettre fin à cette abomination qu'est la peine de mort.
Et j'aime bien Charles Berling, alors doublement ravie.
Bises de miche

Écrit par : miche | 17/02/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique