logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/11/2009

Un bel hommage

Lundi soir  Canal + diffusait un excellent documentaire sur le fonctionnement de la justice, "JUSTICE SOUS TUTELLE".

 

Il y a bien longtemps qu'un reportage d'une telle qualité n'avait été tourné.Aucune complaisance.

 

Rediffusé le 20 Novembre à 10h40: je ne peux que vous recommander de le regarder ( ou de l'enregistrer)

Nous  avons  souvent une vision fausse ( plus exactement faussée) de la justice, vision déformée par le prisme des médias.

Notre jugement perd en acuité.

 

"La justice est lente ",la Justice est...

 

Allons plus loin.

 

Porter un jugement, c'est d'abord une démarche de compréhension et ce reportage nous invite à cette démarche.

 

Reportage sans complaisance.

 

En découvrant  les arcanes de cette institution, vous pourrez alors "porter" ce jugement.

 

Triste réalité que ces jeunes magistrats sortis frais émoulus de l'Ecole Nationale de la Magistrature:

 

balancés juges d'instruction ( tiens "IL VA "disparaitre alors qu'il est le garant de l'indépendance!), alors que leur expérience de la vie sent encore le lait maternel.

 

Progrès:Lors du discours d'accueil de la nouvelle promotion, fini les habits d'apparat( hermine et tout le saint frusquin quin quin),des propos qui se veulent plus près de l'homme:"Vous n'êtes pas la LOI";ce soir là j'étais ravie...jusqu'au dérapage  du discours lorsque j'entends:"Vous êtes l'élite."(ou " vous faites partie de l'élite":je cite de mémoire)

 

Ce fut dur à avaler.

 

Le témoignage sur le  formatage contre lequel s'insurge un magistrat ayant donné sa démission ( fait extrêmement rare et courageux ) est lourd d'enseignement.

 

 

Triste réalité ce ces juges qui plient sous la masse de dossiers ( le reportage sur le juge des enfants était " éloquent de vérité).

 

Triste réalité que l'ambition carriériste ..l'Indépendance en prend un sacré coup.

 

Triste réalité que ces audiences dites de comparution immédiate où sont jugés "le jour même" les délits ( jugements rendus le plus souvent en fin d'audience par un juge qui a siégé plus de 10 heures!!)

 

Triste réalité, bien triste réalité.

 

 

.et un bain de dérision que le spectacle donné par les magistrats membres du Syndicat de la magistrature:"je fais confiance à la justice de mon pays" (tiens,il me semble l'avoir entendue quelque part cette phrase..-petit aparté- une manière d'esquiver les  questions embarrassantes), pastiche de l'émission de JP FOUCAULT " Qui veut gagner des échelons."

 

Oui, un reportage de grande qualité.Ne restons pas aveugles.

 

 

 

Mise en évidence de notre budget pitoyable.

 

Puisque je suis amenée  aujourd'hui à m'exprimer sur le thème de la justice,c'est avec émotion que je vous livre le plus bel hommage qui ait été rendu récemment à un jeune avocat toulousain parti " trop tôt". Pour moi, tout un symbole.

***

 

 

avocat1.jpg
***
**

 

"Comme tant d'autres,j'ai été bouleversé par la mort de Maîter F.V que j'ai bien connu lorsque j'étais,à la fin des années 1990,magistrat pénaliste à TOULOUSE.


Je garde aujourd'hui le précieux souvenir d'un avocat engagé, désintéressé,proche des plus faibles,doté d'une sensibilité à fleur de peau,d'une force de conviction peu commune et qui "ne lâchait rien"

Avec ses longs cheveux,il me faisait penser à un mousquetaire sans peur ni connivence avec quiconque, qui aimait à ferrailler avec le ministèrepublic et le code de procédure pénale.

Dans les dossiers les plus difficles,voire les plus odieux,il faisait émerger ce que son client conservait d'incontestable humanité et savait user sans abuser de la notion de déterminisme social.

 

A l'heure du droit des affaires triomphant,des statistiques judiciaires vouées au rendement,il avait la magnifique faiblesse de croire en l'homme et dans la force de la Loi"....

F.R.

 

 

 

Arrêtez vous un instant sur cette note,même si vous n'avez pas l'habitude de me lire.

 

Et...réfléchissez.

 

 

 

 

 

16:59 Publié dans justice | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Bonjour Betty,

Non abonné à Canal, je le suis pourtant dans ta note. Tout ce que tu dis est profondément juste. Dans notre vie un peu hors normes, nous avons fréquenté de nombreuses fois les salles d'audience. Et nous avons cotoyé juges, qu'ils soient pour enfants ou autres, du parquet ou non, avocats tant au civil qu'au pénal, sans compter les greffiers, policiers, gendarmes.

Nous avons connu une avocate extraordinaire de dévouement pour des affaires où les plaignants étaient légers d'argent, une autre dont le souci majeur était les honoraires, nous avons vu un avocat d'un grand cabinet parisien fiscaliste devenir si bouffi de joie à l'idée de plaider en cours d'assises que nous lui avons retiré le dossier devenu plus important pour lui que le justiciable, nous avons vu une autre avocat avoir comme fond de commerce des escroqueries à la carte bancaire et d'autres à qui nous tressons des louanges.

Nous avons eu affaire à un juge de correctionnelle travaillant à la chaine, mais néammoins honnête dans son appréciation, une autre qui ne faisait aucun effort pour s'intéresser à l'affaire et multipliait les renvois pendant un an, un juge d'instruction qui a classé sans suite une affaire de torture au bout de 18 mois, (il a été sanctionné 10 ans plus tard) et d'autres qui m'ont donné la plus haute confiance dans les possibilités de leur fonction.

Bref, Betty, nous avons vu de tout, et comment pourrait il en être autrement avec des hommes et des femmes.

Il y a deux points que j'ai fortement dénoncé, en écrivant une longue lettre à M. Vallini, rapporteur lors de l'enquête menée par le Parlement sur un procès récent. Je passe sur la lenteur de l'instruction, trop souvent démesurée.

Un juge d'instruction sorti de l'école ne doit pas être en charge d'affaire difficile. On savait parfaitement dans ma société, mettre un jeune en doublon avec un ancien qui le formait, puis lui confier les rênes d'un petit chantier, jusqu'à 15 ans plus tard, lui donner les responsabilités qui mettaient en jeu la survie de l'entreprise.

Le deuxième, c'est l'incapacité de la Justice à se réformer elle même. Dans un monde feutré, le Conseil Supérieur de la Magistrature est pour moi une instance à supprimer tant elle est inefficace.

J'ai eu plaisir à te lire, Betty, et j'ai essayé de réfléchir ! Mais je ne vois pas qui peut changer un monde clos qui ne souhaite pas qu'on ouvre trop les fenêtres.

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 19/11/2009

Pris le temps de te lire ma Betty... Pesé tous les maux... j'aurais tellement aimé te voir plaider. Tu as légitime pour défendre cette corporation mise à mal.. Moi aussi ça m'énerve les : je fais confiance à la Justice. Trop facile ! Pas assez de moyens, beaucoup de dossiers qu'on voudrait voir régler rapidement. Les médias qui s'en mêlent et nous emmèlent...les plaignants, les victimes, les pressions... dont faisait fi ton avocat toulousain aux longs cheveux, qui croyait en l'homme et en la force de la Loi.

Je t'embrasse. Miche

Écrit par : miche | 19/11/2009

Je n'ai pas non plus canal +, je ne pourrai donc pas voir ce reportage, mais tu en parles si bien - comme quelqu'un connaissant vraiment le sujet - et tu fais parfaitement ressortir les points que, bien qu'ignorante en ce domaine, je suppute largement au vu et au su de toutes les affaires qui affleurent jusqu'au public que je suis.

Si la volonté était d'améliorer quoi que ce soit, il y a certainement beaucoup de choses qui pourraient être faites - comme dans tous les domaines - Mais ce n'est pas le but recherché actuellement, le but étant la "casse" du système et de nos institutions.

Pas difficile de comprendre que sans moyens financiers, les institutions ne peuvent fonctionner au mieux. L'argent.... faire des économies sur le dos de toutes nos institutionsn permet de pourrir le système jusqu'à ce que la privatisation devienne la seule et unique alternative comme mode de fonctionnement.

Confier des affaires aussi graves à de jeunes juges - tout frais émoulus - au lieu effectivement de les amener en tandem à une expériance réelle montre bien qu'il n'y a ni les moyens, ni les prises de décision sensées.


Ta note est très intéressante. Qu'en sera-t- il de la justice dans peu de temps ?

Bises Betty et bonne journée. Monique

Écrit par : monique-â | 19/11/2009

je te fais confiance car canal+, connais pas
mais la tendance générale est bien, pour cause d'économies ou autres raisons non avouables, le démantèlement progressif d'un certain nombre de "services", d'institutions: la justice, l'école, la protection sociale...
à quand les réactions, par qui les réactions...
bises

Écrit par : henri | 19/11/2009

J'ai regardé le reportage, super, et il me confirme dans mes convictions..

A savoir, que trop jeune émoulu de l'Ecole, un juge seul ne peut mener une instruction, surtout s'il a des a priori dans sa tête.

Que la Justice a un budget peu adapté à l'importance des sujets traités, qui nécessitent plus de greffières, devant les piles de dossiers amoncelés.

Que les juges humiliés, parce que , trop humains, ont bien résumé le malaise...

Le pouvoir a toujours le dernier mot, quelque soit le parti politique concerné, casons les copains....ils seront formatés selon notre façon de fonctionner...Ils s'inclineront devant devant les décisions de leur hierarchie....et les rebelles...au placard!!!


Bises rebelles
hélène

Écrit par : hélène | 20/11/2009

Je tiens à vous remercier tous pour vos commentaires , et même s'ils ne sont pas nombreux (mais la qualité..et la quantité..;tout un programme!)ils démontrent l'intérêt que vous portez à cette institution dont il n'est pas exagéré de dire qu'elle est naufragée.

Merci encore; je sais que vous ne faîtse pas partie de la foule des badauds qui lors de l'arrestation d'un meurtrier crient " à mort, à mort".

Betty

Écrit par : betty | 20/11/2009

ta note magnifique me permet d'appréhender en vrai la force de cette émission pas vue, par manque de Canal,

ignorante du monde de la magistrature, j'ai apprécié tes interrogations venues de l'intérieur de ce milieu policé et clos,
et je m'inquiète comme nous tous, du manque de moyens de plus en plus criant qui conduit à la casse de ce domaine exigeant,

Une justice vraiment indépendante est-elle encore envisageable aujourd'hui?

Bonne soirée à toi,
Fanfan

Écrit par : framboisine | 20/11/2009

Aucune chaîne câblée chez moi non plus.

Plus de tribunaux d'instance, de commerce, plus de Conseils de prud'hommes dans les villes moyennes.
Plus de juges d'instruction (à l'abri de toute injonction du pouvoir politique) mais des juges à l'instruction... dont le rôle reste à définir.
Le parquet roi.
OPA du pouvoir politique sur les affaires les plus importantes affirme Robert Badinter qui est peut-être le seul homme (au monde !) que j'admire et que je respecte profondément. J'avais lu "L'exécution" avec passion.

L'instauration du "plaider coupable" en aveux va-t-elle passer ? Les magistrats seront-ils bientôt élus avec tout ce que ça implique comme dérive ? Ce sont actuellement l
des questions que je me pose avec inquiétude.

La délocalisation des tribunaux c'est également toute la masse des petits justiciables qui va devoir payer les pots cassés (déplacements qu'elle devra assumer pour l'accès à la justice).

Ce sera évidemment la même chose pour les avocats et leurs greffiers.

Par deux fois j'ai dû aller au tribunal dont une fois à Paris il y a de 35 ans. J'avais réellement eu le sentiment d'une parodie de justice mais j'avais un excellent apprenti-avocat
et pote (avec la peau d'hermine - c'est très mignon). Je songe encore avec effroi à toutes celles et ceux qui n'en avaient pas, sûrs de leur bon droit.

J'ai affaire en ce moment à "une" juge (et à sa greffière...) dont il y aurait beaucoup à dire. Par ce biais, j'ai la possibilité d'observer avec attention ce qui se passe autour de moi lorsque j'attends mon tour. Ca fiche la trouille.

La justice est un beau concept et certains de ses représentants le défendent avec foi et passion, mais pour le plus grand nombre, ça reste un concept.

En tout cas, pour moi c'en est un.

[Sans relation on pourrait ajouter : plus de droit du travail, des conventions collectives bafouées.
Et rajouter encore, pardon Betty : plus de travail non plus, alors le droit au fond...]

Écrit par : sara bernarre | 21/11/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique