logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/01/2012

UNE HISTOIRE COURTE...

 

* **
**
soustif.jpg
***
**

 

Le petit Enzo est prêt pour aller à l'école ; ses yeux sont encore lourds de rêves inachevés.Il a le nez qui coule et une toux sèche brise sa poitrine.

 

Dehors,il fait froid,très froid.

 

Il a sommeil Enzo;sur son dos le cartable" Barbapapa "attend le signal de départ

 

Il attend.Il attend que sa maman(elle semble bien fatiguée ,il le devine aux cercles marrons encadrant ses yeux)achève d'habiller CINDY qui ce matin précisément proteste par des pleurs lacérant les oreilles.

 

 

Enzo la  regarde  s'affairer,les gestes sont saccadés ,soumis à un rythme infernal :à 7h3O les portes de la crèche accueilleront Cindy et à 7h45il franchira celles de la maternelle

A huit heures Anne- Marie mettra sa carte dans la machine à "décompter le temps".

 

Elle rejoindra son poste de travail. 

.Oui, c'est un boulot  pas facile ,mais elle aime ces machines.Elle est fière de sa dernière "oeuvre":un soutien gorge en voile couleur chair parsemé de pâquerettes..un avant goût du printemps?

La cadence exigée est contraignante mais la contrepartie en est l'acquisition récente de  la maison de plein pied,100m2 habitables,un salon ouvrant sur un jardinet ensemencé de fleurs,tomates,ciboulette, porteur de tous les espoirs...

Cet Eden borné par un grillage vert vaut bien les sacrifices consentis pour rembourser le prêt... 30 années difficiles..

Bruno fait les trois huit dans l'usine proche;il est question de chômage partiel...

Mais ce matin Anne Marie est anxieuse:la nouvelle qui jusque là n'était qu'une rumeur se confirme:l'usine va fermer, "on" délocalise.

L'angoisse l'étreint:seront-t-ils contraints de déménager?pour aller où? et les enfants?et le crédit?

Pourtant ils étaient bien dans leur petite maison,l'école et la crèche à proximité , l'aide ponctuelle des grand-parents.

 

Elle a peur et verse des larmes sur le dernier soutien gorge confectionné ,ses mains tremblent et s'attardent sur la machine qu'elle aime tant,qui est un peu sa fille.

 

 DEMAIN?

 

***

**

*

 

 

( de temps en temps j'aime bien dédier une note:celle là l'est pour notre Miche,"ma militante" alors que je ne le suis pas et que tout cependant nous rapproche).

 

(Ces quelques lignes  m'ont été inspirées à la suite d'un reportage télévisé sur la fermeture de l'usine LEJABY et devant la détresse hurlée de deux ouvrières.Je sais,je sais ...d'aucuns  diront que je verse dans le pathos,mais peu m'importe car cette réalité là il ne faut pas l'oublier)

 

Commentaires

Je ne trouve pas que tu verses dans le pathos. Ce qui arrive à ces femmes est dramatique. La plupart, censurées par l'âge ne retrouverons pas de travail et puis; où ? Pour moi, c'est un scandale de plus. Et, semble-t-il, ON y peut rien ? Je m'interroge.
J'aime ta réaction
Bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 20/01/2012

Et oui ma chère Betty ,un scandale de plus avec cette fermeture d'usine .Une usine qui savait si bien vous habiller ,vous les femmes.Bises

Écrit par : heraime | 20/01/2012

Ma Betty, me revoilà.. J'avais laissé un commentaire et j'ai été interrompue et oups ! envolé le com.
J'apprécie ton geste de solidarité mon avocate préférée. J'ai vu le reportage et comme toi, j'ai été bouleversée par ce drame. Tout pour les actionnaires, rien pour les ouvrières, pour celles qui créent les richesses. Il faut en finir avec tout ça, zut ! pas se contenter de miettes. Pauvres familles, pauvres gamins ! Ce ne sont pas des lendemains qui chantent pour ceux-là.. J'ai la rage mais en ce moment je suis regonflée à bloc.
Ma Betty, oui oui je vais t'appeler. Aujourd'hui le temps est gris, humide et je suis très paresseuse, sauf à refaire le tour des blogs... ça me fait du bien et j'en ai envie, alors que demande le peuple ? A PRENDRE LE POUVOIR ! pfff.

Bises à toi ma fidèle Betty.

Écrit par : miche | 20/01/2012

Société déshumanisée ou il est impossible de faire le moindre projet...On hurle avec ces ouvrières.
Bien que je sois devenu très fataliste, j'espère encore que tout ça peut changer.
Joli mois de mai ?
Bises gauchistes

Écrit par : Serge ® | 20/01/2012

Je lis à l'instant ta note et te dis BRAVO de rappeler de temps en temps la souffrance de ceux qui perdent leur boulot pour des raisons des stratégies économiques.

J'ai vu le reportage et la détresse déchirante de cette ouvrière qui criait son désespoir!
Mais va-t-on l'entendre?

Les sommités qui nous gouvernent ne s'arrêtent sur des PETITS CAS comme celui-là, il vaut mieux caresser veau, vache et poule, des voix.....aux urnes citoyens!


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 20/01/2012

C'est bien triste

bisous
Christiane

Écrit par : Christiane | 20/01/2012

ces drames-là deviennent de plus en plus nombreux; révoltant!
bises
ce matin, Morel a été excellent, à mon avis

Écrit par : henri | 20/01/2012

La fermeture de Lejaby est un "drame " pour la petite ville d'yssingeaux en haute-Loire....Et tu as raison d'en parler....Ces personnes licenciées ne trouveront pas de boulot sur place.Bises

Écrit par : ALN | 20/01/2012

C'est tous ces gens en plus les jours que l'on voit une entreprise jeter ses employés, et on voit tous les jours cette détresse.
Il y en a marre!!!!

bises

roro

Écrit par : roro | 20/01/2012

Bonjour Betty,

Je suis certain qu'en lançant une souscription nationale pour faire reprendre cette société par un groupe de Français et en confiant la gestion de Lejaby à ces femmes, en coopérative, il y a moyen de sauver ces emplois. C'est une entreprise qui "parle" à toutes les femmes et c'est la dernière qui reste en France. Jeter des femmes de 50 ans au chômage pour aller faire moins bien en Tunisie, on piétine l'humain.

Les idées et le courage manquent au Ministère de l'Industrie, qui devrait être capable soit d'interdire la vente, soit d'organiser une reprise complète. C'est lamentable et tu as raison de le souligner.

Christian

Écrit par : Christian | 21/01/2012

Bonjour Betty,

Je suis certain qu'en lançant une souscription nationale pour faire reprendre cette société par un groupe de Français et en confiant la gestion de Lejaby à ces femmes, en coopérative, il y a moyen de sauver ces emplois. C'est une entreprise qui "parle" à toutes les femmes et c'est la dernière qui reste en France. Jeter des femmes de 50 ans au chômage pour aller faire moins bien en Tunisie, on piétine l'humain.

Les idées et le courage manquent au Ministère de l'Industrie, qui devrait être capable soit d'interdire la vente, soit d'organiser une reprise complète. C'est lamentable et tu as raison de le souligner.

Christian

Écrit par : Christian | 21/01/2012

cela commence vraiment à bien faire cette honte manifeste dans laquelle le citoyen omega est écrabouillé (le citoyen alpha , lui est chouchouté il a les sous produits par le citoyen omega )
je crois urgent de boycotter tout ce qui n'est pas produit chez nous et c'est ce que je fais , c'est peu mon neveu mais il y a de quoi avoir la rage ...
Il va quand même falloir y arriver à taxer les mouvements de capitaux , il n'y a que le fric qui , quand il va de la case "a" à la case "b" ne subit aucune imposition...le café est revendu 50 fois avant de quitter son entrepos et le pauvre mec va sur le champ à 250 km debout dans la benne du tracteur ...
bon j'arrete je vais être malpolie
bravo pour ton texte qui reflète bien la situation de ces gens ...
bises sur ta joue gauche d'une bonne femme qui se demande bien ce que l'Europe nous a pratiquement apporté , car avant elle la dame de lejaby aurait eut un autre boulot dans les trois jours !

Écrit par : josette | 21/01/2012

Coucou Betty !
Toi la fille au grand coeur . J'ai vu ce reportage , ils s'en fichent , eux les ministres et le tsar Nicolas , eux ne connaissent pas ça dans leurs familles .
J'ai vécu cela en 2003 où l'entreprise où je travailler a été délocalisée en Roumanie , pour moi ce n'a pas été trop dramatique j'avais mes annuités e
je fus mise en AER (allocations équivalentes à la retraite) jusqu'à 60 ans , mais les plus jeunes femmes et hommes qui avaient bâti et avaient des
crédits , étaient désarmés , Besançon est reconnu pour être une ville industrielle , il n'y a presque plus de boulot , alors ........
Tu as bien fait d'en parler avec un beau texte émouvant . Bonne soirée et gros bizoux comtois !

Écrit par : françoise la comtoise | 21/01/2012

Le reportage m'a touché Surtout de voir le desespoir des visages de ces femmes
J'essaie d'acheter du made in France mais c'est assez difficile
J'ai appris qu'il suffisait d''une piece mise en France pour que cela soit appelé made in France

Bises du soir
Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 22/01/2012

Merci Betty de ne pas laisser passer ce triste fait divers. C'est dramatique ce qui arrive à ces femmes de cette petite ville où l'emploi est rare. Je vous embrasse.

Laurence

Écrit par : Laurence | 23/01/2012

Il ne reste qu'à souhaiter que Lejaby regrette la qualité de fabrication à la française... Mais, bof... !
Bonne soirée, bises,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 25/01/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique