logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

07/02/2009

ENTR'ACTE

°°°°
°°°
°°°
°°
medium_entr_acte.5.jpg
°°°°
°°°
°°
°
Fidèle à mes habitudes, mes notes " ENTR'ACTE" sont accompagnées d'une répartie attribuée à une personnalité.
***
Au cours d'un dîner de gala interminable,Edgar FAURE observe longuement une jolie femme.Troublée, celle-ci lui demande:
*
-Cher président,pourquoi me dévisagez-vous ainsi?
*
Réponse d'Edgar FAURE,avec son zozotement légendaire:
*
-Madame,je ne vous dévisage pas, je vous envisage.
°°°°°
A BIENTOT.BON WEEK END.

18:25 Publié dans entr'acte | Lien permanent | Commentaires (12)

Commentaires

Ce président avait vraiment le sens de la répartie...vraie!!!!!!!!




Bises

hélène

Écrit par : hélène | 07/02/2009

phrase délicatement tournée. Au Capitole de Toulouse, tu dois en écouter des jolis concerts, avant avec Michel Plasson qui a surtout privilégié les compositeurs Français.Bon Dimanche Betty, bises.Renée

Écrit par : Renée | 07/02/2009

réplique tout à fait à l'image du charmeur zozotant,!

Écrit par : framboisine | 07/02/2009

Très élégant !
Du temps où j'habitais en région parisienne, je passais dans la campagne devant la maison d'Edgar : un homme de goût, assurément !

J'ai appris aujourd'hui qu'au siècle de Saint-Simon "faire l'amour" signifiait "courtiser".

Bon dimanche Betty !

Écrit par : gazelle | 07/02/2009

Quel homme ce président !Il savait manier les bons mots !Les gens cultivés disent :ce fut un aphoriste remarquable !
Dans l'anecdote que tu rapportes ,tel Eros ,il lance son trait !La dame devait être fort ravissante ...L'histoire ne dit rien de la suite ...
Je t'embrasse Betty
Jacques

Écrit par : Jacques de Haute Provence | 08/02/2009

ah qu'en termes galants ces choses là sont dites.....

quand même un peu goujat, non ? le bonhomme !!

:)))

béatrice

Écrit par : beatrice | 09/02/2009

Bonjour Betty

Il faudra que j'en fasse autant pour Wagner.

J'ai connu un goujat encore plus goujat. Il se promenait sur les Champs, à Paris et quand il croisait une jolie femme, il lui demandait directement : Voulez vous baiser ce soir ?
Comme on lui faisait la remarque qu'il devait se prendre un paquet de baffes en tout genre, il l'a reconnu, en disant :

Oui, qu'est ce que je prend comme giffles, mais ......qu'est ce je baise !

Le grillon vertueux.

Écrit par : christian | 09/02/2009

bon jour Betty,
L'histoire ne dit pas s'il reçut la giffle qu'il méritait.(de mon point de vue).
La phrase que je retiens de lui
"On ne vit en fait que pour quelques instants, intenses et privilégiés, le reste du temps on attend ces moments-là." me rappelle beaucoup certains de nos personnages politiques.
Edgar Faure l'a peut-être prononcée en identifiant ces instants à des rendez-vous galants dont il devait être friands ?
je ne citerai pas celle où il évoque le vent et la girouette...
bonne journée Betty.

Écrit par : Charline | 09/02/2009

Quelqu'un a dit un jour à cet Edgard :
"j'ai bien connu votre père edgard three ! "
sur ce bel après- midi ! amitiès

Écrit par : ventdamont | 09/02/2009

des problèmes de digestion que tu n'apparais point aujourd'hui?

Écrit par : framboisine | 10/02/2009

Sacré coquin ce président
amities
gisele

Écrit par : GIGI | 10/02/2009

Bravo ! j'adore. C'est court et excellent.
bises de miche qui galope avant que ça ne saute encore.

Écrit par : miche | 17/02/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique