logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/05/2012

PORTES..

J'avais décidé il y a quelque temps,encouragée en celà par l'amie Miche, d'ouvrir les portes d'un univers un peu méconnu et souvent  déformé par le prisme des médias.

 

Croyez bien que la note qui va suivre n'est pas l'expression d'une quelconque vanité mais le témoignage d'un engagement ,d'un parcours jalonné de souffrances,de lueurs d'espoir,.Des souvenirs émergent ,entrelac de  bruits,de couleurs,de formes..

 

.

J 'ai toujours pensé qu'une source n'était jamais définitivement tarie et que parfois un filet d'eau rédempteur pouvait de nouveau s'écouler..

 

 

 

***

**

 

Elle était arrivée. Son regard fixait la grande porte en métal gris qui était à portée de main.

 

justice,prison

 

Elle se souvenait de  ces petits groupes rassemblés devant cette même porte,des femmes essentiellement ;mais elle, elle passait son chemin, laissant derrière elle ces files d’attente silencieuses.

****

 

 

justice,prison

 

 

 

 ***

**

 

Son cœur battait et elle hésita un instant avant d’appuyer sur la sonnette.C’était la première fois….

 

 

Puis,un bruit sec,celui d’une petite lucarne encadrant le haut d’un visage…

 

 

La porte s’ouvrit sur une cour pavée qu’elle traversa ,martelant le sol de ses pas comme pour mieux affirmer une autorité dont elle était dépossédée ;le sol était gris,luisant.

 

 

Elle avisa alors une sorte de petite loge,le « poste frontière », le «  passage obligé ».

 

 

Les formalités d’usage accomplies,elle se présenta devant une grille de couleur beige délavé,témoignant de  l’écoulement du temps.Elle n’avait jamais vu, si ce n’est dans les films,une « porte » avec des barreaux aussi épais et une serrure aussi grande.

 ****

 

justice,prison

 

 ****

 

Un homme en uniforme lui  ouvrit cette porte qui la plongea dans un autre monde ,un monde d’échos :des cris ,brefs , des bruits de porte,de clefs.

 

 

IL allait bientôt être devant elle ;elle fixait avec une anxiété qu’elle avait du mal à dissimuler une porte massive, sur sa droite, en chêne, barrée par de longues pièces de métal noir.

Elle ne maîtrisait plus la cadence de son cœur; ses mains devenaient de plus en plus moites.

 

 

Un bruit de clef, proche et elle LE vit :ce qui la frappa, ce fut ce visage mince,extrêmement pâle faisant ressortir le bleu des yeux ;curieusement, elle pensa à une tête de reptile.. .

 

 

Connaissant le parcours de cette vie venue s’échouer dans un univers déshumanisé,elle redoutait leur premier entretien, car il était « un DUR ».

 

Oui, il lui parut glacial.

 

Elle appréhendait leur tête à tête dans cet espace restreint que l’on appelait « parloir ».

 

 

Assise en face de LUI, elle lui tendit un paquet de cigarettes et commença alors leur long entretien ;l’anxiété l’avait quittée ;ce n’était plus le braqueur de banques redouté, mais un HOMME, avec sa fragilité d’Homme.

 

 

Elle fut bien sûr amenée à le revoir et apprit par le canard local qu’une tentative d’évasion venait d’échouer..

Deux jours après, elle franchit  le grand escalier de l’HOTEL DIEU pour se retrouver devant une porte en métal bleu marine encadrée par deux policiers en faction.

Il était là, sur un lit d’hôpital,le haut du corps plâtré à la suite d’une fracture de la clavicule..

 

Ce fut de nouveau un long entretien.

 

 

Quelques années passèrent. 

 

 

 

Dans sa boite aux lettres, elle découvrit une enveloppe de couleur rose, parfumée. A l’intérieur,une carte, rose également,avec un nouveau- né dessiné et quelques mots ,chaleureux,de félicitations.

Dans son univers carcéral,il avait appris la naissance sa fille.

 

 

La porte se referma sur cet épisode de vie …mais les bruits , les premiers bruits résonnèrent longtemps…écho de sa première visite.

 

***

**

 

medium_prison.jpg
 
 
***
 
 
 
***
 
 
(Photos: Maison d'Arrêt de Toulouse)
 
 
 
 
(J'ai régardé récemment le film "un prophète")et j'ai retrouvé ces bruits que l'on n'oublie pas)



 

11:48 Publié dans justice | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : justice, prison

Commentaires

Impressionnant ma chère Betty ! c'est dit à mots feutrés. Le bruit des clefs... la grosse porte... les longs couloirs à traverser... J'ai vu, moi aussi.. en visiteuse.. Comme tu l'as si bien dit : "un filet d'eau rédempteur ...".. Mais très peu veulent l'entendre. Toi, si ! Les scènes sont réalistes, je t'ai vue... Bises de miche qui est fin prête pour aller manifester

Écrit par : miche | 23/09/2010

Indispensable et si touchante re publication

des lieux, un homme, qui nous sont lointains et étrangers et que tu rends tengibles , si proches, si vrais, merci Betty pour ton témoignage, si humaniste , si parlant ,

Merci Betty,

Écrit par : framboisine | 23/09/2010

Merci Betty ! Un univers mal connu de Mr tout le monde... que je suivrai avec intérêt, si tu continues ce témoignage fort intéressant.
Bisous et à très bientot je pense ?

Nicole et Henri

Écrit par : Nicole | 23/09/2010

Tu as bien fait d'ouvrir la porte...Beaucoup comprendront que cet univers qu'ils connaissent mal, peut apporter parfois des bouffées d'air pur, il faut beaucoup écouter, important, ne pas s'emballer, à petits pas, tout devient plus limpide, et on peut se faire une opinion objective.

Quant à Mamina Hélène, elle ne peut qu'être fière de ses enfants à la fibre très humaniste.

J'ajoute, en complément, que lorsque que Philippe est parti pour les étoiles, il a reçu de s témoignages d'amitié de nombreux prisonniers et prisonnières. Celles de VERSAILLES, ont envoyé des fleurs...Comme quoi, les préjugés...



Bises et Merci

Mamina
hélène

Écrit par : hélène | 23/09/2010

Coucou Betty !

On dirait du vécu !!!
Récit émouvant et rempli d'humanité par "elle" dans un lieu très stressant et pour moi qui n'y suis jamais allée , c'est l'enfer .
Bon jeudi bizoux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 23/09/2010

j'ai pénétré, une fois, au coeur d'une prison... pour y faire de la musique
j'ai eu, comme toi, cette impression angoissante d'un autre monde ,"un monde d’échos :des cris ,brefs , des bruits de porte,de clefs."
nous étions pourtant cinq ou six, je ne sais plus très bien
je te raconterai
je comprends la solitude anxieuse de l'avocate
bises

Écrit par : henri | 23/09/2010

j'ai eu l'occasion d'y aller pour une preparation de baptême d'une personne en detention ...j'étais encore infirmière en psychiatrie, et comme les gardiens j'avais toujours des clefs sur moi au travail, je peux garantir que le lendemain matin au boulot, mes clefs me brulaient les mains , je me suis retrouvée à les laver à plusieurs reprises dans cette matinée de travail , va savoir pourquoi...
quand on rentre dans la cellule on cherche aussitôt la fenêtre !
bises à toi, continue !

Écrit par : josette | 23/09/2010

oui futée l'amie josette, tout ou presque sur la paume c e soir,
je file retrouver les bronzes vétéro- testamentaires de Florence!!! ouah! la pédante! ! !
j'me marre!

Écrit par : framboisine | 23/09/2010

Récit émouvant et stressant à la fois. Un braqueur de banques c'est pa rien, pour une première fois.
Bises tardives.

Écrit par : pimprenelle | 24/09/2010

Je me suis accrochée à ta plume et t'ai suivi mot à mot. Bravo!| Touchant yon récit. Que de talent. J'entends tes pas. tes talons, la porte wui s'ouvre. Ouf!
Bisous wt continue.

Écrit par : Pierrette | 24/09/2010

Merci Betty de me faire découvrir ce cousin (et cette cousine!), je t'embrasse très fort.

Écrit par : paulette | 24/09/2010

Oh Bettu Oh Bettu Oh Oh! Tu écris bien, tu as le sens du suspense et en aucun cas, on ne pense au nombrilisme (qu'estc-e que je dirais!!!!) En plus tu écris à la troisième personne, t a pas plus modeste!
Dans ton com, tu me rappelles des mots qui m'étaient totalement sorti de la tête : anode, cathode, bon sang, mais qu'estce-que c'est ça donc ?!
J'étais tellement nulle en physique chimie et maths qu'au bac j'ai appris en entier le livre de physique pour pouvoir en réciter un chapitre en réponse à n''importe quelle question. J'ai réussi comme ça à avoir 10 sur 20, ouf! à l'oral, et j'ai bien vu que l'examinateur avait compris l'incroyable système que j'avais employé pour m'en sortir. Heureusement à l'époque, la mémoire emmagasinait n'importe quelle inutilité.
Gros bisous. Continue ! Je continue aussi, en vrac, et mets des photos si tu en as, c'est si vivant (dan mon cas, je n'hésite pas parce que de toutes façons je ne ressemble plus à cette petite fille d'autrefois! Personne ne me reconnaitrait!)
Bisous. Hélène

Écrit par : helene merrick | 24/09/2010

Je suis prise par ce récit et j'entends le bruit de tes pas mais aussi ton coeur qui battait tres fort
ma petite soeur est instit dans une prison et aime ce qu'elle fait
Passes une tres bnonne journée Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 24/09/2010

Ainsi ce serait vrai, les monstres qui sont en prison sont également des hommes...Qui pourrait le croire ?
Merci d'avoir ouvert la porte.
Gros bisou.

Écrit par : Crabillou | 24/09/2010

Ta note est unique , sur la bloguerie , tu dois être la seule a avoir vécu celà .Nous sommes fascinés par ton récit .Merci Betty . ,
Du coup je vais me sentir intimidée .en arrivant aux Trouilles .
A très bientôt . avec ta Mamina .
bises automnales .
huguette

Écrit par : macary huguette | 26/09/2010

Bonsoir,
Soyez assurée ,vous et vos amis blogueurs que chaque jour sans doute (pour moi chaque soir) des quantités d'anonymes vous lisent avec attention et qu'il en reste toujours quelquechose d'enrichissant .Indefinissable peut être mais forcément enrichissant . cette porte ouverte sur une tranche de vraie vie d'ordinaire un peu mystérieuse améne à la reflexion sur les rapports humains ,leurs difficultés mais aussi leurs richesses..Quel privilège et quelle satisfaction que de pouvoir apporter sa pierre a la reonstruction ! Merci à vous

Écrit par : nina | 27/09/2010

La vie ne s'arrête pas derrière les murs d'une prison ..... "dur" au coeur tendre . La vie lui a apporté un bonheur ... il a pensé à la jeune femme qui avait franchi la porte pour la première fois de sa vie.
Bises
ANNIE

Écrit par : Maminie | 29/09/2010

Tu vois ma Betty comme tu aurais tort de ne pas secouer tes manchettes et faire entendre ta voix si juste, si humaine, si progressiste... Bises de la michette

Écrit par : miche | 30/09/2010

Deux fois que j'oublie de te dire combien je suis près de toi quand tu parles de ton frère chéri...Soupirs pour toi, les tiens, les miens... Bises

Écrit par : miche | 30/09/2010

Est-ce moi qui prends mes désirs pour des réalités ? Il me semble me souvenir d’une ancienne note où l’enveloppe parfumée était présente, mais sans aucune mention du rôle de ton frère à la Maison d’Arrêt.
On ne connaît jamais le chemin qu’un geste de réconfort, une parole aimable peuvent parcourir dans la cervelle d’un être humain.
Ta note est un bel exemple d’un métier bien fait. Et tous les métiers fait avec coeur méritent le respect.

Le grillon

Écrit par : Christian | 01/10/2010

Je relis cette note que tu nous fais vivre les images apparaissent au fur et à mesure de tes écrits Ce midi sur Fr 2 il y avait un reportage sur les rencontres prisonniers et femmes ou familles
Bises J'espère que tu continues à récupérer Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 26/05/2012

Nous avons eu, un temps, sur blog50, un homme, ancien "taulard" qui se racontait. Je n'ai pas l'impression qu'il ait eu beaucoup de commentaires. Pourtant, cet homme avait besoin de contact.
Merci pour ton témoignage émouvant. On peut être un DUR mais pour quelle raison devient-on ce genre de personne ? Il n'en reste pas moins que l'être humain est bien là et que, quelque part en lui, se cache l'émotion, la peine. Un soutien est important.
Bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 26/05/2012

Je te reconnais bien là ma Betty
Pas facile le métier d'avocat .Tu avais tout le talent pour faire ce métier ci.Bises de nous deux.

Écrit par : heraime | 29/05/2012

J'ai relu, revisité, écouté avec toi le bruit des portes, des clés... L'enfermement ! l'étouffement ! la solitude ou/et la promiscuité... et puis, ce sont des hommes et des femmes..des êtres humains ! il y a tant à dire ... Bisous ma Betty, mon avocate préférée. Miche

Écrit par : miche | 02/06/2012

Bonsoir Betty

C'est Christiane qui est allé plusieurs fois rendre visite en France à un homme et à des femmes derrière les barreaux. Elle en parlait comme tu le fais, les voyant au parloir. La seule prison où je sois entré, c'est celle de Chiang Maï en Thaïlande, où un jeune ressortissant suisse avait été incarcéré avec de la drogue dans ses affaires, mise selon lui dans sa chambre par les policiers venu l'arrêter. Son père avait payé la caution, une sorte de racket, et le consul chez j'étais était allé le récupérer. Il faisait nuit, nous étions trois.

En plus des bruits de métal, de clefs, de portes et de cris d'hommes, il y avait l'odeur. Je te laisse imaginer. D'ailleurs, nous avons roulé vitres ouvertes une fois ce jeune à bord et il a pris une douche dans l'heure qui a suivi. Là bas, on ne mange que si la famille te nourrit, et on est plusieurs dizaines par cellule.

Bises

Christian

Écrit par : Christian | 07/06/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique