logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/12/2009

A chacun son oie...

grasse...?


podcast

Un prétexte pour venir vous dire bonjour entre deux plats...cuisinés maison....

°°°°

°°°

°°

 

 

gripp4.JPG
°°°
°°
°
(photo "maison")

 

 

 

22/12/2009

noel52

 

 

 

 


podcast

 

°°°

°°
A présent,le moteur de la vieille Aronde s’était tu .

 

L’enfant entendait la respiration calme du Causse et suivait ce Père qu’elle aimait tant,ce point d’ancrage où s’amarraient ses chagrins et ses joies

 

L’enfant s’amusait à sauter sur la rivière végétale, de pierre en pierre,silhouette fragile se détachant dans ces déclinaisons de vert tendre et de roux.

 

De temps en temps le Père se retournait ,vérifiant que l'enfant n'avait pas surpris sa vigileance attendrie.

 

Mais la petite suivait le sillage rassurant.

 

Enfin, IL se tenait là au bout de ce sentier rocailleux qui avait la couleur de la terre africaine, comme s ‘IL les attendait au terme de nombreuses nuits où le Causse apaisé n’est plus qu’un doux murmure.

 

°°°

°°

°

 

 

 

lot 085.jpg
°°°
°°
°

 

 

La scie glissait entre les mains du Père., découvrant sous le lichen gris et le lierre sauvage la chair blanche de l’arbre.

 

L’enfant applaudissait l’exploit renouvelé chaque année .

 

Du haut de ses 6 ans,l’arbre sauvage,aux formes irrégulières lui semblait immense.

 

 

°°°

°°

°

 

 

lot 082.jpg
°°
°°°
°°

 

lot 084.jpg

 

°°°

°°

° 

 

Les mains de l’enfant rejoignaient à présent  celles du Père,enserrant le tronc étroit mais cependant si robuste du vieux genièvre.

 

Quelques épines égratignaient ses mains , mais ces marques rouges ne le faisaient pas souffrir.

 

Dans la froidure des matins givrés la Petite  regardait cet arbre qui inclinerait bientôt légèrement ses branches sous le poids de mandarines enrubannées.

 

C’était un Noël sur le Causse en 1952

 

°°°

°°

°

BONNES FETES A TOUTES ET A TOUS.
°°°
°°
°
(Musique:GOULD-Variations GOLDBERG-BACH)
Photos: "maison")

10:02 Publié dans enfance | Lien permanent | Commentaires (12)

18/12/2009

LA GRACE...

 

Ce blog va prendre quelques jours de vacances...mais peut-être oo31 est-il en route...Il a du retard car il a  rencontré l'ami MAGRET...un verre d'armagnac en appelant un autre.....

En attendant ,j'édite cette note qui  m'a été inspirée par l'un des plus beaux textes que j'ai lu cette année,écrit par Bernard GIRAUDEAU.

C'est un peu mon cadeau de Noël.


podcast

 °°°

°°

°

 

aubrac5.JPG

 °°°

°°

°

"Qui a parlé de grâce? C'est indéfinissable.C'est un désir,une tentation,une courbe élégante de l'âme,un peu comme le bonheur.La grâce est un bonheur, Monsieur. Un artiste la cherche toute sa vie dans son oeuvre.Il ne sait pas ce que c'est mais il la devine,il la sent.Il faut du talent et du temps.Le talent aussi est une grâce.La grâce c'est toute une histoire,Monsieur . C'est peut être ça la grâce ,la lisière de la folie,de l'impalpable . Il y a quelque chose d'inexplicable et d'émouvant dans la grâce,un secret.C'est danser au bord de l'abîme; la grâce vous frôle parfois, elle est est furtive et vous échappe souvent."

 

 °°°

°°

°

 

 

 

(Photo prise par Babette,de la bande " les copains d'abord":une petite église perdue dans l'immensité des monts d'AUBRAC

 

Musique:SCHUBERT).

 

15/12/2009

Au fils des lignes ( 10)

 

 ...ou de l'humeur ou dans le creux de l'oreille.

°°°

°

 

medium_folon1.jpg

 

°°°

°°

Dernier "fil des lignes" avant les vacances

 

 

 TIR AU BUT..

 

 

La ministre  des Sports aurait-elle mis sa genouillère au cerveau?

Es qualité de ministre de la Santé elle a déclaré, avec un air d'auto satisfaction récurrent,que la France avait atteint le SCORE de 2 millions de vaccinés!

 

"Ubiquité "cérébrale me direz-vous..

 

°°°

°°

° 

LANGUE DE BOIS.

 

Encore Elle:

Sur France Inter où elle était invitée le 8 décembre,interrogée sur le limogeage de Philippe COSTE,directeur de la DAS,elle répond: 

.

 

"Ce n'est pas une sanction; c'est l'adaptation d'un profil à un poste..."

 

Subtilité de la langue française....

 

 °°°

°°

°

 

L'âme d'Emma

Sur ARTE, retransmission en direct de CARMEN à la Scala de Milan.

Vibrante interprétation ( à mon avis),toute en émotion...et la mise en scène d'Emma DANTE ( metteur en scène de Théâtre).

Interrogée sur la manière dont elle a conçu cette mise en scène,elle répond:

 

"Nous ne sommes pas à Palerme ou à Séville;nous sommes au sud de l'âme"

Très belle définition.Merci madame.

°°°

°°

                                                                         Rien à dire, tout à réfléchir.

 Entendue on the radio cette phrase terrible de Jonathan NITEL:

"L'enfer, même devenu habitable,reste toujours l'enfer."

°°°

°°

 Au delà de cette limite...

 

Bien aimé la phrase de  de CAROLIS invité de canal+:

"Aucun être n'est définitif"

 

°°°

°°

 

Et..pour terminer, sur une note d'humour:

 

C'est l'histoire d'un mec:

 

Ce mec il est sur un bateau et passe la tête par le hublot.
En bas sur le quai, un homme l'aperçoit et l'interpelle

"Eh, qu'est ce que tu fais couillon avec ce bateau autour du cou"

 

Plus sérieux,dans son sketch sur le racisme

 

"la France  comme ça c'est pas plus mal que si c'était pire".

Bien sûr,il s'agissait de notre généreux COLUCHE.

Je l'aimais bien.La générosité dans la discrétion.

°°°

°°

 

Cette rubrique va s'habiller pour 2010.

13/12/2009

MERCI...

  A TOUTES ET A TOUS POUR MES "TETROISANS"
°°
)
)))))))))))))))

podcast
°°
)
))))))))))))))))))
cajarc 002.jpg
))))))))))))))))))))
)))))))))))))
°°
)
(Musique:Nino ROTA -"Les clowns")

12/12/2009

4 PETITS TOURS ..

..DE MAIN.

 

EN TEMPS REEL....

 

 

LE FROID S'INSTALLE..LES LENTILLES AUSSI.

 

°°

°°
podcast

 

Ingrédients:

 

250g de lentilles ( vertes -Du PUY)

1 oignon

1 échalotte

2 carottes

1 navet

1 gousse d'ail

1 cuillerée à soupe de farine

1 gros bouquet garni

200g de lard de poitrine fumée

 

graisse de canard

 

ALLONS-Y!

 

Triez et lavez les lentilles.Mettez-les dans une casserole,recouvrez-les d'eau froide.Portez à ébullition, et égouttez aussitôt.

 

Emincez carottes,oignon, navet ,échalote que vous mettez dans une cocotte avec de la graisse de canard ( une " bonne" cuillerée à soupe.Laissez blondir légèrement

 

°°°

°°

cuisine 006.jpg
°)
Saupoudrez de faine,mélangez, ajoutez les lentilles blanchies,une gousse d'ail, le lard fumé,un gros bouquet garni, du poivre et très peu de sel( pour éviter que les lentilles n'éclatent.je sale en fin de cuisson).
°)
cuisine 003.jpg
°)
Recouvrez à peine le tout d'eau bouillante.
°)
cuisine 004.jpg
°°
°°
Couvrez la cocotte,laissez bouillir doucement une heure et demie.
°°
 
cuisine 005.jpg
°°°
cuisinebis 001.jpg
(photo non retouchée...)
°)
UNE HEURE ET DEMIE PLUS TARD......
°)
lentilles 001.jpg
°°°
A VOS FOURCHETTES!
(petit tour de main de la cuisinière:j'ajoute à plusieurs reprises ,en cours de cuisson, de l'eau bouillante pour éviter que les lentilles n'accrochent.)
lentilles 002.jpg
°°
°°
C'est UN PLAT ROYAL QUI MERITAIT BIEN LA MUSIQUE DE LULLY..ET DES SAUCISSES DE TOULOUSE ( of course..) EN ACCOMPAGNEMENT!
°°
°

18:43 Publié dans cuisine | Lien permanent | Commentaires (10)

09/12/2009

CARTON...(3)

D'INVITATION.

 °°°

°°

offenbach chef.jpg

 °°°

°°

Un petit flash back, comme on dit dans le jargon...

 

Monsieur BUFFET-CRAMPON vous  a laissés vous blogueurs ,amis, amateurs ou non d'opéra ou d'opérettes ,dans les bras d'ORPHEE recueillant le dernier soupir d'EURYDICE ( " elle était si discrète, qu'après avoir rendu son dernier soupir, elle en rendit un autre que personne n'entendit"...petit  aparté de Raymond DEVOS).

 

Chaussez vos lorgnons,ouvrez grand vos oreilles, le rideau s'ouvre sur ORPHEE AUX ENFERS  ou le mythe vu à travers le prisme déformant de la dérision .

 
podcast

°°°

°°

Depuis quelque temps,Offenbach songeait à mettre sur scène les divinités de l'Antiquité.

 

°°°

°°

 

orphée1.jpg
°°°
°°

 

 

 

 

A la création d'ORPHEE aux Enfers,une certaine presse crie au scandale!!!

 

Ridiculiser la Grèce antique, considérée comme le berceau de la culture....N'oublions pas que nous sommes au XIX° siècle.

On retrouve cette attitude chez ZOLA:la scène d'ouverture de son roman Nana est le récit de la première opérette intitulée"" la blonde Vénus"(qui ressemble à Orphée aux Enfers):

 

"Ce carnaval des dieux,l'Olympe traîné dans la boue,toute une religion,toute une poésie bafouée,semblèrent un régal exquis.La fièvre de l'irrévérence gagnait le monde lettré des premières représentations;on piétinait sur la légende,on cassait les antiques images.."

 

 °°°

°°

 

CHUT...parlez donc à voix basse Monsieur BUFFET-CRAMPON même si le plumet en autruche  du chapeau de votre voisine chatouille irrévérencieusement ( ouf,... quel mot) mais voluptueusement vos narines frémissantes. 

 

Ecoutez:

ORPHEE, professeur de violon à THEBEScourt la prétantaine auprès de diverses nymphes.

Il déteste son épouse EURYDICE qui le lui rend bien.

°

La jeune femme envisage de le tromper avec le berger ARISTEE.

°°

°°

Orphee rigolo.jpg

 

Pour posséder EURYDICE,PLUTON-ARISTEE ne trouve rien de mieux que de la faire passer de vie à trépas, ce qui lui permet de l'emmener dans son royaume des Enfers.

°°°

°°

orphee-avignon.jpg
°°
°°

 

En suit une joyeuse bousculade du mythe d'ORPHEE ,où le héros,parti récupérer-bien malgré lui!-son épouse aux Enfers se retourne au moment où Jupiter lui administre un coup de pied...olympien.

 

EURYDICE est tranformée en bacchante et les dieux et déesses se livrent à une bacchanale échevelée,le célébrissime "Galop infernal"

 

 
podcast

 

(Galop infernal)

 

Morale de l'histoire:

 

Dans ORPHEE aux Enfers se révèle autant le génie d'OFFENBACH que son sens de la dérision et de la satire.Il brocarde tout autant les opéras mythologiques du grand siècle et l'ORPHEE de GLUCK que l'hypocrisie de la bourgeoisie de son époque.

 

C'est sans doute parce que les opéras-bouffes d'OFFENBACH  font rire des travers humains ,qui ne sont pas seulement popres à cette époque,que certaines de ses oeuvres ont conservé cette même force comique de nos jours.

 

Mais son oeuvre contient également des morceaux lyriques d'une rare perfection,d'autant plus étonnants qu'ils se placent souvent au milieu de bouffonneries.

 

°°°

°°

 

 Voilà ,le rideau se refeme...La femme au plumet d'autruche croise le regard concupiscent de son voisin....

 

 °°°

°°

 

 

(photos internet-Festival d'Avignon) 

 

08/12/2009

TETE A TETE.

 

 

Il était  là, petit prince triste, assis dans un fauteuil bien trop grand .

Les poings serrés sur les genoux comme pour retenir un désespoir s'ouvrirent alors libérant deux petites mains, les mains tendres de l'enfance.

Sur mon bureau, le plumier devint jouet, une voiture qu'il manoeuvrait d'un geste automatique, allant de droite à gauche et de gauche à droite.

Vroom, vroom.

Enfin l'enfant qui avait tû jusque là le secret qui mangeait son âme comme l'ogre mange les  enfants,se libéra:

Quand je suis en voiture avec Papa,il me dit:"si au bout de 3 tu ne dis pas "Ma mère est une conne"je fonce dans le fossé.

Un, deux, trois...

ET L'ENFANT DIT.

°°°

°°

°°

09:35 Publié dans justice | Lien permanent | Commentaires (10)

06/12/2009

CARTON...(2)

D'INVITATION
°°°
°°
Avertissement:les notes que je vais être amenée à publier sur OFFENBACH n'ont pas vocation à être des "reportages" écrits par une musicologue avertie...non, je n'ai point ce profil.J'aime la musique, tout simplement (et dans cet univers j'englobe le jazz-bien que m'y connaissant peu ,les variétés,le slam ,les musiques du monde etc etc).
Ne vous attendez pas à un découpage de l'oeuvre, acte par acte, tableau après tableau.Non,les puristes  ou exégètes ne s'abreuveront pas à ma source,mais bien plus à celle de cet ouvrage "érudit" de référence:"TOUT L'OPERA" ( KOBE).
Pour être tout à fait honnête,je ne vous cacherai pas que je suis des cours de musique et que mes notes sont largement inspirées de l'enseignement que je reçois comme une offrande;encore merci à ma prof et amie Pascale.
Enfin,je n'oublie pas que j'ai la chance d'habiter dans la cité du Bel Canto..Ô TOULOUSE,mun païs,Ô TOULOUSE
°°°
°°
°
off.jpg
°°°
°°
°
ET si ,avant d'aborder les flammes de l'enfer,nous faisions un petit rappel mythologique de la légende d'ORPHEE et EURYDICE,tout ceci en musique bien sûr et pour commencer,l'ouverture de cette oeuvre.
Allons-y Maestro!


podcast
Il était une fois...
°
Il était une fois ,quand les dieux régnaient sur le Mont Olympe,un jeune homme prénommé ORPHEE qui avait reçu en cadeau,à sa naissance une lyre munie de 7 cordes.
C'était un enchantement que de l'écouter jouer;les plantes, les bêtes sauvages étaient séduits....(vous rendez vous compte? avis personnel..).
°
Ce jeune musicien ("chanté par VIRGILE et OVIDE" ) tomba éperdûment amoureux de la belle EURYDICE qu'il épousa.
°
MAIS...( il y a toujours un mais quelque part..),un berger,ARISTEE, gardien des troupeaux des Muses,fut sensible au  charme de la belle "vénus" qu'il poursuivit avec une assiduité telle que la jeune épousée ,  courant pour fuir ces " sollicitations empressées", fut mordue par un serpent dont certains disent qu'il s'agissait de  PLUTON ayant revêtu cette peau ( de serpent.bien sûr.Ah,Ah, dirait l'agent 0031...mais je m'égare, je m'égare).
°°°
°°
°
orphée.jpg
°°°
°°
°
EURYDICE expira dans les bras de son jeune mari et se retrouva aux enfers, lieu bien gardé par le chien CERBERE.
°°
orphée ange.jpg
°°°
°
 

 ORPHEE  devint inconcosolable:

"A son chant,du tréfonds,de l'Erèbe,les fantômes des morts,les ombres transparentes montent aussi serrés qu'oiseaux parmi les feuilles".

(VIRGILE)

il parvint en ce lieu interdit où il réussit à convaincre la reine des enfers,PERSEPHONE, de libérer EURYDICE.

PERSEPHONE , pleine de compassion, posa cependant une condition ( sine qua non..!):ORPHEE ne devrait pas se retourner.


EURYDICE fut ainsi libérée et suivit son époux;celui-ci submergé par le désir amoureux,,se retourna...EURYDICE regagna les enfers.

°°°

°°

 

 

La suite, au prochain numéro avec la version donnée par OFFENBACH...version satirique bien sûr.

 ***

 

BON DIMANCHE A TOUTES ET A TOUS

 

 

19:14 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (12)

CARTON...

D'INVITATION.

podcast
(La Vie Parisienne-Ouverture)
°°°
°°
°
Avancez calèches !
Belles dames, faites tournoyer vos crinolines
Gents messieurs,faîtes valser vos chapeaux claque.
°°°°
°°°
°°
calèche2.jpg
°°°
°°
°
Monsieur BUFFET -CRAMPON a lissé ses rouflaquettes et  nous invite toutes et tous à passer plusieurs soirées chez Monsieur jacques OFFENBACH.
°°°°
°°°
°
off5.jpg
(1819-1880)
°°°°
°°°
°°
De la gaieté assurée au théâtre DUCOURNEAU.
°°
°
ducourneau.jpg
°°°
°°
***
**
Au programme de la semaine:
°
ORPHEE AUX ENFERS
*
LA BELLE HELENE (-message perso-:"Salut Mum")
*
LA VIE PARISIENNE
*
LA PERICHOLE
*
LES CONTES d'HOFFMANN.
°°°
°°
°
Perichole%20HK.jpg
°°°°°
°°
Parlons un peu de LUI, si vous le voulez bien,et laissons le se présenter:
°
"Je ne vous parle ni de mes nombreux succès ni de mes quelques chutes:le succès ne m'a jamais rendu fier,la chute ne m'a jamais abattu. Je ne vous parlerai pas non plus de mes qualités,ni de mes défauts.J'ai pourtant un vice terrible,invincible,c'est de toujours travailler.Je le regrette pour ceux qui n'aiment pas ma musique,car je mourrai certainement avec une mélodie au bout de ma plume."
°°°
Là, c'est Monsieur BUFFET-CRAMPON qui laisse son imagination aller libre cours ( en rsepectant cependant la vérité historique)
°°
Mais pourquoi ai-je donc tant aimé le violoncelle  ?
Peut - être est ce un amour atavique...mon père musicien,chantre juif, était originaire d'OFFENBACH-am-MAIN près de Francfort.
Il adopta ce nom avant ma naissance à COLOGNE en 1819.
° 
Il semblerait que j'ai développé un don pour la musique dès ma plus tendre enfance, aussi m'envoya-t-il poursuivre des études musicales à PARIS,alors que je n'étais âgé que de treize ans.
°
Mais,j'ai un tempérament frondeur et je n'aimais pas les règles de discipline imposées, aussi je quittai le Conservatoire pour rejoindre l'orchestre de l'Opéra-Comique.
°
Quel bonheur que cette année  1855 car je crée mon propre théatre "les BOUFFES-PARISIENS ",lieu d'exécution de mes oeuvres...
°

Emule de ROSSINI et MOZART,j'inventerai l'opéra-bouffe français que l'on confondit avec l'opérette( mais j'en ai créé également).

Alors on y va?

La suite en plusieurs actes..

(NDLR:comment différencier "opérette" et opéra-bouffe?Dans le cas d'OFFENBACH,ses opéretttes sont en général des pochades en un acte,n'ayant pas connu une grande postérité;ses opéra-bouffe sont plus satiriques et plus développés.Toutes les oeuvres dont je serai amenée à parler entrent donc dans lacatégorie des " opéra-bouffe" même si elles sont souvent classées - à tort- dans le domaine de l'opérette.

Grillon ,installe-toi:je sais que là, tu vas apprécier.
Henri, toi aussi, non?..et les autres également certainement.


09:35 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (10)

04/12/2009

Une pensée du soir orange

 

 

"Qu'est- ce que le destin si ce n'est la densité de l'enfance"?

(RILKE).

°

Lorsque je lis, je griffonne parfois sur un petit cahier vert espérance une phrase ...

 °

Et pour l'illustrer ce soir,une photo prise par une amie très chère ,partie au Vietnam à la recherche de ses racines.

°°°

°°

 

 

 

enfance.jpg
°°°
°°
BONNE SOIREE A TOUTES ET A TOUS.

 

 

03/12/2009

LES DESSOUS DE...(2)

L'ART.
°°°
°°
°
Je continue cette rubrique nouvellement créée.
°°°
°°
"SANS TITRE",est précisément le nom de ce tableau ,"Dit tableau merveilleux N°35".
°°°°
°°°
°°
art.jpg.
Quel parcours que celui de cet artiste Joseph FLEURY CREPIN!
°°
Un plombier zingueur,fou de musique,composant des partitions pour fanfare, qui ouvre une quincaillerie ayant peut être quelque ressemblance avec le" petit magasin bleu".
°
Membre d'une association spirite, il reçoit un message venu du... cosmos ? peut -être.
°
La seconde guerre mondiale est sur le point d'éclater et pour conjurer cette malédiction l'artiste doit peindre une série de trois cents tableaux pour mettre fin à cette guerre.

Joseph se met à l'oeuvre :il peint des temples couverts de perles; dans le ciel, la lune, les étoiles, parées elles aussi.
°
Le 7 mai 1945, à la veille de la capitulation allemande,il achève son trois-centième tableau.Ses anges gardiens sont satisfaits.
°
Après la guerre ils  lui demandent de peindre 45 tabeaux merveilleux  afin que le monde soit  pacifié.

Il s'éxécute ( vous avez ici le N° 35 ).Mais la mort va courir plus vite que ses pinceaux!
°
Au mois de Novembre 1948,il part (selon ma formule consacrée)se blottir sous l'aile d'un ange.
Dans son cercueil? les parois sont tapissées de ses esquisses.
Peu banal, non?
°°°°
°°°
°°
André BRETON, écrira un article dans le journal COMBAT mettant en exergue le talent de cet artiste "hors du commun".

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique