logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/03/2012

ERREUR JUDICIAIRE( fin)

A TOULOUSE,AU SIECLE DES LUMIERES.

" Je ne mangerai pas des fruits de l'arbre de la tolérance que j'ai planté...mais vous en mangerez un jour".

***

**

*

medium_capitouls_2.3.jpg
***
**
*
Il a 64 ans  en  1758 lorsqu'il décide de se fixer à FERNEY,en Suisse , car à la Cour du Roi de France il est " persona non grata",le Roi ne veut pas le recevoir.

*


Comme il est agréable ce hameau de 200 âmes!
Voltaire s'érige en véritable architecte:il fait construire châteaux,chapelle et pour que le hameau devienne village,il fait édifier des maisons bordant la rue centrale.
*
Jean CALAS a été exécuté le 10 Mars 1762 après un supplice barbare , clamant toujours son innocence:
C'est ce que rapporte au "Patriarche " un négociant marseillais,de passage à FERNEY.
*

Le 4 avril, sachant où porter ses coups, Voltaire lançe la campagne de réhabilitation:

"Mes chers frères, il est avéré que les juges toulousains ont roué le plus innocent des hommes. Presque tout le Languedoc en gémit avec horreur. Les nations étrangères qui nous haïssent et qui nous battent, sont saisies d'indignation, jamais depuis le jour de la Saint-Barthélemy rien  n'a tant déshonoré la nature humaine. Criez et que l'on crie."

Et il va ""crier"!

Il faut mobiliser l'opinion ?  et bien créons une association:toute une infrastructure est alors mise en place;c'est une véritable ruche chargée de se procurer tous les documents afférents au procès.

*

Il écrit sans relâche ,Voltaire, aux plus hautes autorités administratives.

*


Sa table est réputée aussi:il reçoit jusqu'à 80 convives;pour cette occasion,il revêt souvent un habit mordoré rouge avec des galons d'or cousus sur la veste.

 

***

*

medium_Diner-des-philosophes.jpg
***
**

Il sait recevoir:les assiettes portent ses armoiries..

Il parle à ses convives de "l'Affaire CALAS".

A la fin du repas,les gens font la fête ,dansent, mais lui a mieux à faire:il se retire très vite dans sa chambre et écrit ,écrit sans relâche;il rectifie les mémoires des avocats qu'il a conseillés à cette courageuse Madame CALAS qui,sur ses recommandations, "monte" à Paris, elle qui n'avait pas franchi les portes de Toulouse.

 

 

****

***

*

medium_capitoul_1.jpg
****
***
**
Il "utilise" ses relations sollicitant un concours financier  à  la Grande Impératrice Catherine II de Russie et Frédéric II :tous deux répondent favorablement à sa requête.
Faut-il "émouvoir" le cardinal de Richelieu, Madame POMPADOUR ?il les contacte!
*
Diderot le soutient " du bout des lèvres":il est trop occupé à la rédaction de l'Encyclopédie.
*
Voltaire s'engage à fond dans cette démarche de réhabilitation:il fait publier  ses correspondances, le jugement, le mémoire fort complet de Donat CALAS,l'un des fils de jean CALAS ( non présent le soir du drame)
*
Donat,réfugié en Suisse, est très impressionné par la personnalité de cet "intellectuel", le premier à intervenir dans une affaire judiciaire.
*
Ce qui hante le philosophe, c'est la quête de la vérité
*
"Je veux savoir de quel côté est l'horreur du fanatisme".
*
Et cette quête sans relâche, portera ses fruits:
*
Le 1er mars 1763,la Cour de CASSATION déclare recevable la requête en réhabilitation et se fait communiquer tout le dossier procédural du Parlement de Toulouse.
****
***
**
medium_4.2.jpg
*****
***
**
Le 9 mars 1765,intervient A L'UNANIMITE, l'arrêt de réhabilitation de Jean CALAS
&&&&&&
&&&&

 

Voilà,j'ai pris un grand plaisir à établir les notes sur l'affaire CALAS et je tiens à vous remercier pour l'intrérêt que vous y avez trouvé, ce qui est gratifiant pour le travail que j'ai investi.

 

**

"EPILOGUE"

*

Des erreurs judiciaires,notre Histoire en est jalonnée.



Tout le monde se souvient de" l'Affaire d'Outreau", et de la comparution du jeune magistrat devant la commission parlementaire "ad hoc".

**

*

A l'époque, vivement impressionnée par un certain "lynchage médiatique" ,j'étais intervenue sur le forum d'un grand quotidien et voici ce que j'avais écrit:

 

"Comment ne pas penser que l'inexpérience a été le moteur du comportement " déshumanisé" de ce jeune juge? Face à des avocats à la réputation avérée,à la pression médiatique,à l'assurance d'un procureur expérimenté et intelligent, il a caché sa fragilité intrinsèque d'homme derrière une autorité dont il n'a point contrôlé les excès.Je ne pense pas que son attitude était convenue au procès;il avait peur.Son émotion était réelle".

 

**

Fragilité de la Justice....

 

 

**

 

 

 

(les photos ,à l'exception du buste de Voltaire et du tableau " le repas des philosophes", sont extraites du livre édité à l'occasion de" Cinq Siècles de Justice à Toulouse").

 

13/03/2012

ERREUR JUDICIAIRE (suite2)

A TOULOUSE, AU SIECLE DES LUMIERES
****
***
**
*
medium_justice7.2.jpg
****
***
**
*
Malgré l'arrêt  du Parlement de TOULOUSE sanctionnant la décision des capitouls et l'espoir d'un nouveau procès qui pourrait enfin restaurer la Vérité,tout concourt pour que Jean CALAS soit un meurtrier.
Oh,oui, il a eu tort ,lors du premier interrogatoire sur "l'infâmante sellette "(petit siège en bois)de prétendre que
son fils avait été assassiné...
*
Certes..
*
Mais imagine -t-on un instant le sort qui était réservé aux suicidés à cette époque (XVIII°):non seulement un procès était fait au cadavre mais encore,il était transporté nu,sur une claie,face contre terre, dans les rues de la ville!
*
Comment un père  chérissant son fils aurait -il pu  supporter cette  infamie!!
*
Conseillé par un avocat ,Jean CALAS le lendemain de son arrestation, abanbonne la thèse du meurtre et parle enfin du suicide de son fils .
OUi, Marc-Antoine vivait très mal le fait de ne pouvoir intégrer le corps de la mgistrature réservé aux seuls catholiques.Le droit, c'était sa passion!
*
Mais les "accusateurs" combattent farouchement la thèse du suicide;ils n'hésitent pas:entre un parricide et un père déchiré par la fin tragique de son fils, ils "choisiront" le premier.
D'ailleurs Marc- Antoine est mis en terre selon le rite catholique.
Des funérailles solennelles sont célébrées dans laCathédrale Saint ETIENNE le 18 Novembre
*
Un nouveau procès va s'ouvrir:nouveau procès,nouvel espoir?
**
Comment prendre du recul par rapport au " monitoire", cette façon de procéder contraire à toute idée de Justice: lors de la messe,le prêtre lit à ses fidéles une série de questions ( très orientées)  et les oblige à déposer sous peine d'excommunication!
Dans ce contexte,87 dépositions affirmant la conversion de Marc-Antoine au catholicisme seront soumises à l'examen du parlement!
Les questions posées  en cours de procédure aux témoins ou aux  intervenants le sont toutes " à charge",laissant présumer la culpabilité d'un père.
**
*
Les membres du Parlement doutent cependant..dix séances seront nécessaires et sur 13 voix, 8 demanderont la condamnation à mort.
***
**
*
medium_capitouls.2.jpg
***
**
*
Cependant, comme la procédure ne contient pas de PREUVE IRREFUTABLE de  culpabilité,Jean CALAS sera également condamné à la question préalable.
*
L'arrêt de condamnation sera rendu le 9 Mars 1762
***
**
*
medium_justice3.jpg

****

***

**

Il fait froid en ce matin du 10 mars 1762 à TOULOUSE:Jean CALAS est revêtu d'une simple chemise qui ne le protège pas des morsures du gel.

*

Il clame son innocence malgré les souffrances qu'il endure lors la question ordinaire ( par étirement) et extraordinaire (par l'eau).

**

L'après midi,il est amené dans  un chariot devant une  église de Toulouse ; il tient entre ses mains une torche de cire jaune ,s'agenouille et doit demander pardon à Dieu au Roy et à la Justice.( pour un crime qu'il n'a point commis! petit aparté personnel)

*

Sur la place Saint GEORGES,un échafaud a été dressé ;la foule, avide de spectacle morbide ,se presse.On entend le bruit que font les roues du chariot sur la rue pavée menant à la Place.


Le bourreau est là et se remémore les instructions énoncées dans l'arrêt de condamnation:il doit rompre les bras,les jambes et les cuisses du condamné.

*

 

 

Jean CALAS est ensuite exposé sur  la roue, la face tournée  vers le ciel.

 

**

*

 

medium_roue.2.jpg
**
medium_roue_calas.jpg
**

 

..Il attend la mort qui mettra fin à son supplice;son confesseur le Père BOURGES est près de lui; il lui demande s'il n'a pas froid car lui a froid.Il lui fait même une requête:une des jambes brisées par le bourreau est repliée sur la roue et  ces "tiraillements" (sic)le font souffrir atrocement.Pourrait-on la déplier?


L'exécuteur acceptera.

*

 

Jusqu'au terme de ce supplice,Jean CALAS clame son innocence!!!Il demande que l'on pardonne à ses juges!!

 

Il expire enfin et son corps est brûlé sur un bûcher dressé sur la place.Les cendres seront dispersées au vent d'Autan.

 

***

 

 

(A suivre)

 

16:14 Publié dans justice | Lien permanent | Commentaires (15)

11/03/2012

ERREUR JUDICIAIRE(suite)

A TOULOUSE, AU SIECLE DES LUMIERES.

 

 

medium_parlement_2.2.jpg

****

***

**

 

****
***
**
*

Jean CALAS écrasé de douleur, défait le garrot étranglant Marc-Antoine;comme il  le chérissait ce fils bien qu'il lui reprochât parfois de consacrer trop de temps à jouer au billard au détriment de ses études.

A la demande de son père,Pierre court prévenir un ami de la famille, à une centaine de mètres de chez eux dans le quartier de la BOURSE (aparté:où siège leTribunal de commerce à l'heure actuelle,place de la BOURSE).

Il faut agir vite,prévenir les hommes de Loi,mais surtout taire qu'il s'agit d'un suicide,sinon le déshonneur frapperait la famille!

Ensuite,il faut absolument prévenir le Capitoul ( magistrat)

***

**

medium_capitoul.jpg
(Capitoul,à l'époque de l'affaire CALAS)
***
**
*

, son greffier,un assesseur.

Pendant ce temps au 50 rue des Filatiers

**

*

medium_toulouse_002.jpg
**
*

un attroupement se forme;un fanatique affirme que Marc-Antoine devait se convertir au caholicisme le lendemain,un autre prétend qu'il est d'usaghe chez les parents protestants d'étrangler leurs enfants s'ils manifestent leur volonté de conversion;d'ailleurs Gaubert LAVAISSE,ce jeune étudiant bordelais hôte de la famille, n'est-il pas venu es qualité de " bourreau" pour accomplir ce rite?

Une passante a entendu des cris provenant de la maison:ce ne peut être que l'appel à l'aide de Marc-Antoine;une autre a entendu" Au voleur" alors qu'il ne s'agissait que du cri de douleur du père" Ah,mon Dieu".

et patati et patata ...

Alerté par ces clameurs, le Capitoul se vêt à la hâte et arrive rue des Filatiers avec 40 soldats.

***

**

medium_affaire_calas_3_p.2.jpg
***
**
*

 

Deux médecins qu'il fait mander procèdent aux premières investigations médico-légales sur le cadavre..Aucune trace de meutrissures ne laisse présager qu'il y a eu lutte...


Ils ne prennent pas le temps d'établir un rapport écrit et communiquent le résultat de leurs investigations oralement.

Le Capitoul , négligent,considère que les quelques lettres trouvées dans la poche de la veste de Marc-Antoine sont des"papiers inutiles"!.Le fait que certains vêtements de Marc-Antoine soient soigneusement pliés et posés  sur un meuble n'interpelle pas son attention!D'ailleurs il n'ordonne aucune perquisition!!!!!!!!!!

*

Sur son ordre , toute la famille CALAS,la servante et le jeune Gaubert sont amenés à la prison du Capitole.

Il fait froid dans les cachots, seul celui des femmes est éclairé.

Jean CALAS, voulant taire l'acte suicidaire de son fils chéri, va parler de meurtre d'un rôdeur...ce qui le perdra!

En effet, comment un meurtre aurait-il pu se produire alors que la porte d'accès à l'immeuble était fermée à clef, et qu'aucune effraction n'a été constatée?le meurtrier ne pouvait dès lors  être que...Jean CALAS.

*

Le Capitoul,peu respectueux de la forme, rédige un procès-verbal qu'il antidate d'une journée!alors qu'il le rédige en présence de témoins à l'Hôtel de Ville,il prétend l'avoir établi chez les CALAS!!

Un "expert",qui n'est autre que le "bourreau"(!) se rend 50 rue des Filatiers accompagné du Capitoul et  de sa " suite" pour vérifier s'il est possible ou non qu'un homme puisse se pendre aux deux battants de la porte du magasin..sa réponse est "non"!Il n'argumente pas, ce n'est pas son "fort".

le chirurgien LAMARQUE,dans un de ses rapports écrits,va jusqu'à prendre l'oeil droit pour l'oeil gauche.

*

Autant d'invraisemblances...

 

 

Le Parlement se saisit de cette affaire ,

**

*

medium_parlement.5.jpg
**
*
et,après  s'être rétiré dans le salon doré pour délibérer,
***
**
medium_capitoul_2.jpg
**
*
casse la décision des capitouls!
**
*
medium_justice4.jpg
***
**
( à suivre)
*
*
*
(Photos perso  ou extraites du livre:"Cinq siècles de Justice à Toulouse")

12:30 Publié dans justice | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : calas

09/03/2012

ERREUR JUDICIAIRE

à TOULOUSE,AU SIECLE DES LUMIERES

***

**

*

medium_6.3.jpg
***
**
*
Il y a bien longtemps que je n'ai alimenté la rubrique " Histoire" et je tenais à y remédier en rédigeant une note qui me tient beaucoup à coeur (que j'éditerai en 3 ou 4 parties afin de ne pas lasser "l'auditoire"):elle met en évidence la relativité de la justice ,la fragilité des témoignages et les rumeurs  qui la desservent.
**
*
"Je sens qu'il importe au genre humain qu'on soit instruit jusque dans les derniers détails de tout ce qu'a pu produire le fanatisme,cette peste exécrable du genre humain."
*
Ainsi s'exprimait Pierre CALAS le 23 Juillet 1762.
Son père,jean CALAS, riche négociant en tissus résidant à TOULOUSE,50, rue des Filatiers,
***
**
medium_toulouse_003.jpg
***
**
medium_toulouse_001.jpg
***
**
a été condamné à mort,puis roué vif,étranglé et brûlé le 10 Mars 1762 , sur la place Saint GEORGES  à TOULOUSE.
**
*
medium_toulouse_017.jpg
***
**
medium_toulouse_021.jpg
( lieu d'exécution de Jean CALAS)
***
**
Cet évènement est connu sous le nom de:
l'AFFAIRE CALAS.
*
Elle  illustre les contradictions d'une époque déchirée entre les préjugés,la soif de justice et la découverte de LA TOLERANCE.
*
Nous sommes le 13 Octobre 1761:il fait un peu froid au 50 ,rue des Filatiers et la servante a allumé un bon feu.
Elle est depuis plusieurs années au service de cette famille de protestants bien qu'elle soit catholique : les CALAS sont réputés pour être des gens tolérants. D'ailleurs,Louis, l'un des enfants,s'est converti au catholicisme, vraisemblablement influencé par Jeanne VIGUIERE,la servante.


Au tour de la table de la salle manger, au premier étage de la maison,dînent Jean CALAS,son épouse et leurs enfants .Ils ont invité un jeune homme de 19 ans Gaubert LAVAISSE, fils d'un avocat bordelais,ami de Marc-Antoine, l'un des fils CALAS.
*
Marc-Antoine a la mine sombre;c'est un fin lettré, tourmenté peut être..il lit de temps en temps des oeuvres écrites par Plutarque ou Sénèque sur le suicide. Parfois,il récitait les vers célèbres de Skakespeare:"Etre ou ne pas être"...
*
Alors que le repas s'achève,il se lève  et va se réchauffer dans la cuisine devant le feu:"je brûle..oui..."dit il à la servante.
Puis il descend au rez de chausssée où se tient le magasin ..
Au premier étage les conversations vont bon train.
*
A la lueur d'un flambeau Pierre CALAS,l'un des fils,raccompagne son hôte et alors qu'ils parviennent au rez-de chaussée,ils découvrent, entre les deux battants de la porte donnant accès au magasin, le corps sans vie de Marc-Antoine étranlé par une corde à noeuds coulants....
***
**
medium_marc_antoine.jpg
**
*
Jean CALAS étreint son fils mort, la mère esssaie de faire ingérer à Marc-Antoine des liqueurs.
**
*
(A suivre)
*
*
(photos "maison")

10:45 Publié dans justice | Lien permanent | Commentaires (13)

05/03/2012

Quelques "notes"

....que je sais de lui...

Ou les motsd'introduction pour cette note établie il y a un an.Je pourrais l'intituler désormais "Chronique des années folles: hors série"..

Un long  week-end musical, pourquoi pas?..mais pas avec n'importe qui.


podcast

 

(Gymnopédie  N°1)

II est des êtres qui vous accrochent le coeur , si ce n'est la  part de vous-même aux contours indéfinis, que l'on appelle peut -être l'âme .

"je suis venu au monde très jeune dans un temps très vieux" disait-IL.

IL? ,LUI:

 

medium_satie.jpg

°°

Erik SATIE (1866-1925)

Que les musicologues avisés excusent mes maladresses;je vis la musique de manière instinctive.

 

°°

SATIE eut des "encenseurs" mais aussi des contempteurs, je me situerai dans la première catégorie.

 

J'aime sa maginalité, sa part d'enfance qui ne l'a pas quitté,cet humour hérité peut-être de sa mère écossaise qui le mit au monde à HONFLEUR ( bonjour Ventdamont).

***

Oui, SATIE, homme décalé, encensé ,décrié.,provocateur ,généreux.

 

***

 

J'ai illustré cette note d'extraits musicaux;je vous remercie de les écouter, même si ce n'est que partiellement ( dommage cependant),car ils ont une " morphologie" tellement différente!!!

 

Car notre Jeune Erik( il a ajouté un k à son prénom pour faire "plus viking)SATIE débarque dans ses jeunes années à Montmartre,se présente au cabaret le CHAT NOIR comme"gymnopédiste" ( mot inventé par lui bien sûr):il vient d'écrire ses fameuses gymnopédies.

 

Précurseur ,il rompt avec la musique de son temps(imaginez un instant cette époque qui est sous le souffle Wagnérien).Il rencontre DEBUSSY,RAVEL:on dira de lui qu'il fut le précuseur et l'inspirateur de leur musique.

 

***

**

 

Il tombe follement amoureux d'une autre artiste:

 

medium_valadon.jpg

Suzanne VALADON(1867-1938),artiste peintre,femme libérée des préjugés,et mère d'un autre peintre célèbre:Maurice UTRILLO.(aparté:je trouve ce visage superbe)

 

Leur passion sera de courte durée, peut- être le temps de fixer les traits de ce personnage un peu fantasque ,sur la toile

°°°°°°

°°°

°°

 

medium_satie8.jpg
°°°
°°
°
Sa vie,dans ses débuts,il  la gagne en étant pianiste de bar.
°°
Il écrit de nombreusse pièces pour piano qu'il affuble de noms cocasses:
"3 valses du précieux dégoûté"
"Véritables préludes flasques pour un chien. "
)))
Qui ne trouverait pas un petit air jazzy à cette composition ( n'est-ce pas Henri notre "encyclopédie" vivante boétienne):
*

(Le Piccadilly)
°
podcast
**

De sa période Montmartroise,il écrit et compose des valses pour la reine de la Valse,Paulette DARTY


podcast

(Valse "Je te veux")

***

 

Solitaire bien  que fort entouré:DEBUSSY,PICASSO,DERAIN,Valentine HUGO ,BRAQUE et tant d'autres avec lesquels il correpondait.

et MAN RAY (1890-1976) qui peignit "La poire d'Erik SATIE", clin d'oeil à la remarque de DEBUSSY à SATIE à qui il avait demandé de songer davantage à la forme de ses morceaux.

 

**

 

SATIE écrivit alors trois pièces qu'il intitula:" MORCEAUX EN FORME DE POIRE".

medium_poire_satie.2.jpg

***

***

 

Décalé ,SATIE le fut dans sa musique, ses écrits ,sa manière de vivre.

 

 

Ses partitions avaient une " annotation" tout à fait particulière, ainsi celle-ci(Gnossienne N°3-A première lecture,je fus désarçonnée...)

 

medium_partition.jpg

("Conseillez-vous soigneusement"-Munissez-vous de clairvoyance-Seul,pendant un instant")

Cet homme " fantasque" qui portait chaque jour le même costume en velours ,lui valant le surnom de"  VELVET GENTLEMAN'(il en avait fait fabriquer plusieurs" répliques"), écrivait beaucoup à ses amis nombreux ( DEBUSSY-DERAIN-Valentine HUGO-picasso-braque):c'est l'époqoue où il devient un maniaque de la calligraphie:il écrit dans un style gothique "fleurissant" ses mots (lettres,invitationsde dessins) de rosaces, feuilles d'acanthe .

Il fondera une Eglise...dont il sera le seul adepte!

Alphonse ALLAIS qui l'aimait comme un frère l'avait surnommé Esoterik  SATIE.

Il se fâchera cependant avec ses amis .

 

Délaissant MONTMATRE,il se retira à ARCUEIL où il vécut les 27 dernières années de sa vie,ne voyant plus personne.;il y sera cependant  actif,s'occupera des enfants déhérités de la commune .

 

E,n 1905,il reprend des études de composition et obtiendra le dipôme de compositeur avec la mention" très bien."

 

"Les pièces qu'il compose,ne serait-ce que par leur titre( embryons désséchés)montrent la sensibilité qu'il dissimulait sous un certain sarcasme")

 

La renommée ne lui vint qu'en 1917 avec la création du

ballet Parade, écrit en collaboration avec Picasso et Cocteau pour les ballets

Russes. Le scandale fut mémorable, mais lui fit une superbe publicité qui le hissa

au rang de chef d'Ecole : l'Ecole d'Arcueil. »

 

 

Il se définira à un certain moment comme un homme de gauche "Erik SATIE,du Soviet d'ARCUEIL".

 

Mais il n'est jamais très sérieux...

 

**

medium_satie_photo.jpg
**

 

J'aime beaucoup les phrases qui lui sont attribuées;en voici quelques unes en guise de dessert:

 

"la première fois,j'examinais un si bémol de moyenne grosseur.Je n'ai,je vous assure , jamais vu chose plus répugnante."

 

"Une main scélérate entra sur la pointe des pieds,les yeux hors de la tête et s'empara du Trésor".

 

"J'ai dû oublier mon parapluie dans l'ascenseur.mon parapluie doit être inquiet de m'avoir perdu".

 

 

""Il ne suffit pas de refuser la légion d'honneur;encore faut-il ne pas la mériter".

 

 

COCTEAU ,qui l'admirait ,fut auprès de lui lorsqu'il fut hospitalisé à la fin de sa vie.

 

A son décès, lorsqu'on pénétra dans sa maison d' ARCEUIL on découvrit l'univers de pauvreté dans lequel il vivait, reclus.:

"Lorsqu'après sa mort, quelques personnes, dont Madeleine Milhaud et le chef d'orchestre Roger Désormière, ont pénétré dans son appartement, elles ont découvert un taudis - un réduit, avec des centaines de dessins épars au trait caractéristique de couleur ocre rouge, et beaucoup de lettres encore cachetées. Il y avait un gros paquet poussiéreux, dont un seul coin avait été ouvert : son portrait, qui lui avait été adressé par courrier des années auparavant et qu'il n'avait jamais sorti de son emballage."

 

 

***

 

Voilà le récit ( non exhaustif)d'un trajet peu banal.

 

***

 

BON WEEK END A TOUS..sur l'air de la valse "Je te veux"

 

 

***

 

 

 

 

 

08:20 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : satie, piano

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique