logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/08/2012

LES DESSOUS DE L'ART....

 

J'avais créé une rubrique intitulée "Les dessous de l'art" où je racontais la "petite histoire" ayant précédé l'oeuvre

 

Ici,je vous présente

'***

 **

moules.jpg

MOULES ROUGES CASSEROLE,oeuvre de

Marcel BROODTHAERS ( 1924-1976),exposée à Bruxelles aux musées Royaux DES BEAUX-ARTS DE BELGIQUE

IL s'agit d'une oeuvre composée d'une casserole et d'un couvercle en métal émaillé rouge contenant  des coquilles de moules!

 

Lequel d'entre nous ne s'est pas exclamé en regardant une oeuvre d'art ou supposée telle,dans un musée,lors d'une exposition ou on the TV : "comment çà,de l'art?mais c'est ridicule.Seule une intelligenstia snob parisienne peut considérer cette marmite comme un chef d'oeuvre!"

 

LA, JE DIS "STOP"ESSAYONS DE COMPRENDRE AVANT DE JUGER.

De MARCEL BROODHTAERS (1924-61976).Je  vous dirai qu'après avoir interrompu des études de chimie il devint libraire et poète ( admirateur de MALLARME) 

Hélas,ses oeuvres ne se vendant pas il décide alors de passer à la sculpture en moulant dans du plâtre(procédé qu'il n'aimait d'ailleurs pas) son ultime recueil et ce fut...un succès! 

A partir de 1964,influencé par le POP ART américain qui utilse des biens de consommation courante(bouteilles de Coca Cola...)il va chercher des objets, des matériaux.Dans une poubelle,il trouve des coquilles de moules et décide de les utiliser pou en faire une oeuvre d'art.

 

De là,son interrogation:"Qu'est-ce que l'oeuvre dart?Pourquoi lui accorde-on tant de valeur?

Il nous invite à accorder plus d'importance à l'idée qui se cache derrière l'oeuvre plutôt qu'à l'objet lui même.

 

Les moules peuvent signifier la Société belge belge.

A travers cette oeuvre BROODTHAERS critique l'art et le ridiculise en montrant que l'on peut acheter n'importe quoi tant que l'oeuvre d'art est considéréecomme de l'art.

La surabodance des coquilles peut se lire comme une métaphore "'esprit créatif en pleine ébullition..."

 

Je terminerai sur cette phrase prononcée par l'artiste"

"Une moule cache une moule et vive versa.La pipe de MAGRITTE ( son ami)estle moule de la fumée".

 

 

 

***

**

 

 

Alors, convaincus?

27/08/2012

QUELQUES MOTS SUR...

 

 

 

morrisson.jpg

 

 

cette grande dame qu'est Toni MORRISSON,première femme noire à voir son oeuvre récompensée en 1993 par le Prix Nobel de Littérature.

 

D'elle,j'avais lu" BELOVED",roman bouleverant dont l'action se déroule à la fin de la guerre de Sécession

Sethe ,esclave, s 'enfuit de la plantation qui l'exploite et dans un ultime geste d'amour, tue sa petite fille pour qu'elle ne connaisse pas les affres de l'esclavage.

Toute sa vie durent,la jeune femme, même affranchie, sera hantée par ce souvenir jusqu'à ce que BELOVED,une jeune fille noire,entre dans sa vie et la bouleverse.

MORRISSON ne raconte pas seulement,elle vit une histoire dont elle introspecte les " personnages"pour aller au plus profond de l'homme.

 

Ces jours ci j'ai été amenée à lire dans un magazine une interview de ce grand auteur et je livre à votre réflexion quelques phrases où l'idée forte s''xpose avec simplicité.

 

"Effetivement,je voulais raconter le processus par lequel on devient un homme.Pour mieux dire:un être humain.Car devenir un homme ce n'est pas suffisant.Devenir un être humain, voilà ce qui est important.Et c'est plus difficle,ça dremande plus de force et de bravoure.C'est un processus où n'intervient pas seulement la qualité à se défendre,à faire la guerre, à tuer s'il le faut,donc l'exercide de la violence,mais au contraire et plus fondamentalement la capacité à prendre soin d'autrui.La compassion.Le souci de l'autre.Il me semble que les femmes y parviennnent mieux que les hommes-vraiment je le crois."

17/08/2012

RONDS DE SERVIETTE , RUBANS ET SANDALETTES

 

serviette.jpg

 

 Quand elles n'étaient pas disposées en éventail les jours célébrant une fête ou un anniversaire,elles prenaient une forme cylindrique qu'entourait un rond de serviette en buis. Je n'aimais pas cet agencement convenu et préférais les serviettes sans forme définie  ou prenant celle d'un simple carré.

Les éventails me ramènent à de longues nappes blanches en coton près desquelles  des verres semblant être du cristal laissaient se miroiter la poussière lumineuse du soleil.


Je me souviens de ce hors d'oeuvre charmant pour le regard et si délicieux qu"étaient des tomates en forme de petits paniers garnis d'une macédoire de légumes à la mayonnaise.

 

rubans.jpg



Chez la mercière mes yeux prenaient plaisir à voir des écheveaux  de rubans de soie ou de taffetas se dévider en un chatoiement de couleurs,bleu, rose ou écossais. Mes cheveux étaient assez longs à mon grand désarroi,car la procédure de démêlage manifestait mon impatience juvénile ponctuée de" aïe,aîe ,arrête!

 

sandalettes-souples-filles-blanches.jpg


Mais rien n'égalera le plaisir  réservé au dimanche : chausser des sandalettes blanches,à la semelle de crêpe,le cuir évidé sur le dessus en petites fleurs semblant être des paquerettes.

Elles s'harmonisaient avec une robe en broderie anglaise.


Je me sentais devenir sage...




 

03/08/2012

MERCI AGNES

Ma chère Agnès,

 

 

Vous avez installé en moi une immense tristesse.

 

Je n'oublierai jamais votre première visite :un regard recélant toute la bonté que l'on puisse imaginer,un visage " tout rond" où l'on pouvait lire parfois une grande souffrance,celle qui traverse la vie.

Vous étiez volubile:résumer tout une vie en un temps aussi "retréci"!

Nous avons mené à terme une procédure fort douloureuse,mais que votre courage a sublimée.

 

Des liens se sont tissés entre nous; chaque année ,depuis plus de 25 ans;vous aviez installé un rituel:la Buche de Noël (je mets en fin de note celle que j'avais rédigée s'intitulant"La Buche d'Agnès".,UN coeur gros comme ça)"

 

Vouq me disiez chaque fois qu'elle était plus grosse que les précédentes!et c'était vrai...

Et puis,il y a 6 jours,vous m'avez téléphoné,;cette appel de "détresse" exprimait une grande solitude en même temps qu'il représentait la réalité de notre lien:

"Elisabé ( elle m'appelait ainsi-) je suis à la clinique.J'ai l e cancer et vous êtes la seule à qui je puis le dire.je vis tellement isolée".

 

Il y a 2 jours,un coup de téléphone matinal:

"Agnès nous a quittés."

Merci Agnès,merci pour tout.

 

Où que vous soyez,je vous embrasse et vous renouvelle toute mon affection.

 

Elisabé

 ******************************************************************************************

-"Allo,Elisabeth ? D’accord pour le 24, comme d’habitude,à l’entrée du parking de LIDL ?Vous savez que vous êtes toujours dans mon coeur".

 

-OK,Agnès ;je vous embrasse

°°

°

 

Elle était arrivée 25 années plus tôt, déposant sur mon bureau son ballot de souffrance.

 

Une Agnès ,très soignée,portant tunique longue pour dissimuler des rondeurs dûes à quelques excès de table ,un visage poupin où la gentillesse avait inscrit ses marques,les joues légèrement fardées ,peut-être un peu trop rouges,le verbe un peu saccadé par une violente émotion ,un rire parfois nerveux , un regard un peu triste venant démentir la joie affichée.

 

Raconter 20 années de vie conjugale n’est pas exercice aisé.

 

 

 

20 années de gentillesse exploitée .

 

 

Un mari que les cheveux grisonnants ont rendu plus charmant .Trop.

 

Et elle qui s’arrondissait..Il préfèrait les minces.

 

Elle s’accroche Agnès à son unique bien, une villa » Malardeau » ;20 ans d’échéances à venir,20 ans d’un sacrifice renouvelé .

 

C’est son seul bien ,son repère affectif,son port d'attache.

 

Cela ne va pas être facile  ;elle le sait.

 

Elle qui a consacré sa vie à mitonner de bons petits plats ,à "briquer" les meubles vernis de sa maison,, va travailler comme une «  folle », malgré ses genoux épais déformés par l'arthrose. 

 

Vendeuse, Agnès. Debout, toute la journée.

 

Pas un enfant pour la soulager .

 

Les miens, elle les a "vus "grandir ;quelques photos dans mon bureau .

 

 

Chaque année, le 24 Décembre ;ils demandent :on va manger la bûche d’Agnès ?

 

Une bûche magnifique, au chocolat et aux marrons,avec une foule de joyeux lutins verts et rouges pour la décorer.

 

Et ce matin du  14 décembre 2011,le même appel :

 

-"Allo Elisabeth,devant le parking de LIDL ?"

 

°°

°°

 

Oui, Agnès, depuis 25 ans,nous mangeons votre bûche.

 

Merci Agnès,parce que vous faîtes partie de ces personnalités qui m’ont tellement fait aimer ma profession,de ces souvenirs chargés d'affection que n'oblitère pas le temps.

 

***

**

 

"Allô Elisabeth...
Une rencontre, un bout de chemin, un service ... Cela suffit parfois pour tisser une amitié...Allô Elisabeth...La bûche sera là, meilleure d'année en année.
Tout comme la vie, l'amitié est simple comme un coup de fil...
Bon Noêl Betty, une pensée particulière pour la petite Lola...Dis-lui qu'il y a bien loin là-bas, dans des semi-montagnes où la neige n'empêche personne de vivre sa vie, un vieux père noêl bougnat bougon qui l'embrasse bien fort...Et toi aussi..."

 

 Ecrit par : Crabillou | 17.12.2010

 

 

 buche 002.jpg

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique