logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/05/2012

A VOS OREILLES (suite et fin)

 

 

°°°

°°

°

"Copier le vrai peut être une bonne chose,mais inventer le vrai est beaucoup mieux encore"

(VERDI)

°°°

°°


podcast

 

(Lucciano PAVAROTTI)

°°°°

°°°

°°

 

traviata camélia.jpg
**
traviata calas.jpg

(Maria CALLAS)
podcast

 

traviata camélia.jpg
°°°°
°°°
°°
En trois actes denses,brefs ,l'amour passion de Violetta et Alfredo.
ACTE I
***
**
Violetta VALERY (soprano) ,courtisane  tient salon et organise des fêtes.C'est au cours de l'une d'elles qu'elle fait la connaissance d'Alfredo GERMONT ( ténor), homme issu de la grande bourgeoisie.C'est en quelque sorte " un coup de foudre".
Lors de cette première scène ( cf ma première note avec la vidéo),apparaissent les premiers signes de la tuberculose dont la jeune femme est atteinte.
Violetta ,pour vivre pleinement cette passion  va délaisser le monde futile dans lequel elle s'étourdissait.
ACTE II
***
**
*
Les deux amants s'installent à la campagne dans une maison que VIOLETTA a pu conserver en vendant ses bijoux.
Mais le père d'Alfredo,Giorgio GERMONT ( baryton) ,au nom de la morale bourgeoise,demande à la "Traviata" de ne plus poursuivre cette aventure,craignant aussi pour la réputation de sa fille qui doit se fiancer prochainement avec un jeune homme de haute lignée.
Violetta finira par accepter( dans un air d'une grande beauté " Die alla giovine" ("Dîtes à votre fille"-)
Sacrifiant son amour, elle écrit une lettre à Alfredo  (parti pour PARIS) ,lui indiquant qu'elle désire retrouver sa vie d'"avant" et vivre avec son  protecteur le baron DOUPHOL (baryton).
Une fête se tient où Violetta est conviée .Alfredo s'y rend et affiche du mépris .Il l'insulte devant les invités ,lui jetant à la figure l'argent qu'il vient de gagner en jouant

Acte III
***
**
Les symptomes de la tuberculose se sont aggravés.Violetta se meurt,bien que le médecin lui laisse espérer des jours meilleurs.
En réalité, elle n'a que quelques heures à vivre.
Quelques heures,et les dernières minutes pour s'éteindre dans les bras de l'être aimé, Alfredo.
Prévenu par son père du sacrifice consenti  par Violetta ,il accourt à son chevet.
Les deux amants oublient la mort qui menace
.
"Mais il est trop tard.L'ombre de la mort marque déjà le front de la jeune femme..La toux qui déchirait ce pauvre corps épuisé s'est tue.La Traviata est morte". (Source:KOBBE)
**
**

"C'est VERDI et sa traviata qui ont donné un style à La Dame aux Camélias" écrivit un jour marcel PROUST.
*
"Ne lui auraient-ils pas,par la même occasion donné une âme,transformant en emblème de l'amour une simple image de mélodrame?"
...
..
Je vous laisse juges..
***
**
*
....
...
..
Betty

08:36 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (18)

19/05/2012

A VOS OREILLES!(1)

&

Autour de VERDI et de LA TRAVIATA


podcast

 

(La TRAVIATA-ouverture)

Le 6 mars 1853,un vent frais souffle sur Venise.

Un défilé de calèches s'arrête devant le Théâtre de LA FENICE,puis reprend sa course.

**

*

traviata fenice.jpg

***

**

Cette foule bigarrée de crinolines et chapeaux claque,vient assister à une première représentation : elle vient écouter le cri d'amour de Violetta,une courtisane  surnommée "LA TRAVIATA",ou "femme dévoyée".

°°°

°°

°

 

traviata 6.jpg

***

**

 

Le thème est hardi pour cette époque du XIX° siècle étouffant sous les moeurs bourgeoises où les maris s'encanaillent dans des garçonnières.

En France,il ya 4 ans une affaire a agité les gazettes, passionnant Hugo et MERIMEE,levant le voile sur des souffrances muettes:un pair de France a poignardé son épouse,fille de maréchal.Chocking dans ce milieu!!!

Le Code bourgeois n'a pas été respecté.

Mais je m'égare,je m'égare..

VERDI est songeur en cette soirée du 6 Mars 1853...

***
**
*
**verdi11.jpg
***
***
Quel sort sera réservé à cet opéra?Oui, il s'est inspiré de la pièce "La dame aux camélias" d'Alexandre DUMAS fils, qu'il est allé voir jouer à PARIS, au bras de sa compagne, la cantatrice Giuseppina STREPPONI.
°°
°°
strepponi.jpg
***
**
(portrait de Giuseppina STREPPONI)

Marguerite GAUTIER l'a ému ;il aime ces femmes passionnées comme Giuseppina  qui n'a pas hésité à abandonner mari et enfants pour le rejoindre.Il aime cette incandescence des sentiments.

Peut -être pense-t-il aussi à ses enfants et à sa première épouse ce soir là qui ne ressemble à aucun autre.

Le sort, le '"destino" a été bien cruel,lui arrachant ses "deux petits" Virginia et Cilio Romano;il pense à Margherita qu'il a épousée en 1836 alors qu'il n'était âgé que de 23 ans.

 

1836-1840: espace de temps où ses trois êtres chers vont lui être ravis.

La musique qu'il a songé à abandonner dans un grand moment de solitude et de désarroi devient son ultime refuge.."Les chants désespérés.."

En 1842,son oeuvre " NABUCCO" a connu un vif succès à "La SCALA" de MILAN....

 

**

*

VERDI pense aussi à son père,modeste aubergiste dans une petite ville de province,près de PARME ,ce père qui a deviné les dons de son fils pour la musique ( peut-être résonnent encore les amp;nbsp;airs populaires italiens  chantés par les voyageurs de passage..).

 

**

*

 

verdi_maison_natale.jpg
(Maison natale)
**
Ce père fier de son rejeton qui à l'âge de 12 ans succède à l'organiste du village.
Oui,Giuseppe est songeur en cette soirée du 6 mars 1853.
*
Violetta est une courtisane, la censure a imposé que l'action scénique se déroule au XVIII° siècle et non au XIX°.
La morale bourgeoise sera sauve...
Comment cela sera-t-i reçu?
Mal:ce fut un échec retentissant :
"Oeuvre pleine d'obscénités, horrible et sale"..(Presse de l'époque)
*
Est-ce le sacrifice accompli par Violetta pour satisfaire aux règles bourgeoises de l'époque qui explique cet échec?
VERDI ne le pense pas;c'est bien plus un concours de circonstances malheureux: le ténor était enroué, la "gourgandine" était bien trop gironde pour une phtisique...
Le public riait.
**
*
Mais le 6 mai 1854,la nouvelle représentation remportait un vif succès non démenti à ce jour.
***
**
Et si nous rejoignions Violetta et Alfredo...Il est temps.(Merci d'écouter l'intégralité de l'ouverture qui développe les deux thèmes principaux de l'oeuvre:l'amour et la mort).
****
*

08:48 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (17)

01/02/2011

ANTONIA-CONTES d'HOFFMANN

Transportons-nous à MUNICH chez CRESPEL.
Dans  le salon,des violons sont accrochés au mur,et si l'on observe bien, à gauche ,au dessus de l'encadrement de la porte ,un grand portrait de femme : la mère d'Antonia, morte il y a peu de temps après avoir voué sa vie au chant mais que la tuberculose a emportée.
*
Notre jeune poète est tombé fou amoureux d'Antonia
***
mula.jpg
**
Il l'exhorte à chanter,mais il se heurte à l'autorité affectueuse du père de la jeune fille, CRESPEL qui ne souhaite pas pour elle la même fin:chanter épuise et Antonia est malade.
 Alors que celle-ci chante en s'accompagnant au clavecin"Elle a fui la tourterelle",
le père arrive et une querelle les oppose:
CRESPEL:

podcast
°
°°
"Malheureuse enfant,fille bien aimée.Tu m'avais promis de ne plus chanter.
ANTONIA
Ma mère s'était en moi ranimée
Mon coeur en chantant croyait l'écouter
CRESPEL
C'est là mon tourment
Ta mère chérie t'a légué sa voix
Regrets superflus!
Par toi je l'entends.
Non...non...je t'en prie".
***
***
*
A cet instant du récit je vous offre la surprise":Vous allez reconnaître la voix de.....!!!!(un "acteur-chanteur" admirable- aparté:bonjour Christian)-seules deux phrases de l'extrait précédent sont reprises..la suite,vous allez aimer)
*
*
CRESPEL ,qui doit sortir,demande à son valet de n'ouvrir à personne...
*
"C'est la méthode":ce morceau d'anthologie,je le dédie à l'ami  Henri pour qu'il puisse ,après avoir chanté avec talent Rossini, s'attaquer au rôle de Coppelius,le savant qui vendait les yeux ( cf précédente note).
*
****

podcast

***

*

Franz annonce l'arrivée du docteur miracle ce qui ne réjouit pas CRESPEL:

"Lui!médecin,non,sur mon âme,

un fossoyeur,un assassin!

qui me tuerait ma fille après ma femme.

j'entends le cliquetis de ses flacons dans l'air.

 

Le docteur Miracle ,sous le regard inquiet de CRESPEL parvient à faire chanter Antonia afin d' asseoir son "diagnostic".

 

***

**

contes toulouse.jpg
°°°
°°
°
Hoffmann, dissimulé derrière une tenture,surprend cette conversation et ,en l'absence du docteur MIRACLE, fait promettre à Antonia d'abandonner le chant ,ce qu'elle accepte à contre coeur.
°°°
°°
eva.jpg
°°°
°°° 
MAIS....
Le docteur MIRACLE revient  ( ilsemble être l'incarnation du diable ) employant  toute son ingéniosité maléfique, notamment en exploitant la vanité de l'être humain:
°°°
docteurm.jpg
°°°
***
**
"Tu ne chanteras plus?
sais-tu quel sacrifice s'impose ta jeunesse,
et l'as-tu mesuré?
La grâce,la beauté,le talent,
don sacré,tous ces biens
que le ciel t'a livrés en partage
faut-il les enfouir
dans l'ombre d'un ménage?
....
n'as-tu pas entendu
dans un rêve orgueilleux
ainsi qu'une forêt par le vent balancée,
ce doux frémissement de la foule pressée
qui murmure ton nom
et qui te suit des yeux?"
***
Soudain,le portrait de la mère s'anime. Le " fantôme" l'encourage à chanter
ANTONIA
"Je cède au transport qui m'enivre!
Un seul moment encore...à vivre!
et que mon âme vole aux cieux".
MIRACLE:
Chante,chante ,chante, encore!Sa voix t'appelle."
CRESPEL:
Mon enfant!ma fille!Antonia!
ANTONIA
Mon père écoutez!
c'est ma mère...ma mère ,qui m'appelle!"
°°
°
Antonia enchaîne des vocalises jusqu'à perdre connaissance.
°°
CRESPEL recueillera le dernier soupir de sa fille.
°°°
RIDEAU.
°°°°
(Les 3 dernières photos sont celles de la représentation au Théâtre du Capitole Toulouse à laquelle j'ai eu l'immense joie d'assister et je suis heureuse de partager cet instant qui fait partie de ce que je nomme des "instants de grâce").

17:58 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (9)

26/01/2011

OLYMPIA(Contes d'HOFFMANN)

 (Avant de lire l'histoire d'Olympia,merci de vous référer à mes 2 précédentes notes).

***

**

Entrez avec moi dans la caverne de Luther à NUREMBERG;rejoignons le groupe d'étudiants entourant le jeune poète HOFFMANN.

 ***

**

glou.jpg
***
*

Ne dit-on pas qu'il est encore amoureux?

Chut..écoutez,n'entendez-vous pas la voix de Stella la cantarice lyrique?c'est sa dernière conquête.Elle chante dans le théâtre ,à deux pas d'ici.

Mais, n'est- ce pas le conseiller LINDORF que l'on aperçoit,lui aussi épris de la cantatrice?Provoquerait-il HOFFMANN en interceptant un billet doux qui lui était destiné?

 

Soumettons nous aux vapeurs de l'alcool et chantons avec le choeur des esprits du vin et de la bière!

 
podcast

 

Glou!Glou!Glou!Je suis le vin.

Glou!Glou!Glou!Je suis la bière.ah!

Glou!Glou!Glou!

Nous sommes les amis des hommes.

Nous chassons d'ici

Langueur et souci.

Glou!Glou!glou.

 

 

 Il semblerait que le poète, grisé peut être par l'un des esprits de la bière,veuille nous raconter ses amours tumultueuses.

La Muse de la Poésie ,sous l'apparence de son meilleur ami Nicklause ,avait pourtant tenté maintes fois de l'en détourner.Mais comme nous le savons tous si bien  "Le coeur a ses raisons que la raison n'a point".(petit aparté ) 

 ***

**

 

hoffmann boisson.jpg
***
***
Dans sa maison ,le savant Spalanzani admire le chef d'oeuvre qu'il vient d'accomplir:un automate,une splendide poupée dans la fraîcheur de ses 20..engrenages!
Elle lui a coûté cher cette folie: il a acheté à "prix d'or" les yeux à son concurrent (et charlatan),le savant Coppelius; il n'a pas réglé sa dette et le le banquier ELIAS a fait faillite!
Spalanzani attend ses invités:oui,il va leur faire admirer les prouesses de sa " fille" qu'il a prénommée OLYMPIA.
HOFFMANN vient d'entrer :c'est le coup de foudre.
Ne pense-t-il pas qu'Olympia est la fille du savant?
Malgré les exhortations de sa Muse à affronter la réalité,il se laisse assiéger par la passion amoureuse.
Et VLAN!
***
**
met.jpg
***
**
Mais..ne serait-ce pas ce charlatan de Coppelius qui franchit le seuil de la porte?
N'a-t-il pas l'audace,devant l'état d'hypnose amoureux d'HOFFMANN de lui proposer d'acheter des lunettes et des yeux qui lui feront voir OLYMPIA comme une femme?
**
**
coppelius.jpg
**
**
J'ai des yeux chante-t-il..écoutons et chantons aussi ( les paroles suivent).
*

podcast
J'ai des yeux,de vrais yeux
des yeux vivants,des yeux de flamme,
des yeux merveilleux
qui vont jusqu'au fond de l'âme
et qui même en bien des cas
en peuvent prêter
une à ceux qui n'en ont pas.
J'ai des yeux,de vrais yeux vivants
des yeux de flamme.
J'ai des yeux,de beaux yeux!oui!
Veux-tu voir le coeur d'une femme?
S'il est pour ou s'il est infâme!
Ou bien préfères-tu le voir,
le voir tout blanc quand il est noir?
Prends et tu verras ce que tu voudras.
Prenez mes yeux,mes yeux vivants,
mes yeux de flamme,mes yeux qui percent l'âme.
Prenez mes yeux!
**
*
Les invités arrivent .Le savant SPALANZANI va enfin leur montrer son " prodige.
A cet instant du récit, je ne peux  résister de  livrer au plaisir de vos yeux et de vos oreilles  l'extrait d'une vidéo prise lors des chorégies d'ORANGE:Nathalie DESSAY y tient le rôle d'OLYMPIA.
La mise en scène étant de Jérôme SAVARY ( je l'adore,c'est un génie!),c'est un petit bijou de musique..et d'humour (vous entendrez le public rire..notamment lorsque le savant remonte le mécanisme de sa poupée qui se met à vocaliser!).

Prenez le temps de la visionner
***
**

 ** 

***

C'est la célèbre chason "Les oiseaux dans la charmille"(vous noterez la musique "saccadée" ..comme un automate!)

Alors qu'il danse avec Olympia,Hoffmann tombe,ses lunettes se brisent.

Coppelius qui n'a pas été réglé de sa dette va détruire Olympia alors que celle ci ( dont le mécanisme a été remonté..)valse de plus en plus vite.


Hoffmann est désespéré.

°°°°

°°

THE END

(NB/La rédaction des contes d'Hoffmann me demandant un certain " travail",je n'éditerai que tous les 2 ou 3 jours.

J'espère surtout que vous prendrez plaisir à découvrir OFFENBACH si vous ne
le connaissiez déjà

Sur la première photo vous pouvez voir le décor lors de la représentation à laquelle j'ai assisté en 2008,mise en scène de Nicolas JOEL nommé depuis directeur de l'Opéras de Paris.iI nous manque.).

09:03 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : hoffmann, olympia

24/01/2011

LES CONTES d'HOFFMANN


podcast

(Introduction:extrait)

 

 

 

***

**

contes affiche.jpg
***
**

Faisant suite à ma note d'hier à laquelle je vous remercie de bien vouloir vous référer,je tiens à apporter quelques précisions:

 

 

Je rédigerai une note pour chacune des aventures amoureuses d'HOFFMANN,ceci pour ne point vous lasser.

 

A partir du livret écrit par Jules BARBIER et Michel CARRE , j'établirai un texte vous racontant l'histoire.



De temps en temps, je reproduirai,pour une meilleure "lecture" des textes  chantés,un extrait - bref - soyez rassurés ,du livret.

 

Enfin, les contes d'HOFFMANN comprennent beaucoup de scènes parlées.

 

Vous reconnaîtrez dans l'une des trois histoires  la voix d'un acteur célèbre que nous avons tous adoré.

 

Je vous tais son nom, mais sa voix est reconnaissable entre toutes.!!

 

 Le prologue étant quelque peu "aviné",je suis tenue de  faire une insertion publicitaire:

"L'alcool nuit gravement à la santé".

Et pour mes petites dames de Blog 50 et d'ailleurs,la photo d'un séducteur..séduit?

***

**

séducteur.jpg
**
*
A BIENTOT!
***
**
contes.jpg
(Nathalie DESSAY-Chorégies d'Orange)

 

***

 

13:29 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (12)

23/01/2011

JE VOUS EMMENERAI....

A L'OPERA.

 

 
podcast

 

ticket.jpg

°°°

°°

 

capitole.jpg
(photo "maison" :théâtre du Capitole Toulouse)

 
Réveiller nos esprits enkylosés par la froidure de l'hiver en écoutant des contes mis en musique par le grand Jacques OFFENBACH,voilà de quoi nous (et me) réjouir!

 

En des  temps reculés j'avais pris l'habitude d'alimenter de quelques " notes" une rubrique intitulée " Ce soir je vous emmène à l'Opéra".

 

J'ai la chance de vivre dans une  région où le " bel canto" a droit de cité, en l'occurrence Toulouse.(notez la transition svp..!)

J'aime la spontanéité du public toulousain: il vibre et se joue des codes régissant de manière péremptoire l'art lyrique notamment.

Oui, j'aime cet enthousiasme à applaudir à l'issue d'un solo, duo...sans attendre la fin de l'acte :sacrilège s'insurgeront certains, mais ne faut-il pas rappeler qu'en des temps qui ne sont pas antédiluviens on mangeait à l'opéra,on allait et venait.

 

J'ai découvert l'univers de l'art lyrique grâce à une amie(p'tit clin d'oeil à mon amie Marie Madeleine)):elle m'a transmis cette passion et ,au fil des années,si mon oreille s'est un peu"éduquée",j'éprouve toujours la même émotion.

 

Nous pouvons tous apprécier l'opéra;il est vrai que certaines oeuvres peuvent paraître ennuyeuses...

Si j'ai choisi ce jour d'établir une note sur" Les contes d'HOFFMANN,"c'est pour vous raconter trois histoires inspirées de trois des contes écrits par le poète romantique allemand Ernst Amadeus HOFFMANN.(vous ne vous ennuyerez pas..)

 

Je vous ferai découvrir avec quelques extraits musicaux les aventures amoureuses du poète  avec:

 

UNE POUPEE 

.

 

poupée.jpg
°°°
°°

UNE CANTATRICE POURSUIVIE PAR UN DESTIN FATAL 

 

antonia.jpg
°°°
°°

 UNE COURTISANE

°°°

°°

met-hoffmann-3.jpg
°°
°°

Jacques OFFENBACH est mort en 1880 alors que cet opéra " fantastique" était en cours de répétition à l'Opéra Comique de Paris où il fut joué pour la première fois le 10 février 1881.

**

**

La n...ième représentation sera donnée devant le public ami de blog 50 et les amis non blogueurs.

Qu'on se le dise,Madame Marquise!

09:20 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (10)

11/01/2010

lA FLEUR QUE TU M'AVAIS JETEE( Actes3 et 4-Fin)

 

 

Le rideau  de velours rouge va se refermer à la SCALA sur Carmen.

Je souhaite que votre coeur se soit laissé séduire,le temps de cette note, par la personnalité  de Carmen.

Je résumerai assez vite les deux derniers actes, préférant donner à cette dernière note une orientation plus "musicale:"c'est dans cet esprit  qu'en dessous de chaque extrait ( en essayant de respecter la chronologie de l'oeuvre) ,j'ai reproduit  quelques paroles du livret .

°

Je tiens  enfin à remercier ceux qui m'ont lue.

Mon approche de la musique n'est pas du tout intellectuelle;je ne fais pas partie du public consensuellement " avisé" et souvent snob qui commente le "bon passage" du contre ut.

Non, la musique vient se poser chez moi et me "parle" ,tout simplement.

°°

 

La semaine qui va suivre sera plus "cool".

°°°
°°
°
carmenfin.jpg
°°°
°°
°
ACTE 3
°

Don José a été contraint de rejoindre les contrebandiers, mais il est tiraillé entre sa passion pour la Gitane et son devoir d‘honnête homme.

 

Carmen est excédée par sa jalousie .

 

« En tirant les cartes , elle y lit leur inéluctable destin : la mort pour tous les deux ».

 

°°°

 

carmenfin1.jpg

 

 

 

Le chef des contrebandiers sonne le départ.Apparaît alors Escamillo, le célèbre toréador, qui fait part à Don José de sa passion nouvellement née pour Carmen.L’intervention de celle -ci empêche les deux hommes de se battre en duel.

 

Don José apprend par Micaëla que sa mère va bientôt mourir et qu’elle souhaite le revoir une dernière fois ;

Il part et menace  Carmen: "Nous nous reverrons ».

 

 

°°°

°°

 

ACTE 4 

 

 

La Place de SEVILLE, près des arènes, est animée.

 

Une foule bariolée :des marchands d’eau, d’éventails ,des tireuses de cartes.

.

 

La corrida va bientôt commencer.

 

°°

°°

 

 

 

 

 

 

carmenfin4.jpg
°°

podcast

Chœur

A deux cuartos

A deux cuartos,

Des éventails pour s’éventer,

Des oranges pour grignoter

Le programme avec les détails !

Du vin ! De l’eau !

Des cigarettes !

A deux cuartos !

A deux cuartos !

Voyez !a deux cuartos !

Senoras et caballeros.

Zuniga

Des oranges, vite

Plusieurs marchands

En voici, prenez, prenez, mesdemoiselles

 

Un marchand

 

Merci, mon officier, merci

 

 

°°°

°°

 

On entend des grands cris,des fanfares.C'est l'arrivée des toréadors.

°

 

 

fleur2.jpg

( Esquisse d'Edouard MANET)

 

podcast

 

 

CHŒUR

Les voici ! Les voici ! Oui, les voici !

Voici la quadrille !

Les voici, voici la quadrille,

La quadrille des toreros,

Sur les lances le soleil brille,

En l’air toques et sombreros !

Les voici, voici la quadrille,

La quadrille des toreros,

Les voici ! Les voici !Les voici

 

ENFANTS

Voici, débouchant sur la place,

Voici, d’abord marchant au pas,

L’alguazil à vilaine face,

A bas ! A bas !A bas !A bas !

 

 

 

 °°°

°°

 

 

Carmen apparaît au bras du toréador Escamillo.

°

 

torero.jpg

(un magnifique duo que je vous invite à écouter en lisant le livret).

 

 

 

podcast

Escamillo

 

Si tu m’aimes, Carmen, tu pourras tout à l’heure

Etre fière de moi.

Si tu m’aimes !si tu m’aimes !

 

Carmen

Ah !je t’aime, Escamillo, je t’aime et que je meure si j’ai jamais aimé quelqu’un autant que toi.

°°°
°°

 

Les amies de Carmen viennent l'avertir:Don José est parmi la foule et la guette.

Carmen n'a pas peur et ne cherche pas à le fuir.La corrida commence.Ils se retrouvent seuls devant l'arène.Une dernière fois Don José la supplie de lui revenir.Mais Carmen ne veut rien entendre:elle aime Escamillo et rien ne la fera renoncer à son amour.Elle rend à José l'anneau qu'il lui avait offert et s'avance fièrement au devant de la mort annoncée.

Les dernières paroles de Don José sont pathétiques et "résument" tout ce drame:

 

 

"Vous pouvez m'arrêter...c'est moi qui l'ai tuée...
Ah!carmen!ma Carmen adorée!
°°
°
Death-of-Carmen420.jpg

°°°

 

 

"Enfin l'amour, l'amour ramené à la nature!Non pas l'amour d'une noble jeune fille!Pas de sentimentalité à la Senta!mais l'amour comme fatum,comme fatalité,cynique, innocent, cruel-et voilà justement la nature!L'amour dont la guerre est le moyen,dont la haine mortelle des sexes est la base!Je ne connais aucun cas où l'esprit tragique,qui est l'essence de l'amour,s'exprime avec une semblable âpreté,revête une forme aussi terrible que dans ce cri de don José qui termine l'oeuvre"

 

 

°

(Frédéric NIETZSCHE)

 

10:15 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (10)

09/01/2010

LA FLEUR QUE TU M'AVAIS JETEE( actes 1 et 2 )

Note de la" rédactrice" (NDLR):

 

Je pensais terminer les notes sur Carmen en commentant les 4 actes;mais les notes longues dissuadant les lecteurs ,aussi assidus soient-ils, j'ai donc décidé de vous inviter dans un premier temps à écouter les actes 1 et 2;suivront les deux autres actes ( ce soir ou demain).

 

J'ai essayé d'être relativement fidèle à la chronologie musicale :les airs "diffusés" sont les plus connus.

 

L'intensité dramatique de cet opéra ( car drame il y a ),est très bien mise en évidence dans l'ouverture .( sous ma première note)

 

 

Chutttttttttttttttttttttttttttttt!le rideau va s'ouvrir.

 

°°°

°°

°

carmen1 001.jpg
°°°
°°
°
ACTE I
°°

Imaginez une place à SEVILLE.Il fait très chaud.

 

C’est l’heure de la relève : la garde montante remplace la garde descendante.

 

Les gens vont et viennent, des enfants imitent les pas de soldats et chantent dans un joyeux tumulte.

 


podcast

 

 

 

 

IL est midi, le temps de la pause pour les cigarières : un essaim de jeunes femmes investit la place;elles dansent et chantent sous le regard médusé des hommes.

 

°°°

°°

carmencita1.jpg
°°°
°°

 

 

S’avance une belle andalouse, une gitane, CARMEN qui chante alors cette sublime habanera que vous connaissez tous.

 


podcast

 (Gheorghiu)

°°°

°°

°

 

 

 

carmencita.jpg

 

 

°°°
°°

 

 

 

 

Un seul homme semble indifférent : le caporal Don José que sa fiancée, Micaëla, est venue retrouver lui apportant une lettre de sa mère restée au village.

 

L’indifférence est un aimant parfois…et le cœur de notre Carmen s’embrase pour Don José.

 

Elle arrache une fleur de son corsage et la lance à son dragon tendrement aimé.

 

Oui, cette Carmen est une femme passionnée, aimant impulsivement, abandonnant ses conquêtes aussi vite qu’elle fut séduite.

 

« Elle représente la fatalité qui joue avec la mort. »

 

 

La cloche annonçant la fin de la pause résonne.

On entend des cris de femmes : une querelle vient d’éclater à l’intérieur de la fabrique, opposant Carmen à une autre cigarière.

 

Carmen, sommée par le caporal ZUNIGA de s'expliquer, répond par des moqueries à ses questions.Il décide alors de l’emprisonner.

 

Don José qui doit la conduire à la prison, est ensorcellé par la Gitane qui chante une mélodie attirante sur une typique danse espagnole :une séguedille.

 


podcast

 

 (CALLAS)

 

 

ACTE II

 

°°

°°

 

La taverne de Lilas PASTIAS.

 

Carmen et ses amies gitanes, Fraquista et Mercedes chantent et dansent.

 

°°°

°°

°

 

monzon1.jpg
°°°
°°
°

 

On entend à l’extérieur : " Vivat, Vivat le Torero, vivat Escamillo » !

 

°°°

°°

 

scala9.jpg
°°°
°°
°

 

Le célèbre toréador, chante le fameux air que vous connaissez tous

 


podcast

 

 

 

Il ne résiste pas au charme de la belle Carmen dont le cœur bat encore la chamade pour Don José emprisonné pour l’avoir laissée s’enfuir.

 

L’aubergiste ferme les volets de son auberge : seuls demeurent Carmen et ses amies.

 

Arrivent alors des contrebandiers sollicitant le concours des jeunes femmes  pour enjôler les gardes côtes.

 

Carmen refuse cependant de les suivre...elle est encore amoureuse de Don José qui vient de sortir de prison.

 

 

Il vient la retrouver.

 

Entendant l'appel pour la retraite des soldats, Don José veut bientôt partir;

Carmen essaie de le persuader de rester, mais il refuse;

 

Elle lui dit donc adieu à jamais.

 

Don José prend alors la fleur qu'elle lui avait lancée lors de leur première rencontre ;Il déclara sa passion dans ce sublime " passage"

 


podcast

 

 (Pavarotti)

 

 

Au moment où il va partir survient Zuniga, venu rejoindre Carmen.

 

Les deux hommes se battent et Carmen appelle du renfort.

 

Désormais, qu’il le veuille ou non, Don José est des leurs.

°°°

°°

 

 

 

(photos internet et photos extraites des livrets de la Scala et

 du Théâtre du Capitole de Toulouse)

 

 

 

16:04 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (9)

07/01/2010

LA FLEUR QUE TU M'AVAIS JETEE ( 2)


podcast

°°°
°°
Un peu d'histoire autour de Carmen avant de nous asseoir dans les fauteuils de velours rouge.
Transportons nous au XIX° siècle:L'Espagne est au goût du jour,les carnets de voyage se multiplient.
°
Espagne évocatrice du soleil et des regards andalous...
Comment le jeune Prosper MERIMEE (1803-1870) aurait-il pu résister aux chants des sirènes?
Au mois de Juin 1830,il y séjournera  6 mois et ira de conquête en conquête...(et oui!...léger aparté que je m'octroie)
Puis,il posera ses valises pendant plusieurs années.
°
Explorateur subtil,il s'intéressera à la communaté des gitans
 , commencera à étudier leur langue ( coucou ma zig-zag).°
L'histoire de Carmen lui fut contée par la comtesse de MONTIJO( mère de la future impératrice Eugénie).
Cette Carmen,il la portera  en lui pendant15 ans avant d'écrire sa nouvelle.
°°°
°°
"Je fumais,appuyé sur le parapet du quai,lorsqu'une femme,remontant l'escalier qui conduit à la rivière,vint s'asseoir près de moi.Elle avait dans les cheveux un gros bouquet de jasmin,dont les pétales exhalaient le soir une odeur enivrante."...
°°°°
°°°
°°
fleur1.jpg
(Edouard MANET:Gitane à la cigarette).
°°°°
°°°
°°
A PARIS,Georges BIZET (1838-1875) est malheureux.
°°
bizet.jpg
°°
 L'ARLESIENNE,mélodrame écrit pour la pièce d'Alphonse DAUDET s'était jouée salles vides.
Les oeuvres précédentes avaient essyué un échec(Les pêcheurs de perles-La jolie file de Perth-Djamileh)
°°
Composer CARMEN relevait du challenge,défi d'autant plus difficile que des tâches annexes s'accumliaient:leçons données aux élèves,répétitions de ROMEO et JULIETTE de ce sacré GOUNOD (1818-1893)qui, une fois de plus, avait deserté les jupons de sa légitime pour aller en Angleterre..vers d'autres dessous plus froufroutants.Il avait ainsi demandé à son ami BIZET de le remplacer dans la direction de l'oeuvre!..
°°°
°°
°
fleur.jpg
°°°
°°
Le directeur de l'Opéra-Comique,DU LOCLE, trouvait le sujet trop hardi...
Au terme de nombreuses péripéties, les répétitions commencèrent le 1er Septembre 1874.
°
La première eut lieu  le 3 Mars 1875. Ils étaient tous là dans la salle : OFFENBACH,MASSENET,GOUNOD,DELIBES,admirateurs fervents de leur ami qui doutait de son oeuvre à s'en rendre malade!
Ce fut une sévère déception.
°
"CARMEN fut accuelli sans huées, mais sans enthousiasme.
°
BIZET,effondré,erra dans les rues de PARIS jusqu'au matin..."
°
Les articles de presse parus furent un stupéfiant florilège de toutes les outrances puritaines et moralistes de l'époque".
La santé du compositeur ne se remit pas de cet injuste échec.
°°
Le 28 mai 1875,BIZET partit se reposer dans sa maison de BOUGIVAL où il s'éteignit le
3 Juin.
 
°°°
°°
°°°
!°°°°
 
monet bougival.jpg
(La Seine à BOUGIVAL-MONET)
°°°
°°
bohémienne.jpg
°°
°°
"Et, parmi sa pâleur,éclate
Une bouche aux rires vainqueurs;
Piment rouge,fleur écarlate,
Qui prend sa pourpre au sang des coeurs".
(CARMEN:Théophile GAUTIER)
(John Singer Sargent: Gitane)

16:43 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (8)

04/01/2010

LA FLEUR QUE TU M'AVAIS JETEE...


podcast
°°
°
Tremblez jeunes hommes de Notre Temps et d'ailleurs!
Laissez votre coeur s'embraser au regard incandescent de CARMEN!
°°°°
°°°
°°
carmen4.jpg
°°
(Paul NADAR:Emma CALVE,interprète de Carmen.).
°°°
°°°
medium_DSCF1101.JPG
°°
°
(Carmen:peinture sur le mur d'accès au premier étage du Théâtre du Capitole de Toulouse-Photo "maison")
°°°°
°°°
Et vous, belles "andalouses",laissez-vous aller lascivement dans les bras de Don JOSE.
°°°°
°°
Irrésistible, non?
°°
carmen3.jpg
°°°
°°
°
J'aime CARMEN, celà vous surprend? Femme libre, passionnée, au destin tragique, digne d'une héroïne grecque!
°
Et j'ai été particulièrement gâtée en cette fin d'annéee 2009,par mon amie Maddy ( bonne Année  amiga mia) qui réside à MILAN.(j'avais établi une note sur nos retrouvailles alors que nous nous étions perdues de vue pendant 35 ans-voir archives du 20 septembre 2006)
°
Je faisais partie du public invité à la PREMIERE de CARMEN le 7 Décembre dernier, confortablement installée dans le fauteuil de velours rouge...de mon salon!
°
Sur l'écran noir et rouge de mon téléviseur ( ARTE) se déroulait  en direct l'histoire d'une passion dirigée par une main de MAESTRO:Daniel BARENBOIM.
°
Une Carmencita ne répondant pas aux canons formatés de la beauté actuelle, mais une Carmen tellement sensuelle, aux rondeurs généreusement affirmées,évoluant dans un décor qui touchait "l'âme"..

°°°
°°
Le public "gominé " , habitué des Premières..et conservateur... ( c'était de surcroît l'ouverture de la saison lyrique à la Scala de Milan) a sifflé la mise en scène confiée  à Emma DANTE.J'étais si triste!
°°°
°°
carmen1.jpg
°°°°
°°°
°°
Mon amie, qui , comme moi, reste sourde aux chants enroués des sirènes,est allée écouter cette CARMEN le 10 Décembre.
°°°°
°°
carmen.jpg
°°°
°°
°
Ce fut alors une standing ovation de vingt minutes ! Emma DANTE ( mise en scène),sifflée quelques jours auparavant, était " réhabilitée",les yeux pleins de larmes devant son public!
Maddy et moi avons  ainsi vibré à quelques jours de distance!!
°
Et, cadeau digne d'une reine,je recevais quelques jours après le livret ( en fait,un splendide livre édité pour cet opéra) ..avec un "petit" supplément (un parmesan...mia madre!).
°°
°
Merci la mia amica( excusez moi, fidèles qui me lisez,pour cet aparté, cette longue introduction qui valait bien...un fromage).
°°
noel2009 020.jpg
( le livret et le parmesan encadré par des fleurs " amies"-les jardinières se reconnaîtront..)
°°
°°°°
°°°°°
Demain, ou après demain, nous suivrons BIZET,et sur son chemin nous rencontrerons Prosper MERIMEE,Théophile GAUTIER...puis nous nous laisserons aimer par Carmen et Don José!
Beau programme,non?
°
Les extraits que vous entendrez proviennent de ma CDthèque:Michel PLASSON ( mon chef tant aimé à la tête de  l'Orchestre National du capitole de Toulouse)dirige avec brio  GHEORGHIU et  ALAGNA.
°°°
°°
capitole.jpg
(Livret Capitole Toulouse avec Béatrice URIA-MONZON-..j'ai vu...!)
°°°°
°°
"J'ai connu
                      dans Séville,
une enfant brune
                         et tendre
nous n'eûmes aucun mal
hélas!
                              à nous entendre".
°°°
°°
(Paul-Jean TOULET.Les contrerimes.)
°°°
A BIENTOT

18:04 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (13)

13/07/2009

Cette semaine sera

..sous le signe de l'amour ou ne sera pas!

 ***

**

*

 

traviata7.jpg
***
**
**
traviata camélia.jpg
***
**
*

 

Oui, le 15 Juillet prochain sur France Télévision sera retransmis en direct du théâtre antique d'Orange,l'opéra de Giuseppe VERDI:"La Traviata" qui signifie" Femme perdue".

°°°

°°

orange3.jpg
°°°
°°

Avant d'assister à cette oeuvre qui m'a toujours chavirée,je vous invite à une petite promenade jalonnée de quelques souvenirs;nous parlerons aussi de VERDI,de l'oeuvre ,de sa première représentation ..et nous écouterons...

Enfin dans la brise légère qui souffle sur ce théâtre d'Orange, nous vibrerons avec Violetta

.Nous sublimerons l'amour.

°°°

°°

°

Je vous invite...écoutons cette mise en bouche.

°°

°

 

 

 

°°°*°°°

°°

 

1993:il y a déja seize ans..seize ans que j'ai entendu pour la première fois Roberto ALAGNA faisant ses premiers pas au théâtre antique d'ORANGE..

*

C'était un débutant promis à un avenir certain pensais-je..

 *

Je me souviens de cette soirée si douce, tellement douce à Orange....et de ce jeune ténor...

 

 *

L'orchestre était dirigé par "notre" chef toulousain: Michel PLASSON.

*

 

 

UN INSTANT DE GRACE....

 

***

**

*

traviata8 1993.jpg
(ORANGE:LA TRAVIATA - 1993)
***
**
La vie nous fait parfois de bien beaux cadeaux...
***
**

17:09 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (8)

03/04/2008

LE TURC..

.EN ITALIE..


podcast

Ce fut une soirée "joviale "comme l'oeuvre qui nous était présentée.

***

**

medium_turc8.jpg
****
***
**
Avant que le rideau ne s'ouvre,je vous parle un peu de ROSSINI?
*
Né un 29 FEVRIER (premier signe de singularité)1792 ,il est originaire d'une petite ville sur les bords de l'Adriatique où son père était un modeste musicien ( corniste à l'orchestre municipal) et la mère couturière ,et chanteuse..
*
Le père ,fervent  partisan de la République cisalpine fondée par BONAPARTE sera chassé de l'orchestre puis emprisonné.
*
La famille voyagera puis s'installera à BOLOGNE,capitale italienne de l'apprentissage de la musique.
*
Enfant manifestement doué, le jeune Gioacchino passe la majeure partie de son temps à la bibilothèque, étudiant les symphonies de MOZART,HAYDN
*
*
Il composera son premier opéra à l'âge de 19 ans.
*
Lorsqu'il écrit "le TURC en Italie" ,il venait de triompher à VENISE avec une opéra " TANCREDI" et "l'Italienne à ALGER."
Puis il partit à la conquête de MILAN.
*
 
Au théâtre de  LA SCALA ( coucou Maddy..petit aparté pour mon amie très chère qui vit à MILAN),en ce 14 Août 1814,  le public  réputé difficile n'accueillit pas favorablement cette oeuvre...
*
Mais souvent public varie.....et il varia..
*
Parmi les "aficionados",STENDHALH,qui l'écouta à  la SCALA.
****
***
*

L' "histoire"?

Venez avec moi à NAPLES,au XVIII° siècle:

***

**

*

medium_turc6.jpg

 

***

**

*

un camp de bohémiens, et parmi eux, la belle Zaida ( mezzosoprano) amoureuse éconduite ( victime d'intrigues de rivales jalouses..ah!ces femmes!!) de SELIM (basse)

**

medium_turc_3.jpg
**
*

 prince TURC dont elle était l'esclave.

*

Sur le port, la belle Donna Fiorilla ( soprano)

*

medium_turc9.jpg

,jeune femme qui a  fait quelques entorses à la fidélité conjugale(il est vrai que son mari a quelques printemps de plus qu'elle) regarde l'arrivée d'un bateau en provenance de la Turquie., tout en racontant aux badauds ses aventures sentimentales.

A son bord,SELIM .....

**

*

medium_turc5.jpg

****

***

Il fait les louangse du peuple italien et ..notament de la

gent féminine....Fiorilla y est très sensible.......

 

Autour d'un café..turc servi dans le salon de la belle iatlienne,SELIM déclare sa passion et provoque un peu Donna Fiorilla en lui "chantant"que quelques centaines de femmes "peuplent " son harem...

**

*

 

medium_turc7.jpg

 ****

***

**

 

*
Ces "ébats" amoureux sont interrompus par l'arrivée du mari ,GERONIO ( basse).Fort habilement, l'épouse volage "retourne "la situation et  le mari trompé couvre le Turc de compliments,sous le regard ébahi d'un autre soupirant de donna Fiorilla Don NARCISO(Ténor)
*
Le Turc,selon les rites de son pays ,proposera au mari " cocu" de lui acheter sa femme...GERONIO ,fort des coutumes italiennes ,menace de lui donner un coup de poing dans le nez...
*
Ainsi va la vie ( petit aparté pour souffler dans la rédaction de  cette note)

Et pendant ce temps, Fiorilla continue à chanter les délices de  l'amour.
*

podcast
****
***
*
Soyez rassurés, tout se serminera bien:
Le TURC séduisant repartira dans son pays au bras de la belle bohémienne Zaida,Fiorilla  qui avait été mise en état de de disgrâce ( fort provisoire) par son mari  sera "pardonnée" .
*
Tous se réuniront enfin pour chanter la morale:
"Restate contenti, felici vivete".
*

podcast
**
*
medium_turc4.2.jpg
****
***
** 
Voilà, ce fut une soirée joyeuse ( pourrait-il en être autrement avec ROSSINI ?).
*
Oui,le livret est simple:une femme opposée à trois hommes:un mari stupide,un Turc séduisant et un soupirant trop sentimental.
Il "y a cependant  ce trouble des coeurs qui trop sûrs d'eux, croient  qu'ils peuvent jouer sans s'égarer".
 
**

Oeuvre subtile, influencée par le COSI FAN TUTTI de Mozart  : on y retrouve  fragilité et délicatesse.
**
Une mise en scène  très originale:dans l'italie des années 1950-1960, à l'époque où le cinéma brillait par ses comédies.
**
oh,oui!une excellente soirée.
**
BETTY
**
*
( Les extraits:Maria CALLAS dans le rôle de Donna FIORILLA au théâtre de la SCALA de MILAN en 1954)

09:15 Publié dans OPERA | Lien permanent | Commentaires (11)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique