logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/01/2012

COIN LECTURE(1)

medium_DSCF0561.18.JPG

 Voilà:le froid et l'humidité commencent à s'installer...

J'ai donc décidé d'ouvrir les portes de cet espace que je souhaite chaleureux

Installez-vous  sur un siège ou une marche de  l'escalier( certains ont leurs habitudes...).

Pour les nouveaux visiteurs,je rappelle que cet espace "littéraire" est ouvert à tous, que vous soyez amateurs de romans ,nouvelles ,thrillers,polars, BD,poésie, théâtre...

Il en est qui lisent beaucoup,ceux qui lisaient mais n'ont  plus le temps ou l'envie de s'adonner à ce loisir intellectuel ( le net n'est pas étranger à ce désamour),ceux qui ne lisent pas mais qui ont envie de .

 

ET bien,soyez les bienvenus chez moi!

 

Comme je l'ai déjà écrit, lire c'est explorer le champ des possibles,c'est nous enrichir.Chaque lecture est une aventure renouvelée,une rencontre

Mes lectures:il en est pour tous les goûts ;je ne lis jamais ce que l'on appelle  la " quatrième de couverture",préférant être l'exploratrice d'un univers inconnu.

 

Empruntons ensemble cet itinéraire de feuilles de papier.

 

Et pour se détendre,une histoire peu vraisemblable mais bien écrite,avec de l'humour et l'empathie de l'auteur pour ses personnages.

 

"Les larmes de Tarzan" de Katarina MAZETTI auteur  suédois  ayant écrit également  "le mec de la tombe d'à côté").

 

C'est la rencontre improbable d'un jeune homme riche,roulant en lamborghini,"tuant-perdant"son temps et d'une jeune femme qui galère,seule  avec une copine et leurs enfants .C'est l'art pour une mère de transformer le banal en objet de rêve, tenant ainsi à distance la misère quotidienne.

"On a joué jusqu'à l'heure bleue. C'est quelque chose de très spécial dans notre petite famille. On éteint toutes les lampes et on regarde par la fenêtre quand le crépuscule pose sa lumière bleue partout. Les immeubles avec leurs écheveaux de graffitis maladroits et les parkings sont bleu sombre et même la descente de métro brille d'une lumière magique, comme un foyer pour les habitants souterrains."

Oui,ce pourrait être réducteur:la rencontre entre un nanti et une pauvre qui galère. Il faut le coeur et la sensibilité de MANZETTI pour ne pas tomber dans le pathos.

Les milieux sociaux sont décrits avec justesse même s'ils relèvent parfois de la carricature.Mais la carricature n'est  -elle pas l'accent mis sur une réalité?

Sur la deuxième étagère à droite:

"Les insurrections singulières" de Jeanne BENAMEUR .

C'est le cheminement d'Antoine qui,à la fin de ses études, rentre  dans le monde du travail et plus précisément dans le monde ouvrier suivant en cela la voie tracée par son père ancien ouvrier.

Problèmes de délocalisation de l'usine,militants syndiqués et Antoine,qui ne parvient pas à trouver " les mots" pour s'exprimer tant auprès de ses amis que de sa compagne

Il décide de fuir tous les discours idéologiques;il rompt avec ce monde là,rejoint un moment le foyer ,ses parents qu'il redécouvre ( ou découvre) avec quelque amertume.

Quête de soi, mal être..jusqu'au moment où Antoine rencontre un homme passionné de vieux livres qu'il vend sur les marchés:l va "apprendre" les mots, la lecture.Il va faire le grand bond en avant et partir..Où?je ne vous le dirai pas...

oui c'est une insurrection bien singulière....une rédemption

 

 

"L'imposture, c'était quand j'essayais de me faire croire à moi-même que j'étais là où rien de moi ne pouvait être. "

 

"Les livres, chez lui, c'était une présence tranquille, pas comme chez Karima où les étagères bien rangées me narguaient. Chez Marcel, on aurait dit que les livres attendaient avec nonchalance qu'on les ouvre. Ils étaient là, disponibles, sans exigence. En même temps, par leur présence, ils me disaient que j'avais encore des milliers de choses à découvrir. Ca ne me bousculait pas. Ca me convenait.
L'impression que rien n'était fini, que quelque chose pouvait s'allumer et brûler haut et fort. En moi. C'était dans les livres, dans les pages. Ca m'attendait. ......
"Je marchais. Je sentais qu'un nouvel ordre de vie était en train de réagencer toutes mes perceptions.
C'est ça, une révolution?

J'ai posé la question à Marcel un soir. Il a hoché la tête.
- Pendant longtemps tu sais, Antoine, j'ai cru que la révolution, c'était tout le monde ensemble, à la même heure, au même endroit. Le grand soir ou le grand matin. Et puis j'ai compris que c'était solitaire, ce qui se passait vraiment. A l'intérieur de chacun. Et ça, ça ne peut pas se faire tous ensemble, à la même heure. C'est dans chaque vie quelque chose de possible, on y va ou on n'y va pas. Après, si on peut, on se rassemble avec les autres...
***
***
 Sur la quatrième étagère, au milieu, un livre bouleversant:"L'empreinte de l'ange "de Nancy HUSTON.
Dès les premières pages vous vous interrogez: l'héroïne,une jeune allemande rentrée comme domestique en 1957 au service d'un musicien ( flûtiste) semble être amputée de tout sentiment.
Cette indifférence face aux événènements importants tels qu'aimer ,devenir parent...vous glace. Mais elle recèle tant de blessures graves qui déchirent la vie.L'origine de ces plaies mal cicatrisées nous est révélée au fur et à mesure de la progression de l'histoire.
Nous parcourons cet itinéraire de souffrance sur fond de guerres,et assistons à une seconde naissance.Un très beau roman.il est vrai que j'aime bien cet auteur dont j'avais lu quelques oeuvres:"Ligne de faille"," prodige.".
***
**
Ce pourrait être maintenant.En Egypte.En Janvier 2011.
Nous sommes,grâce à la talentueuse écriture  de Naguib Mahfouz  installés dans un café au Caire,le Karnak   Café,dont la patronne est une ancienne danseuse orientale.Un café où se croisent des " gens ordinaires",des jeunes étudiants, au lendemain de la révolution socialiste nassérienne,dans une Egypte en effervescence.
Période de tous les espoirs ...

Mais la révolution révèle ses excès dictatoriaux.
Le nouveau régime suspecte tous ceux qui désormais penseraient différemment.
"Karnak café "est le microcosme d'un pays perdant ses repères, où de nouveau s'installent la peur ,l'emprisonnement,la torture.
La liberté recemment acquise est détournée..
Il fallait la plume magnifique de Naguib Mahzouf  (prix nobel de littérature) pour relater le destin des trois étudiants et des membres du Karnak Café.
**
**
Je vous laisse avec ces quelques livres .Cependant j'ouvrirai plus souvent les portes de la bibliothèque.
Sur les étagères vous attendent "Du domaine des murmures","Plus léger que l'air","Indignation" et quelques nouvelles qui seront l'objet de la prochaine note de lecture.
Et vous que lisez-vous en, ce moment?On peut échanger sinon les livres,du moins les idées.Non?
Nous irons aussi à la découverte du roman américain
***
**
A BIENTOT

Commentaires

Comme il va être difficile de suivre...tu fais très copieux pour une reprise!
Nancy Houston: j'ai lu les trois livres que tu cites ( et deux autres)J'ai mis cet auteur un peu en standby car à force...style très uniforme je trouve.
Mazetti:je n'ai pas lu les larmes de Tarzan, mais par contre, "Le caveau de famille" m'est tombé des mains au bout de 50 pages...
Je n'ai pas lu les autres auteurs.
Actuellement, je suis sur "Désolations" de David Vann. Plaisir intense...
Bises reliées

Écrit par : Serge ® | 25/01/2012

Bonne lecture Betty et merci pour cet important compte rendu.*
Bonne soirée.
Anita.

Écrit par : anita | 25/01/2012

Je ne résiste pas au plaisir de ta page et je m'installe, puisque tu nous y invites. J'aime les livres. Plus exactement, et hormis ceux avec lesquels j'ai eu ou j'ai encore une aventure, j'aime les regarder. Ils me rassurent parce que je sais qu'ils contiennent les mots, eux, tandis que, ailleurs, les mots s'échappent..

Je m'installe donc, et pourquoi pas sur le dessus de ta lampe ? La vue sur tes livres y est certainement imprenable et, sois sans crainte, quand je veux je peux me faire très petite. Juste, je conserve les lunettes. Un microbe à lunettes, ça te va ?

Avec de grandes oreilles cependant, parce que je t'écoute. J'aime bien comme tu parles de tes lectures. Avec passion. Je n'ai lu aucun de ceux-là. J'entrecroise "Le Feu" de Henri Barbusse, misère et grandeur des poilus avec un parler imprégné de tout ce que l'époque pouvait transmettre sur les mots, avec d'autres comme "La neige en deuil" de Henri Troyat - magistral - et de la poésie.

Comme les plantes et les fleurs, les livres sont un univers. Je crois qu'ils aiment aussi un peu de musique et le toucher de nos mains, et même, quelques baisers.

Je t'embrasse toi aussi avec un petit signe à tes amis sur les étagères.

Bonne soirée Betty. Monique

Écrit par : monique | 25/01/2012

Tes propositions sont bien alléchantes. Je me sens attirée par Antoine et le Karnak Café.
Tes étagères contiennent de bien belles écritures.
Bises et à bientôt
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 26/01/2012

Bonjour Betty

Trois livres sont ouverts en cette quinzaine : je m’appelle Jeanne Mas de Thomas Lélu. Sur le quatrième de couverture, on annonce un univers singulier et hilarant,
mêlant intrigue policière, roman d’amour et d’amitié, science fiction décalée. A l’ouverture, le style ne se tient pas, les mots orduriers émaillent trop souvent des phrases hachées, courtes et sèches. Je ne suis pas allé au delà de la troisième page.

Le suivant, un autre premier roman, de Carole Martinez, le cœur cousu, m’a beaucoup plu. L’écriture est solide, les mots colorés, la phrase souvent musicale. L’histoire se tisse en tableaux de quelques pages qui racontent chacun une anecdote précise, constituant un patchwork où le merveilleux n’est jamais forcé et s’inscrit dans le cycle tragique de la vie.
Le livre commence ainsi :
Mon nom est Soledad.
Je suis née, dans ce pays où les corps sèchent, avec des bras morts incapables d’enlacer et de grandes mains inutiles.
Ma mère a avalé tant de sable, avant de trouver un mur derrière lequel accoucher, qu’il m’est passé dans le sang.

Il te plairait certainement.

Le troisième est de Franck Mc Court, écrivain irlandais née en 1930, qui narre une enfance misérable en Irlande catholique. Il s’intitule : les cendres d’Angela. Une autobiographie bien traduite. Un extrait : Dans les pubs, on inhalait la vapeur montant des corps et des habits mouillés en même temps que la fumée des cigarettes et des pipes mêlée aux aigres relents de stout et de whisky renversés, eux-mêmes enrichis de l’odeur de l’urine des latrines extérieures où plus d’un homme allait vomir sa semaine de salaire.

Le ton est donné et sans tomber sans le larmoyant, on vit avec Franck la misère et la vitalité d’un gamin d’une rue humide et crasseuse de Limerick.


Je retiens le nom de Mahfouz, marqué sur ma carte d'abonnement à la bobliothèque.


Bises

Christian

Écrit par : Christian | 26/01/2012

Coucou Betty !
"L'empreinte de l'ange" me tente et je ne sais pas pourquoi , mets le de côté j'arrive et j'irai m'assoir sur un fauteuil plus doux que l'escalier .
Une bibliothèque digne de ce nom , waouh ! Bon après-midi de lecture et gros bizoux de moi !

Écrit par : françoise la comtoise | 26/01/2012

Betty, j'ai ouvert l'ordi et sur la page de NT, je vois "coin lecture"... Vite, vite j'accours sachant que c'était toi qui nous invitais...Je m'asseois en jean sur les marches à côté du monsieur....
Tu as fait le bon choix pour plaire à Miche ? Non, je plaisante. Mais ces bouquins correspondent à ce (ceux) que j'aime.
Des extraits qui pourraient bien convenir à mon Minou : "L'imposture, c'était quand j'essayais de me faire croire à moi-même que j'étais là où rien de moi ne pouvait être. " ..
."Et puis j'ai compris que c'était solitaire, ce qui se passait vraiment. A l'intérieur de chacun. Et ça, ça ne peut pas se faire tous ensemble, à la même heure. C'est dans chaque vie quelque chose de possible, on y va ou on n'y va pas. Après, si on peut, on se rassemble avec les autres..."
Lui, c'est lui... moi c'est moi... Je vais lui lire et il va approuver c'est sûr.

Merci ma Betty, je prendrai le temps de venir lire chez toi, virtuellement et puis un beau jour, je grimperai tes marches. Ne mets pas trop d'encaustique que je ne me casse pas la binette...

Ce soir je file à MONT DE MARSAN en réunion et je laisse mon Minou (encore !) qui pourra ruminer sur les "insurrections singulières".

BISES A TOI MA GRANDE. CIAO

Écrit par : miche | 26/01/2012

j'évite la lecture dans un fauteuil, tu devines pourquoi
je n'ai pas d'escalier, reste la chaise
les larmes de Tarzan m'ont un peu déçu ( ont souffert sans doute de ma comparaison avec le mec....)
Nancy Houston, j'aime
actuellement, je lis...lentement
bises

Écrit par : roro | 26/01/2012

Comme toi ,j'adore la lecture ,je lis environ 4 livres par semaine ,Mijo peut confirmer .Et puis tu connais ma bibliothèque .Pas forcement le genre de lecture qui te plait.Bises Betty de nous deux.

Écrit par : heraime | 26/01/2012

je ne suis pas une grande lectrice decouvreuse car ne pouvant aller louer de bouquin je suis amenée à beaucoup relire ...sois tranquille je peux quand même changer de bouquin tous les soirs pendant plusieurs années même si je relis ! c'est le fléau de la maison les envahisseurs sont sur les étagères ,sous le li,t dans le lit, a coté, sur la table, près de la télé ...partout sauf au petit coin où je ne lis jamais !
je regrette de ne pas pouvoir partager mes lectures mais je ne sais pas le faire et je doute que quelqu'un soit interessé par mon avis sur "contre les hérésies "d'Irenée de Lyon, 679 pages etincelantes dont tu oublies tout a fur et à mesure ou tu dois revenir pour suivre son raisonnement et qui vaut dix boites de somnifère pour qui n'est pas branché !
c'est le charme des thèses , un bouquin travaillé pendant un an que tu redecouvres comme si tu ne l'avais jamais ouvert ...
sinon les Bidochons me sont plus accessibles ...j'aime les bd et lis en boucle les memoires d'un certain Charles D., un grand bonhomme qui a tellement d'héritiers de sa pensée au gouvernement ...que là où il est il doit rever de leur botter le cul...
bises

Écrit par : josette | 26/01/2012

J'ai envie de commencer par le livre de Jeanne Benameur
J'aime sa façon d'écrire et cela fait un moment que je ne l'ai pas lue
le dernier était je crois les mains libres
Bon dimanche Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 29/01/2012

alors tu es bien rentrée de chez ta mum ? j'espère que tu vas bien et je m'inquiète depuis que l'on parle neige car pour certains c'est signe de grosses difficultés respiratoires , et tu n'as pas besoin de ça !
bien je t'embrasse fort , je relis un vieux bouquin qui est une etude de la vie de nos prêtres , le resultat d'une enquête auprès d'eux , ça s'appelle les volets du presbytère sont ouverts ...c'est interessant car 20 ans plus tard et bien c'est encore pire que ce qui est decrit . nos pauvres vieux hommes de Dieu ils sont bien a plaindre et bien mal recompensés de leur service .
je t'embrasse bien fort

Écrit par : josette | 30/01/2012

quand je vois votre photo, je rêve de mes murs couverts de mes livres non rangés
en fait il suffit de peu quelques planches
que celà tienne bien
il va me faloir y songer sérieusement
une pièce chez moi attend
mon nouveau blog est en place d'aujourd'hui
Lady est revenu
Catherine

Écrit par : LADY CATHERINE | 30/01/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique