logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/05/2012

LE PASSAGE.

°°°

°°

°

ecole.jpg
(Où suis-je?)
°°°
°°

podcast

 

Sur l’électrophone TEPPAZ, le boléro de RAVEL ou peut-être la cinquième symphonie de BEETHOVEN ponctuait ces matinées étales, exsangues, des dimanches au pensionnat

 

Sur quatre rangées s’alignaient les bureaux au piètement chromé, arrondi.

Penchées sur les courbes sinusoîdales ou les tables de logarithmes (je ne sais plus ce que ces mots savants signifient, mais j'aime...), les jeunes filles éduquaient en même temps leur oreille.

Moi, ça me" barbait "ce consensus musical ; mon amour pour la musique encore en état de gestation, se révèlerait et se réveillerait bien plus tard.

 

Comme une imposture faite à ce silence contraint, une interpellation mobilisa l’attention de la jeune assemblée :

 

« Ma Mère, ELLE a volé mon stylo ; il n’est plus dans la trousse ! »

 

ELLE, c’était moi, 11 printemps dans la tête accrochés à la partition de mes rêves bourgeonnants  que je n’aurais pas vendus pour un vulgaire Bic.

 

Le doigt accusateur me valut d’être consignée dans cet espace clos, étouffant,sans ouverture pour voir voler l’oiseau,espace d’humiliation enclavé entre la salle privée des sœurs et l’escalier de pierre en colimaçon menant à la chapelle :LE PASSAGE.

 

Le défilé pouvait commencer : 12 « nonettes », franchissant ce passage, douze regards dévisageant la coupable (la présomption d’innocence n’existait pas à l’époque...) qui devait baisser la tête, humiliation nécessaire pour mériter le pardon rédempteur !!

 

Un seul regard, blessé, le mien.

Mais... la tête relevée comme un défi à ce cynique rituel.

 

 

 

C’était un dimanche pas comme les autres au pensionnat.

 

 

 

°°°

°°

notre_dame33-1.jpg
°°
°
(photo internet du pensionnat.La fenêtre à droite est celle donnant sur la salle privée à proximité du "passage").
°°
(NDLR:ai-je besoin de vous dire que je n'ai point volé le stylo.Ce sentiment d'injustice n'est pas étranger à certains de mes choix de vie...)

13:41 Publié dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (20)

Commentaires

je comprends mieux... plaisanté-je
bises petite soeur

Écrit par : henri | 05/03/2010

Tiens toi aussi tu as fait un passage de ta vie en pensionnat Moments parfois difficiles Je fus collée bien des fois et ai aussi connu des injustices Pas faciles à oublier et parfois elles te reviennent en élastique quand dans ta vie tu subis de nouveau une injustice ce retour amplifie le vécu du moment
Douce soirée bises

Écrit par : fleurbleu | 05/03/2010

La fille studieuse devant à gauche, ne serait-ce pas toi ?

super ! super! tu as compris

Bises

Roro

Écrit par : roro | 05/03/2010

As-tu su qui avait volé le stylo ? A 11 ans, je comprends que cela te fut humiliant. Pauvre Betty ! Bises du soir.

Écrit par : pimprenelle | 05/03/2010

sentiment d'injustice quelque chose d'insupportable !
beaucoup construisent leur trajectoire en fonction
amitiès

Écrit par : ventdamont | 06/03/2010

Moment très pénible mais en même temps je pense, pour en avoir fait l'expérience, que ça met les idées "en place" et forge un caractère ... peut être déjà un peu rebelle ...
Bises et surtout bon w-e

Écrit par : Biche | 06/03/2010

dis donc Bettounette, çà n'était pas un dimanche ,le jour de la photo !!! j'ai des preuves ...! j'y suis....!!
ceci dit, le passage, pour moi, entre autre, c'était aussi l'odeur du café au lait du goûter de l'abbé qui me soulevait le coeur...!
Des souvenirs, on laisse les mauvais et on garde les bons : la preuve encore :toi, moi,babeth, sissi on est dans l'album des très bons....

allez, prépare ton seau, ta pelle et ton râteau (le chapeau ne sera peut être pas nécessaire..)

poutous

Écrit par : mariette | 06/03/2010

réponse à Mariette,

Mais où donc te niches tu?Tu as raison, ce n'est pas la salle de l'Etude ( bien plus grande-tu te souviens-mais une photo prise lors d'un cours de latin).

J'étais au premier rang car trop dissipée..donc à portée de regard du prof!!!!

J'ai le seau, la pelle...et le bob car il va faire un peu de soleil....

Nos " mecs" apportent les vélos...et nous les "gamelles" ( c'est bon ça, non?)


Bises de la dissipée.

Bétounette ( pour les intimes seulement).

Écrit par : betty | 06/03/2010

Ce sentiment d'injustice est vraiment insuportable .... d'où ta vocation peut être ... pas marrant le pensionnat à cette époque .. tout à bien changé !
Bisous
Nicole

Écrit par : nicole | 06/03/2010

EH! c'est qu'en ce temps là ma bichette un bic tu ne l' achetais pas par paquet de dix au super marché du coin.... Dommage ton Agent secret était encore aux oubliettes . il t'aurait retrouvé l'objet avec sa destérité habituelle. Tu te serais fait coller 2 heures de plus grâce à ses méthodes expéditives ....
Bises ... je poursuis ma route
ANNIE

Écrit par : Maminie | 07/03/2010

Le pensionnat:1o ans d'affilé pour moi.Ce récit me renvoie à ma propre souffrance,je ne m'en suis jamais vraiment remise,mais j'ai mieux supporté la solitude!
La Promenade des Anglais,je l'avais en horreur:jeudi après midi,en rang par deux,l'hiver;Morne la mer,morne la vie;c'est vraiment pour vous faire plaisir que je suis
allée la photographier,pour vous apporter un peu de bleu!
Bonne journée
Christiane

Écrit par : christiane | 11/03/2010

Bonjour Betty


Tu étais bien jeunette pour avaler des logarithmes ou te perdre dans des sinusoïdes à 11 printemps. C’est une purge réservée d’ordinaire aux apprenties bachelières !

Mais le mensonge est resté bien vivant et palpite encore dans cette pièce close où les titines avaient l’art de faire expier la pécheresse.

Je suis un peu comme toi, et je remercie certains des jésuites chez qui j’appris un peu de latin de m’avoir aussi enseigné l’hypocrisie et l’injustice par la pratique.

Je te raconterai pour te détendre et te défendre une histoire de bic éthiopienne, si tu m’y fais penser.


Bises du grillon

Écrit par : Christian | 18/04/2010

Bonsoir Betty

Faut-il que ce souvenir soit resté bien accroché dans ta mémoire pour que tu réédites cette note juste après celle de la chevrière. Je me demande à quel âge le sentiment d'injustice s'installe chez l'enfant ? Le "C'est pô juste" est il émis à 3 ans ? Ma mémoire de l'enfance est faible. Il me faudra devenir un vieillard presque sénile pour y accéder !

Je ne t'en dirai pas plus qu'il y a deux ans, sauf à me répéter.

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 15/05/2012

Rien de tout ça dans l'école publique, laïque et républicaine (et gratuite)!
( je suis d'une totale mauvaise foi mais ça me fait plaisir, en ce jour d'hommage à J.FERRY.)
Bises Betty

Écrit par : Serge ® | 15/05/2012

Grâce à Dieu (je sais c'est un peu osé) je n'ai connu que le pensionnat de l'école publique et laïque. Une chose est certaine, l'autorité n'y était jamais perverse ce qui faisait conserver, malgré une injustice possible, un sentiment réel de confiance générale.

Et puis une grande liberté, malgré l'époque, de s'exprimer sans que ça engendre des représailles trop féroces. Les punitions n'étaient pas toujours méritées mais les abus n'étaient pas non plus toujours punis. alors ça compensait. ou alors, je ne veux me souvenir que des bonnes choses moi aussi.

Plein de pensées pour toi Betty et grosses bises. Monique C.

Écrit par : monique | 15/05/2012

CXoucou Betty !
Je ne connais pas ton visage alors celui de toi gamine , sais pas . Je ne suis jamais allée en pensionnat .
Bonne soirée et gros bizoux !
Françoise

Écrit par : françoise la comtoise | 15/05/2012

Monique a eu bien de la chance ce connaitre une école laïque sans injustice , le lycée public ou je suis allée m'a donné plus d'une fois des envies de meurtre , l'injustice y regnait comme ailleurs et je fus punie pour avoir copié sur un document , c'etait faux mais je m'etais si bien exprimée pour une gosse de prolo qu' on me mit un zero pour la peine d'avoir si bien repondu .
pafois l'education nationale qui devrait bien redevenir instruction publique pour repondre a sa mission, ferait bien de se regarder plutot que d'assenner ses verités , les seules vérités vraies à ses yeux .
des pervers il y en a aussi en cette institution et si nul ne s'en plaint c'est que cette corporation est intouchable .
alors tes cornettes n'ont pas fait mieux que mes profs et que cette pionne qui m'a demandé chaque mardi à la sortie pourquoi ma mère ne signait pas du même nom que le mien . Je lui ai dit deux années de suite qu'elle était divorcée mais la connerie c'est comme l'esperance en politique, cela n'a pas de borne !
bises

Écrit par : josette | 15/05/2012

J'ai eu une mésaventure identique en 6ème. Je n'avais naturellement pas pris ce bic (c'était très récent ce stylo et interdit sur nos cahiers) je préférais nettement mon beau stylo plume offert pour cette entrée (tardive) en 6ème. Moi aussi je me suis sentie humiliée et puis la coupable a été découverte. Ai-je eu des excuses ? Je ne m'en souviens pas.
Difficile de savoir où tu es sur la photo.
Bises dourdanaises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 16/05/2012

Insupportable, intolérable injustice... on n'oublie pas... Bisous à toi ma grande. Miche

Écrit par : http://motsetmauxdemiche.blog50.com | 17/05/2012

J'ai bidouillé la photo pour te trouver... je vais faire un tour et je te la publie au retour. Bisous ma Betty. Miche

Écrit par : miche | 02/06/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique